Discussion:
Les éoliennes provoquent-elles anxiété et troubles du sommeil ?
(trop ancien pour répondre)
Artur Ele
2018-02-05 14:46:28 UTC
Permalink
Raw Message
Selon une enquête réalisée par des psychologues allemands de
l'Université Martin Luther d'Halle
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0301421517306304?via%3Dihub
plus on est opposé à ces infrastructures et plus on ressent de
symptômes !

Pour mener leur enquête, les chercheurs ont interrogé les habitants
d'une zone rurale de la Basse-Saxe, au nord-ouest de l'Allemagne. Leur
maison se trouve près d'un parc éolien, composé de neuf infrastructures
de 150 mètres de haut. Quand les riverains ont été interrogés la
première fois, en 2012, les éoliennes étaient installées depuis trois
ans. A ce moment, 10% d'entre eux ont déclaré une gêne ou un symptôme
(anxiété, problèmes de sommeil, irritabilité ou troubles de l'humeur).
Plus que la vue, c'est surtout le bruit (en particulier les variations
de sons) qui est dérangeant pour les riverains. Deux ans plus tard, les
chercheurs ont de nouveau procédé à une enquête auprès des mêmes
citoyens. Résultat : la proportion de personnes gênées par les
éoliennes est descendue à 7%.
any.one
2018-02-05 15:10:00 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Artur Ele
Selon une enquête réalisée par des psychologues allemands de
l'Université Martin Luther d'Halle
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0301421517306304?via%3Dihub
plus on est opposé à ces infrastructures et plus on ressent de symptômes !
Pour mener leur enquête, les chercheurs ont interrogé les habitants
d'une zone rurale de la Basse-Saxe, au nord-ouest de l'Allemagne. Leur
maison se trouve près d'un parc éolien, composé de neuf infrastructures
de 150 mètres de haut. Quand les riverains ont été interrogés la
première fois, en 2012, les éoliennes étaient installées depuis trois
ans. A ce moment, 10% d'entre eux ont déclaré une gêne ou un symptôme
(anxiété, problèmes de sommeil, irritabilité ou troubles de l'humeur).
Plus que la vue, c'est surtout le bruit (en particulier les variations
de sons) qui est dérangeant pour les riverains. Deux ans plus tard, les
chercheurs ont de nouveau procédé à une enquête auprès des mêmes
citoyens. Résultat : la proportion de personnes gênées par les éoliennes
est descendue à 7%.
ils ont vieilli et certains sont atteints de surdité.
any.one
2018-02-05 17:53:16 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Harp
Alors prétendre qu'on est gêné par le bruit à quelques centaines de
mètres de distance, c'est simplement de la mauvaise foi.
tout comme prétendre qu'on ne l'est pas.
Harp
2018-02-05 15:53:54 UTC
Permalink
Raw Message
Selon une enquête réalisée par des psychologues allemands de l'Université
Martin Luther d'Halle
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0301421517306304?via%3Dihub
plus on est opposé à ces infrastructures et plus on ressent de symptômes !
À 50m d'une grande éolienne, on ne perçoit qu'un très léger bruissement
des pales en rotations.

Alors prétendre qu'on est gêné par le bruit à quelques centaines de
mètres de distance, c'est simplement de la mauvaise foi.
Pour mener leur enquête, les chercheurs ont interrogé les habitants d'une
zone rurale de la Basse-Saxe, au nord-ouest de l'Allemagne. Leur maison se
trouve près d'un parc éolien, composé de neuf infrastructures de 150 mètres
de haut. Quand les riverains ont été interrogés la première fois, en 2012,
les éoliennes étaient installées depuis trois ans. A ce moment, 10% d'entre
eux ont déclaré une gêne ou un symptôme (anxiété, problèmes de sommeil,
irritabilité ou troubles de l'humeur). Plus que la vue, c'est surtout le
bruit (en particulier les variations de sons) qui est dérangeant pour les
riverains. Deux ans plus tard, les chercheurs ont de nouveau procédé à une
enquête auprès des mêmes citoyens. Résultat : la proportion de personnes
gênées par les éoliennes est descendue à 7%.
Paul Aubrin
2018-02-05 16:38:06 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Harp
Post by Artur Ele
Selon une enquête réalisée par des psychologues allemands de
l'Université Martin Luther d'Halle
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0301421517306304?via
%3Dihub
Post by Harp
Post by Artur Ele
plus on est opposé à ces infrastructures et plus on ressent de symptômes !
À 50m d'une grande éolienne, on ne perçoit qu'un très léger bruissement
des pales en rotations.
Alors prétendre qu'on est gêné par le bruit à quelques centaines de
mètres de distance, c'est simplement de la mauvaise foi.
Des études ont trouvé une relation significative entre les réponses des
gens potentiellement impactés et le niveau de bruit qu'ils subissaient.
Cette relation dose/réponse est un indice que les perturbations ont un
fondement objectif.
http://sci-hub.hk/10.1121/1.1815091

Une étude qui met en évidence une relation entre l'exposition aux infra-
sons et l'activité du cerveau.
http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0174420


http://www.ica2016.org.ar/ica2016proceedings/ica2016/ICA2016-0440.pdf
PROCEEDINGS of the 22nd International Congress on Acoustics
Les effets physiologiques du bruit des éoliennes sur le sommeil.

extrait:
"La présence de battements et d'une importante modulation d'amplitude
contribue à perturber le sommeil, ce qui est reflété par des réveils
électrophysiologiques plus fréquents, un accroissement du sommeil léger
et de la propension à l'éveil ainsi que d'un sommeil profond réduit."
Post by Harp
Post by Artur Ele
Pour mener leur enquête, les chercheurs ont interrogé les habitants
d'une zone rurale de la Basse-Saxe, au nord-ouest de l'Allemagne. Leur
maison se trouve près d'un parc éolien, composé de neuf infrastructures
de 150 mètres de haut. Quand les riverains ont été interrogés la
première fois, en 2012, les éoliennes étaient installées depuis trois
ans. A ce moment, 10% d'entre eux ont déclaré une gêne ou un symptôme
(anxiété, problèmes de sommeil, irritabilité ou troubles de l'humeur).
Plus que la vue, c'est surtout le bruit (en particulier les variations
de sons) qui est dérangeant pour les riverains. Deux ans plus tard, les
chercheurs ont de nouveau procédé à une enquête auprès des mêmes
citoyens. Résultat : la proportion de personnes gênées par les
éoliennes est descendue à 7%.
RH
2018-02-05 18:13:54 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
Alors prétendre qu'on est gêné par le bruit à quelques centaines de
mètres de distance, c'est simplement de la mauvaise foi.
Tout de suite malveillant .....;;
Post by Paul Aubrin
Des études ont trouvé une relation significative entre les réponses des
gens potentiellement impactés et le niveau de bruit qu'ils subissaient.
Cette relation dose/réponse est un indice que les perturbations ont un
fondement objectif.
http://sci-hub.hk/10.1121/1.1815091
Une étude qui met en évidence une relation entre l'exposition aux infra-
sons et l'activité du cerveau.
http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0174420
Les infrasons sont probablement la cause de la gêne éprouvée. C'est ce
que suggèrent les références citées. Je me souviens qu'il y a des années
on parlait déjà de leur caractère nocif ou dérangeant, et je crois que
les infrasons portent fort loin (à confirmer).

--
any.one
2018-02-06 08:53:47 UTC
Permalink
Raw Message
Post by RH
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
Alors prétendre qu'on est gêné par le bruit à quelques centaines de
mètres de distance, c'est simplement de la mauvaise foi.
Tout de suite malveillant .....;;
Post by Paul Aubrin
Des études ont trouvé une relation significative entre les réponses des
gens potentiellement impactés et le niveau de bruit qu'ils subissaient.
Cette relation dose/réponse est un indice que les perturbations ont un
fondement objectif.
http://sci-hub.hk/10.1121/1.1815091
Une étude qui met en évidence une relation entre l'exposition aux infra-
sons et l'activité du cerveau.
http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0174420
Les infrasons sont probablement la cause de la gêne éprouvée. C'est ce
que suggèrent les références citées. Je me souviens qu'il y a des années
on parlait déjà de leur caractère nocif ou dérangeant, et je crois que
les infrasons portent fort loin (à confirmer).
--
il a mème existé des systèmes d’émission infrason d'appartement. La mise
en service de ce système devait mettre mal a l'aise les occupants et
ainsi chasser des invités trop "collants" :-)
Harp
2018-02-05 22:47:30 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
Post by Artur Ele
Selon une enquête réalisée par des psychologues allemands de
l'Université Martin Luther d'Halle
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0301421517306304?via
%3Dihub plus on est opposé à ces infrastructures et plus on ressent de
symptômes !
À 50m d'une grande éolienne, on ne perçoit qu'un très léger bruissement
des pales en rotations.
Alors prétendre qu'on est gêné par le bruit à quelques centaines de
mètres de distance, c'est simplement de la mauvaise foi.
Des études ont trouvé une relation significative entre les réponses des
gens potentiellement impactés et le niveau de bruit qu'ils subissaient.
Cette relation dose/réponse est un indice que les perturbations ont un
fondement objectif.
Justement pas. C'est purement déclaratif et subjectif.
Le sondage sur le bruit centre d'ailleurs ses classes statistiques sur
35dBA, ce qui est un très modeste niveau sonore (le calme nocturne à la
campagne). Même un peu au-delà de 40dB, ça reste très calme. Ce qui
confirme le fait que les "riverains " n'entendent rien en pratique.
Réponses psychosomatiques et idéologiques, en tous cas pour ce qui
concerne les déclarations de gêne concernant le bruit.
any.one
2018-02-06 08:23:00 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Harp
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
Post by Artur Ele
Selon une enquête réalisée par des psychologues allemands de
l'Université Martin Luther d'Halle
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0301421517306304?via
%3Dihub plus on est opposé à ces infrastructures et plus on ressent de
symptômes !
À 50m d'une grande éolienne, on ne perçoit qu'un très léger bruissement
des pales en rotations.
Alors prétendre qu'on est gêné par le bruit à quelques centaines de
mètres de distance, c'est simplement de la mauvaise foi.
Des études ont trouvé une relation significative entre les réponses
des gens potentiellement impactés et le niveau de bruit qu'ils
subissaient. Cette relation dose/réponse est un indice que les
perturbations ont un fondement objectif.
Justement pas. C'est purement déclaratif et subjectif.
Le sondage sur le bruit centre d'ailleurs ses classes statistiques sur
35dBA, ce qui est un très modeste niveau sonore (le calme nocturne à la
campagne). Même un peu au-delà de 40dB, ça reste très calme.
les infrasons sont en dessous de la limite d'audition: ils ne sont pas
mesurés par les sonomètres qui ont un filtre en entrée.


Ce qui
Post by Harp
confirme le fait que les "riverains " n'entendent rien en pratique.
tout à fait. C'est dans le définition des infrasons: ceux qu'on ne peut
pas entendre.
Post by Harp
Réponses psychosomatiques et idéologiques, en tous cas pour ce qui
concerne les déclarations de gêne concernant le bruit.
Le bruit (c'est toi qui en a parlé) c'est différent des infrasons.
Les autres intervenants n'ont pas parlé de bruit.
Harp
2018-02-06 09:10:44 UTC
Permalink
Raw Message
Post by any.one
Réponses psychosomatiques et idéologiques, en tous cas pour ce qui concerne
les déclarations de gêne concernant le bruit.
Le bruit (c'est toi qui en a parlé) c'est différent des infrasons.
Les autres intervenants n'ont pas parlé de bruit.
Dans le 1er post de le fil:

"Plus que la vue, c'est surtout le bruit (en particulier les variations
de sons) qui est dérangeant pour les riverains."


Tu viens encore rater une bonne occasion de te taire.
any.one
2018-02-06 11:09:13 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Harp
Post by any.one
Post by Harp
Réponses psychosomatiques et idéologiques, en tous cas pour ce qui
concerne les déclarations de gêne concernant le bruit.
Le bruit (c'est toi qui en a parlé) c'est différent des infrasons.
Les autres intervenants n'ont pas parlé de bruit.
"Plus que la vue, c'est surtout le bruit (en particulier les variations
de sons) qui est dérangeant pour les riverains."
Tu viens encore rater une bonne occasion de te taire.
PA et RH ont corrigé en expliquant que le problème était probablement
lié aux infrasons, et toi tu débarques avec une argumentaire abscon sur
les sons, probablement pour détourner la conversation;

tu nous prends pour des perdreaux de l'année?
roaringriri
2018-02-06 11:16:51 UTC
Permalink
Raw Message
Post by any.one
Post by Harp
Post by any.one
Post by Harp
Réponses psychosomatiques et idéologiques, en tous cas pour ce qui
concerne les déclarations de gêne concernant le bruit.
Le bruit (c'est toi qui en a parlé) c'est différent des infrasons.
Les autres intervenants n'ont pas parlé de bruit.
"Plus que la vue, c'est surtout le bruit (en particulier les
variations de sons) qui est dérangeant pour les riverains."
Tu viens encore rater une bonne occasion de te taire.
PA et RH ont corrigé en expliquant que le problème était probablement
lié aux infrasons, et toi tu débarques avec une argumentaire abscon sur
les sons, probablement pour détourner la conversation;
tu nous prends pour des perdreaux de l'année?
C'est idiot.
Il est évident que les éoliennes ne provoquent des troubles du sommeil
que chez les gardiens de parc éolien, et les salariés des cartels de
nécrotechnologies.
Mais il s'agit de maladies professionnelles, et les second sont payés en
heure sup, pour leur présence nocturne sur le forum écolos.
any.one
2018-02-06 11:29:11 UTC
Permalink
Raw Message
Post by roaringriri
Post by any.one
Post by Harp
Post by any.one
Post by Harp
Réponses psychosomatiques et idéologiques, en tous cas pour ce qui
concerne les déclarations de gêne concernant le bruit.
Le bruit (c'est toi qui en a parlé) c'est différent des infrasons.
Les autres intervenants n'ont pas parlé de bruit.
"Plus que la vue, c'est surtout le bruit (en particulier les
variations de sons) qui est dérangeant pour les riverains."
Tu viens encore rater une bonne occasion de te taire.
PA et RH ont corrigé en expliquant que le problème était probablement
lié aux infrasons, et toi tu débarques avec une argumentaire abscon
sur les sons, probablement pour détourner la conversation;
tu nous prends pour des perdreaux de l'année?
C'est idiot.
Il est évident que les éoliennes ne provoquent des troubles du sommeil
que chez les gardiens de parc éolien, et les salariés des cartels de
nécrotechnologies.
Mais il s'agit de maladies professionnelles, et les second sont payés en
heure sup, pour leur présence nocturne sur le forum écolos.
très bonne remarque: il ne faut implanter des éoliennes que dans les
coins ou tout le monde est d'accord et même militant. Du coup plus de
problème...
Harp
2018-02-06 12:10:26 UTC
Permalink
Raw Message
Post by any.one
Post by Harp
Réponses psychosomatiques et idéologiques, en tous cas pour ce qui
concerne les déclarations de gêne concernant le bruit.
Le bruit (c'est toi qui en a parlé) c'est différent des infrasons.
Les autres intervenants n'ont pas parlé de bruit.
"Plus que la vue, c'est surtout le bruit (en particulier les variations de
sons) qui est dérangeant pour les riverains."
Tu viens encore rater une bonne occasion de te taire.
PA et RH ont corrigé en expliquant que le problème était probablement lié aux
infrasons
Paul Aubrin a aussi affirmé:
"Des études ont trouvé une relation significative entre les réponses
des gens potentiellement impactés et le niveau de bruit qu'ils
subissaient."


Tu viens encore rater une bonne occasion de te taire.

Le problème, c'est que tu es d'une bêtise tellement épaisse qu'elle
tourne au comique. Et de mauvaise foi en plus.
any.one
2018-02-06 17:06:41 UTC
Permalink
Raw Message
Post by any.one
Post by Harp
Post by any.one
Post by Harp
Réponses psychosomatiques et idéologiques, en tous cas pour ce qui
concerne les déclarations de gêne concernant le bruit.
Le bruit (c'est toi qui en a parlé) c'est différent des infrasons.
Les autres intervenants n'ont pas parlé de bruit.
"Plus que la vue, c'est surtout le bruit (en particulier les
variations de sons) qui est dérangeant pour les riverains."
Tu viens encore rater une bonne occasion de te taire.
PA et RH ont corrigé en expliquant que le problème était probablement
lié aux infrasons
"Des études ont trouvé une relation significative entre les réponses des
gens potentiellement impactés et le niveau de bruit qu'ils subissaient."
Tu viens encore rater une bonne occasion de te taire.
Le problème, c'est que tu es d'une bêtise tellement épaisse qu'elle
tourne au comique. Et de mauvaise foi en plus.
une des caractéristiques des gens intelligents, c'est de savoir
s'adapter rapidement au changement de contexte.

Je constate que ce n'est pas ton cas...

La redirection que tu a choisie ver alt.idiots confirme le point précédent.
any.one
2018-02-06 18:31:15 UTC
Permalink
Raw Message
Post by any.one
Post by Harp
Post by any.one
Post by Harp
Réponses psychosomatiques et idéologiques, en tous cas pour ce qui
concerne les déclarations de gêne concernant le bruit.
Le bruit (c'est toi qui en a parlé) c'est différent des infrasons.
Les autres intervenants n'ont pas parlé de bruit.
"Plus que la vue, c'est surtout le bruit (en particulier les
variations de sons) qui est dérangeant pour les riverains."
Tu viens encore rater une bonne occasion de te taire.
PA et RH ont corrigé en expliquant que le problème était probablement
lié aux infrasons
"Des études ont trouvé une relation significative entre les réponses des
gens potentiellement impactés et le niveau de bruit qu'ils subissaient."
Tu viens encore rater une bonne occasion de te taire.
Le problème, c'est que tu es d'une bêtise tellement épaisse qu'elle
tourne au comique. Et de mauvaise foi en plus.
une des caractéristiques des gens intelligents, c'est de savoir
s'adapter rapidement au changement de contexte.

Je constate que ce n'est pas ton cas...

La redirection que tu a choisie vers alt.idiots confirme le point précédent.
Paul Aubrin
2018-02-06 10:51:24 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Harp
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
Post by Artur Ele
Selon une enquête réalisée par des psychologues allemands de
l'Université Martin Luther d'Halle
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0301421517306304?
via
Post by Harp
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
Post by Artur Ele
%3Dihub plus on est opposé à ces infrastructures et plus on ressent
de symptômes !
À 50m d'une grande éolienne, on ne perçoit qu'un très léger
bruissement des pales en rotations.
Alors prétendre qu'on est gêné par le bruit à quelques centaines de
mètres de distance, c'est simplement de la mauvaise foi.
Des études ont trouvé une relation significative entre les réponses des
gens potentiellement impactés et le niveau de bruit qu'ils subissaient.
Cette relation dose/réponse est un indice que les perturbations ont un
fondement objectif.
Justement pas. C'est purement déclaratif et subjectif.
C'est une opinion. Les trois publications que j'ai citées fournissent des
observations et des interprétations qui semblent vous contredire. Il
semble difficile de les classer dans la catégorie subjectif et de
mauvaise foi sans autre forme de procès.

http://sci-hub.hk/10.1121/1.1815091

http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0174420

http://www.ica2016.org.ar/ica2016proceedings/ica2016/ICA2016-0440.pdf
Post by Harp
Le sondage sur le bruit centre d'ailleurs ses classes statistiques sur
35dBA, ce qui est un très modeste niveau sonore (le calme nocturne à la
campagne). Même un peu au-delà de 40dB, ça reste très calme. Ce qui
confirme le fait que les "riverains " n'entendent rien en pratique.
Réponses psychosomatiques et idéologiques, en tous cas pour ce qui
concerne les déclarations de gêne concernant le bruit.
Harp
2018-02-07 04:54:44 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
Post by Artur Ele
Selon une enquête réalisée par des psychologues allemands de
l'Université Martin Luther d'Halle
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0301421517306304? via
%3Dihub plus on est opposé à ces infrastructures et plus on ressent
de symptômes !
À 50m d'une grande éolienne, on ne perçoit qu'un très léger
bruissement des pales en rotations.
Alors prétendre qu'on est gêné par le bruit à quelques centaines de
mètres de distance, c'est simplement de la mauvaise foi.
Des études ont trouvé une relation significative entre les réponses des
gens potentiellement impactés et le niveau de bruit qu'ils subissaient.
Cette relation dose/réponse est un indice que les perturbations ont un
fondement objectif.
Justement pas. C'est purement déclaratif et subjectif.
C'est une opinion. Les trois publications que j'ai citées fournissent des
observations et des interprétations qui semblent vous contredire.
Pas vraiment, non. Au-delà des copier-coller faciles, il faudrait que
vous les lisiez sérieusement. Comme d'habitude, ce n'est pas gagné.
Post by Paul Aubrin
Il
semble difficile de les classer dans la catégorie subjectif et de
mauvaise foi sans autre forme de procès.
http://sci-hub.hk/10.1121/1.1815091
http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0174420
http://www.ica2016.org.ar/ica2016proceedings/ica2016/ICA2016-0440.pdf
Post by Harp
Le sondage sur le bruit centre d'ailleurs ses classes statistiques sur
35dBA, ce qui est un très modeste niveau sonore (le calme nocturne à la
campagne). Même un peu au-delà de 40dB, ça reste très calme. Ce qui
confirme le fait que les "riverains " n'entendent rien en pratique.
Réponses psychosomatiques et idéologiques, en tous cas pour ce qui
concerne les déclarations de gêne concernant le bruit.
Paul Aubrin
2018-02-07 05:46:45 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Harp
Post by Paul Aubrin
C'est une opinion. Les trois publications que j'ai citées fournissent
des observations et des interprétations qui semblent vous contredire.
Pas vraiment, non. Au-delà des copier-coller faciles, il faudrait que
vous les lisiez sérieusement. Comme d'habitude, ce n'est pas gagné.
Le dénigrement n'est pas un argument valide.
any.one
2018-02-07 07:58:51 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
Post by Paul Aubrin
C'est une opinion. Les trois publications que j'ai citées fournissent
des observations et des interprétations qui semblent vous contredire.
Pas vraiment, non. Au-delà des copier-coller faciles, il faudrait que
vous les lisiez sérieusement. Comme d'habitude, ce n'est pas gagné.
Le dénigrement n'est pas un argument valide.
Ce n'est même pas en argument!!
Paul Aubrin
2018-02-07 05:52:29 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Harp
Post by Paul Aubrin
C'est une opinion. Les trois publications que j'ai citées fournissent
des observations et des interprétations qui semblent vous contredire.
Pas vraiment, non. Au-delà des copier-coller faciles, il faudrait que
vous les lisiez sérieusement. Comme d'habitude, ce n'est pas gagné.
Je vous avais traduit un petit passage. Il parle très nettement
d'accroissement du sommeil léger et de réduction du sommeil profond.

http://www.ica2016.org.ar/ica2016proceedings/ica2016/ICA2016-0440.pdf
PROCEEDINGS of the 22nd International Congress on Acoustics Les effets
physiologiques du bruit des éoliennes sur le sommeil.

extrait:
"La présence de battements et d'une importante modulation d'amplitude
contribue à perturber le sommeil, ce qui est reflété par des réveils
électrophysiologiques plus fréquents, un accroissement du sommeil léger et
de la propension à l'éveil ainsi que d'un sommeil profond réduit."
Paul Aubrin
2018-02-07 06:13:49 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Harp
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
Justement pas. C'est purement déclaratif et subjectif.
C'est une opinion. Les trois publications que j'ai citées fournissent
des observations et des interprétations qui semblent vous contredire.
Pas vraiment, non. Au-delà des copier-coller faciles, il faudrait que
vous les lisiez sérieusement. Comme d'habitude, ce n'est pas gagné.
Sincèrement ces articles contiennent des études physiologiques sérieuses
qui mettent en évidence des perturbations du sommeil parfaitement
caractérisées.
Exemple:
http://www.ica2016.org.ar/ica2016proceedings/ica2016/ICA2016-0440.pdf
"Résumé:
En accord avec la politique globale énergétique de l'union européenne,
les éoliennes se répandent dans toute l'Europe, et l'on s'attend à ce que
cette tendance continue globalement. De plus en plus de personnes, par
conséquent, vont vivre à la proximité des éoliennes dans le futur, et
être exposées à leur bruit. Une préoccupation particulière est le
potentiel du bruit nocturne à potentiellement perturber le sommeil des
résidents proches. Pour examiner cette question, nous avons mis en oeuvre
un projet intitulé Effets du Bruit des Eoliennes sur le Sommeil. Dans une
étude pilote décrite dans ce papier, nous avons effectué une
investigation initiale dans le domaine acoustique particulier du bruit
des turbines qui pourrait un impact perturbant sur le sommeil. Six jeunes
individus en bonne santé ont passé 5 nuits dans notre laboratoire
d'exposition au bruit. Pendant les 3 dernières nuits, les participants
ont été exposés à du bruit d'éoliennes qui était synthétisé sur la base
d'enregistrements de terrain. Les expositions comportaient des périodes
de différentes forces de modulation d'amplitude, la présence ou l'absence
de battements, différentes vitesses de rotations, et des LAEq,8h=45 à 50
décibels externes, avec des niveaux intérieurs basés sur des fenêtres
fermées ou légèrement ouvertes. Les mesures physiologiques indique que
les nuits avec des modulations de basse fréquences et LAeq,8h=45dB, des
fenêtres légèrement ouvertes (LAeq,8h=33dB à l'intérieur) impactaient le
plus le sommeil. La présence de battements et une forte modulation
d'amplitude contribuaient à perturber le sommeil, ce qui se reflétait par
plus de réveils électrophysiologiques, un accroissement du sommeil léger,
une propension au réveil et un REM et un sommeil profond réduit. L'impact
sur le sommeil de ces caractéristiques acoustiques fait l'objet
actuellement de nouvelles études.
Harp
2018-02-07 08:31:11 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
Justement pas. C'est purement déclaratif et subjectif.
C'est une opinion. Les trois publications que j'ai citées fournissent
des observations et des interprétations qui semblent vous contredire.
Pas vraiment, non. Au-delà des copier-coller faciles, il faudrait que
vous les lisiez sérieusement. Comme d'habitude, ce n'est pas gagné.
Sincèrement ces articles contiennent des études physiologiques sérieuses
qui mettent en évidence des perturbations du sommeil parfaitement
caractérisées.
http://www.ica2016.org.ar/ica2016proceedings/ica2016/ICA2016-0440.pdf
En accord avec la politique globale énergétique de l'union européenne,
les éoliennes se répandent dans toute l'Europe, et l'on s'attend à ce que
cette tendance continue globalement. De plus en plus de personnes, par
conséquent, vont vivre à la proximité des éoliennes dans le futur, et
être exposées à leur bruit. Une préoccupation particulière est le
potentiel du bruit nocturne à potentiellement perturber le sommeil des
résidents proches. Pour examiner cette question, nous avons mis en oeuvre
un projet intitulé Effets du Bruit des Eoliennes sur le Sommeil. Dans une
étude pilote décrite dans ce papier, nous avons effectué une
investigation initiale dans le domaine acoustique particulier du bruit
des turbines qui pourrait un impact perturbant sur le sommeil. Six jeunes
individus en bonne santé ont passé 5 nuits dans notre laboratoire
d'exposition au bruit. Pendant les 3 dernières nuits, les participants
ont été exposés à du bruit d'éoliennes qui était synthétisé sur la base
d'enregistrements de terrain. Les expositions comportaient des périodes
de différentes forces de modulation d'amplitude, la présence ou l'absence
de battements, différentes vitesses de rotations, et des LAEq,8h=45 à 50
décibels externes, avec des niveaux intérieurs basés sur des fenêtres
fermées ou légèrement ouvertes. Les mesures physiologiques indique que
les nuits avec des modulations de basse fréquences et LAeq,8h=45dB, des
fenêtres légèrement ouvertes (LAeq,8h=33dB à l'intérieur) impactaient le
plus le sommeil. La présence de battements et une forte modulation
d'amplitude contribuaient à perturber le sommeil, ce qui se reflétait par
plus de réveils électrophysiologiques, un accroissement du sommeil léger,
une propension au réveil et un REM et un sommeil profond réduit. L'impact
sur le sommeil de ces caractéristiques acoustiques fait l'objet
actuellement de nouvelles études.
Voilà, comme de juste vous avez "oublié" de lire l'essentiel:

This small-scale experiment served as a *pilot study*, and was
therefore limited by a number of
factors. The participants *cannot be considered as representative* of
the population who are
exposed to WTN at home. Together with the *small sample size*, the
conclusions drawn *should
not be taken outside of the context* of the work; to provide input for
future work with a more
appropriate study sample, size, and exposure design. The *chosen noise
levels were higher* than
those recommended in Sweden [22], but were not unrealistically high for
other countries, in order
to increase the likelihood of inducing a physiological response. The
rationale for this decision was
to *increase the expected effect size* so as to better detect what
elements of the sound character
contributed to response in this small pilot study. An ongoing study has
the aim of examining sleep
under the influence of noise from wind turbines at more commonly
occurring levels.
any.one
2018-02-07 08:50:21 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
Justement pas. C'est purement déclaratif et subjectif.
C'est une opinion. Les trois publications que j'ai citées fournissent
des observations et des interprétations qui semblent vous contredire.
Pas vraiment, non. Au-delà des copier-coller faciles, il faudrait que
vous les lisiez sérieusement. Comme d'habitude, ce n'est pas gagné.
Sincèrement ces articles contiennent des études physiologiques
sérieuses qui mettent en évidence des perturbations du sommeil
http://www.ica2016.org.ar/ica2016proceedings/ica2016/ICA2016-0440.pdf
En accord avec la politique globale énergétique de l'union européenne,
les éoliennes se répandent dans toute l'Europe, et l'on s'attend à ce
que cette tendance continue globalement. De plus en plus de personnes,
par conséquent, vont vivre à la proximité des éoliennes dans le futur,
et être exposées à leur bruit. Une préoccupation particulière est le
potentiel du bruit nocturne à potentiellement perturber le sommeil des
résidents proches. Pour examiner cette question, nous avons mis en
oeuvre un projet intitulé Effets du Bruit des Eoliennes sur le
Sommeil. Dans une étude pilote décrite dans ce papier, nous avons
effectué une investigation initiale dans le domaine acoustique
particulier du bruit des turbines qui pourrait un impact perturbant
sur le sommeil. Six jeunes individus en bonne santé ont passé 5 nuits
dans notre laboratoire d'exposition au bruit. Pendant les 3 dernières
nuits, les participants ont été exposés à du bruit d'éoliennes qui
était synthétisé sur la base d'enregistrements de terrain. Les
expositions comportaient des périodes de différentes forces de
modulation d'amplitude, la présence ou l'absence de battements,
différentes vitesses de rotations, et des LAEq,8h=45 à 50 décibels
externes, avec des  niveaux intérieurs basés sur des fenêtres fermées
ou légèrement ouvertes. Les mesures physiologiques indique que les
nuits avec des modulations de basse fréquences et LAeq,8h=45dB, des
fenêtres légèrement ouvertes (LAeq,8h=33dB à l'intérieur) impactaient
le plus le sommeil. La présence de battements et une forte modulation
d'amplitude contribuaient à perturber le sommeil, ce qui se reflétait
par plus de réveils électrophysiologiques, un accroissement du sommeil
léger, une propension au réveil et un REM et un sommeil profond
réduit. L'impact sur le sommeil de ces caractéristiques acoustiques
fait l'objet actuellement de nouvelles études.
This small-scale experiment served as a *pilot study*, and was therefore
limited by a number of
factors. The participants *cannot be considered as representative* of
the population who are
exposed to WTN at home. Together with the *small sample size*, the
conclusions drawn *should
not be taken outside of the context* of the work; to provide input for
future work with a more
appropriate study sample, size, and exposure design. The *chosen noise
levels were higher* than
those recommended in Sweden [22], but were not unrealistically high for
other countries, in order
to increase the likelihood of inducing a physiological response. The
rationale for this decision was
to *increase the expected effect size* so as to better detect what
elements of the sound character
contributed to response in this small pilot study. An ongoing study has
the aim of examining sleep
under the influence of noise from wind turbines at more commonly
occurring levels.
Ce n'est pas mieux que "l’étude" que vous citez qui compare deux
échantillons différents de population et en déduit des pourcentages.

En plus, ils enfoncent une porte ouverte: ce qu'on aime pas insupporte.

Dans mon cas, c’est le métal, pour d'autres ça sera Bach.
any.one
2018-02-07 11:06:37 UTC
Permalink
Raw Message
Post by any.one
Ce n'est pas mieux que "l’étude" que vous citez qui compare deux
échantillons différents de population et en déduit des pourcentages.
En plus, ils enfoncent une porte ouverte: ce qu'on aime pas insupporte.
Dans mon cas, c’est le métal, pour d'autres ça sera Bach.
A total of 212 persons participated in the first survey; nearly
two-thirds (133 persons) remained in the second one. Accordingly,
one-third dropped out (“drop-outs”; 79 participants). It was controlled
whether these dropouts represented extreme opinions, indicating a
self-selection bias


Plus d'un tiers (37%) des de habitants est parti, et on ne se pose pas
la question pourquoi?
C'est normal ce taux?

Ne serait ce pas la preuve que les éoliennes peuvent sérieusement
incommoder?
Eddy My
2018-02-11 14:22:37 UTC
Permalink
Raw Message
Post by any.one
Post by any.one
Ce n'est pas mieux que "l’étude" que vous citez qui compare deux
échantillons différents de population et en déduit des pourcentages.
En plus, ils enfoncent une porte ouverte: ce qu'on aime pas
insupporte.
Dans mon cas, c’est le métal, pour d'autres ça sera Bach.
A total of 212 persons participated in the first survey; nearly
two-thirds (133 persons) remained in the second one. Accordingly,
one-third dropped out (“drop-outs”; 79 participants). It was controlled
whether these dropouts represented extreme opinions, indicating a
self-selection bias
Plus d'un tiers (37%) des de habitants est parti, et on ne se pose
pas la question pourquoi?
C'est normal ce taux?
Non, ce taux n'est pas normal.
Quant aux "pourquoi", bah, c'est qu'ils ont pu le faire pour commencer.
Ils ont pu laisser derrière eux ceux qui ne pouvaient pas le faire.
"Ne pas se plaindre" reste une constante réservée aux pauvres. A priori.
Post by any.one
Ne serait ce pas la preuve que les éoliennes peuvent sérieusement
incommoder?
"incommoder".???? Le mot est faible....
Bah, perso, ce sont les bruits d'autoroute.
Des proches ont voulu m'aider à les supporter.
Mais dès que j'évoque les possibilités de m'échapper, les proches
deviennent très lointains.
Arf, déjà que le mot "social" peut évoquer la possibilité d'une perte de
pouvoir d'achat, je vous laisse imaginer ce que le mot "AIDER" peut
représenter. Rien de neuf.

Mais bon, j'ai bouclé une boucle déjà bouclée.
---------------------------------------------
Signature : Ni flic, ni voyou, ça veut dire :
"Vraiment pas flic. Vraiment pas voyou"
any.one
2018-02-11 17:31:53 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Eddy My
Post by any.one
Post by any.one
Ce n'est pas mieux que "l’étude" que vous citez qui compare deux
échantillons différents de population et en déduit des pourcentages.
En plus, ils enfoncent une porte ouverte: ce qu'on aime pas insupporte.
Dans mon cas, c’est le métal, pour d'autres ça sera Bach.
A total of 212 persons participated in the first survey; nearly
two-thirds (133 persons) remained in the second one. Accordingly,
one-third dropped out (“drop-outs”; 79 participants). It was controlled
whether these dropouts represented extreme opinions, indicating a
self-selection bias
Plus d'un tiers (37%) des de habitants est parti, et on ne se pose
pas la question pourquoi?
C'est normal ce taux?
Non, ce taux n'est pas normal.
Quant aux "pourquoi", bah, c'est qu'ils ont pu le faire pour commencer.
Ils ont pu laisser derrière eux ceux qui ne pouvaient pas le faire.
"Ne pas se plaindre" reste une constante réservée aux pauvres. A priori.
Post by any.one
Ne serait ce pas la preuve que les éoliennes peuvent sérieusement
incommoder?
"incommoder".???? Le mot est faible....
Bah, perso, ce sont les bruits d'autoroute.
Des proches ont voulu m'aider à les supporter.
Mais dès que j'évoque les possibilités de m'échapper, les proches
deviennent très lointains.
Arf, déjà que le mot "social" peut évoquer la possibilité d'une perte de
pouvoir d'achat, je vous laisse imaginer ce que le mot "AIDER" peut
représenter. Rien de neuf.
Mais bon, j'ai bouclé une boucle déjà bouclée.
En fait, il est courant qu'un équipement industriel important "perturbe"
la vie des riverains. (autoroute, voie ferrée, centrale et lignes
électriques). L'état a prévu la procédure d'utilité publique pour
imposer ces ouvrages en échange de compensations souvent maigres ou
inexistantes.

En ce qui concerne les éoliennes ces installations bénéficient de
simplifications administratives leur permettant de s'installer aisément
dans certaines zones, ce qui est déjà un scandale.
Mais pour les riverains, c'est la double peine: non seulement on leur
impose une nuisance, mais en plus on leur nie tout droit à la
reconnaissance de cette "gêne".

Quand on analyse les départs, on s’aperçoit que ce sont principalement
des locataires qui sont partis.Les propriétaires sont restés scotchés
avec leur bien ayant perdu une bonne partie de sa valeur.

Tous les bruits continus peuvent être insupportables, lancinants. C'est
admis pour les autoroutes et périphériques en zone dense: on construit
des murs anti-bruit.

En zone à faible densité ( comme probablement pour toi, et pour
l'ensemble des éoliennes) rien n'est fait: trop cher.
Harp
2018-02-12 15:26:17 UTC
Permalink
Raw Message
Tous les bruits continus peuvent être insupportables, lancinants. C'est admis
pour les autoroutes et périphériques en zone dense: on construit des murs
anti-bruit.
En zone à faible densité ( comme probablement pour toi, et pour l'ensemble
des éoliennes) rien n'est fait: trop cher.
Et dans le cas des éoliennes, les murs anti-bruits seraient absurdes
compte-tenu de l'insignifiance du bruit.
any.one
2018-02-12 15:40:19 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Harp
Post by any.one
Tous les bruits continus peuvent être insupportables, lancinants.
C'est admis pour les autoroutes et périphériques en zone dense: on
construit des murs anti-bruit.
En zone à faible densité ( comme probablement pour toi, et pour
l'ensemble des éoliennes) rien n'est fait: trop cher.
Et dans le cas des éoliennes, les murs anti-bruits seraient absurdes
compte-tenu de l'insignifiance du bruit.
C'est ce que j'écrivais plus haut: vous ne reconnaissez pas le préjudice
de ceux qui vivent à coté d'éolienne.

N’empêche que 37% des habitants "pas gênés" ont fuit.
Paul Aubrin
2018-02-07 10:34:09 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
Justement pas. C'est purement déclaratif et subjectif.
C'est une opinion. Les trois publications que j'ai citées fournissent
des observations et des interprétations qui semblent vous contredire.
Pas vraiment, non. Au-delà des copier-coller faciles, il faudrait que
vous les lisiez sérieusement. Comme d'habitude, ce n'est pas gagné.
Sincèrement ces articles contiennent des études physiologiques
sérieuses qui mettent en évidence des perturbations du sommeil
parfaitement caractérisées.
http://www.ica2016.org.ar/ica2016proceedings/ica2016/ICA2016-0440.pdf
En accord avec la politique globale énergétique de l'union européenne,
les éoliennes se répandent dans toute l'Europe, et l'on s'attend à ce
que cette tendance continue globalement. De plus en plus de personnes,
par conséquent, vont vivre à la proximité des éoliennes dans le futur,
et être exposées à leur bruit. Une préoccupation particulière est le
potentiel du bruit nocturne à potentiellement perturber le sommeil des
résidents proches. Pour examiner cette question, nous avons mis en
oeuvre un projet intitulé Effets du Bruit des Eoliennes sur le Sommeil.
Dans une étude pilote décrite dans ce papier, nous avons effectué une
investigation initiale dans le domaine acoustique particulier du bruit
des turbines qui pourrait un impact perturbant sur le sommeil. Six
jeunes individus en bonne santé ont passé 5 nuits dans notre
laboratoire d'exposition au bruit. Pendant les 3 dernières nuits, les
participants ont été exposés à du bruit d'éoliennes qui était
synthétisé sur la base d'enregistrements de terrain. Les expositions
comportaient des périodes de différentes forces de modulation
d'amplitude, la présence ou l'absence de battements, différentes
vitesses de rotations, et des LAEq,8h=45 à 50 décibels externes, avec
des niveaux intérieurs basés sur des fenêtres fermées ou légèrement
ouvertes. Les mesures physiologiques indique que les nuits avec des
modulations de basse fréquences et LAeq,8h=45dB, des fenêtres
légèrement ouvertes (LAeq,8h=33dB à l'intérieur) impactaient le plus le
sommeil. La présence de battements et une forte modulation d'amplitude
contribuaient à perturber le sommeil, ce qui se reflétait par plus de
réveils électrophysiologiques, un accroissement du sommeil léger, une
propension au réveil et un REM et un sommeil profond réduit. L'impact
sur le sommeil de ces caractéristiques acoustiques fait l'objet
actuellement de nouvelles études.
This small-scale experiment served as a *pilot study*, and was therefore
limited by a number of factors. The participants *cannot be considered
as representative* of the population who are exposed to WTN at home.
Together with the *small sample size*, the conclusions drawn *should not
be taken outside of the context* of the work; to provide input for
future work with a more appropriate study sample, size, and exposure
design. The *chosen noise levels were higher* than those recommended in
Sweden [22], but were not unrealistically high for other countries, in
order to increase the likelihood of inducing a physiological response.
The rationale for this decision was to *increase the expected effect
size* so as to better detect what elements of the sound character
contributed to response in this small pilot study. An ongoing study has
the aim of examining sleep under the influence of noise from wind
turbines at more commonly occurring levels.
L'échantillon est sans doute faible. Mais les Six individus jeunes et en
bonne santé qui ont subi le test on effectivement montré des signes
*physiologiques* de perturbation du sommeil quand ils ont été exposés au
bruit correspondant aux éoliennes: propension au réveil, sommeil profond
diminué.

Après des années de bataille juridiques, des résidents de Falmouth dans
le Massachusetts ont obtenu la mise à l'arrêt d'une éolienne dont le
bruit leur pourrissait la vie.

http://www.capecodtimes.com/news/20171215/neighbor-demands-shuttered-
falmouth-turbine-be-removed
any.one
2018-02-07 11:08:33 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
Justement pas. C'est purement déclaratif et subjectif.
C'est une opinion. Les trois publications que j'ai citées fournissent
des observations et des interprétations qui semblent vous contredire.
Pas vraiment, non. Au-delà des copier-coller faciles, il faudrait que
vous les lisiez sérieusement. Comme d'habitude, ce n'est pas gagné.
Sincèrement ces articles contiennent des études physiologiques
sérieuses qui mettent en évidence des perturbations du sommeil
parfaitement caractérisées.
http://www.ica2016.org.ar/ica2016proceedings/ica2016/ICA2016-0440.pdf
En accord avec la politique globale énergétique de l'union européenne,
les éoliennes se répandent dans toute l'Europe, et l'on s'attend à ce
que cette tendance continue globalement. De plus en plus de personnes,
par conséquent, vont vivre à la proximité des éoliennes dans le futur,
et être exposées à leur bruit. Une préoccupation particulière est le
potentiel du bruit nocturne à potentiellement perturber le sommeil des
résidents proches. Pour examiner cette question, nous avons mis en
oeuvre un projet intitulé Effets du Bruit des Eoliennes sur le Sommeil.
Dans une étude pilote décrite dans ce papier, nous avons effectué une
investigation initiale dans le domaine acoustique particulier du bruit
des turbines qui pourrait un impact perturbant sur le sommeil. Six
jeunes individus en bonne santé ont passé 5 nuits dans notre
laboratoire d'exposition au bruit. Pendant les 3 dernières nuits, les
participants ont été exposés à du bruit d'éoliennes qui était
synthétisé sur la base d'enregistrements de terrain. Les expositions
comportaient des périodes de différentes forces de modulation
d'amplitude, la présence ou l'absence de battements, différentes
vitesses de rotations, et des LAEq,8h=45 à 50 décibels externes, avec
des niveaux intérieurs basés sur des fenêtres fermées ou légèrement
ouvertes. Les mesures physiologiques indique que les nuits avec des
modulations de basse fréquences et LAeq,8h=45dB, des fenêtres
légèrement ouvertes (LAeq,8h=33dB à l'intérieur) impactaient le plus le
sommeil. La présence de battements et une forte modulation d'amplitude
contribuaient à perturber le sommeil, ce qui se reflétait par plus de
réveils électrophysiologiques, un accroissement du sommeil léger, une
propension au réveil et un REM et un sommeil profond réduit. L'impact
sur le sommeil de ces caractéristiques acoustiques fait l'objet
actuellement de nouvelles études.
This small-scale experiment served as a *pilot study*, and was therefore
limited by a number of factors. The participants *cannot be considered
as representative* of the population who are exposed to WTN at home.
Together with the *small sample size*, the conclusions drawn *should not
be taken outside of the context* of the work; to provide input for
future work with a more appropriate study sample, size, and exposure
design. The *chosen noise levels were higher* than those recommended in
Sweden [22], but were not unrealistically high for other countries, in
order to increase the likelihood of inducing a physiological response.
The rationale for this decision was to *increase the expected effect
size* so as to better detect what elements of the sound character
contributed to response in this small pilot study. An ongoing study has
the aim of examining sleep under the influence of noise from wind
turbines at more commonly occurring levels.
L'échantillon est sans doute faible. Mais les Six individus jeunes et en
bonne santé qui ont subi le test on effectivement montré des signes
*physiologiques* de perturbation du sommeil quand ils ont été exposés au
bruit correspondant aux éoliennes: propension au réveil, sommeil profond
diminué.
Après des années de bataille juridiques, des résidents de Falmouth dans
le Massachusetts ont obtenu la mise à l'arrêt d'une éolienne dont le
bruit leur pourrissait la vie.
http://www.capecodtimes.com/news/20171215/neighbor-demands-shuttered-
falmouth-turbine-be-removed
ce qui est amusant, c'est que se sont souvent les mêmes qui refusent
l'installation d'antennes relais à coté de chez eux et qui imposent la
présence d'éoliennes chez les autres!!!
Harp
2018-02-07 15:08:08 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
This small-scale experiment served as a *pilot study*, and was therefore
limited by a number of factors. The participants *cannot be considered
as representative* of the population who are exposed to WTN at home.
Together with the *small sample size*, the conclusions drawn *should not
be taken outside of the context* of the work; to provide input for
future work with a more appropriate study sample, size, and exposure
design. The *chosen noise levels were higher* than those recommended in
Sweden [22], but were not unrealistically high for other countries, in
order to increase the likelihood of inducing a physiological response.
The rationale for this decision was to *increase the expected effect
size* so as to better detect what elements of the sound character
contributed to response in this small pilot study. An ongoing study has
the aim of examining sleep under the influence of noise from wind
turbines at more commonly occurring levels.
L'échantillon est sans doute faible. Mais les Six individus jeunes et en
bonne santé qui ont subi le test on effectivement montré des signes
*physiologiques* de perturbation du sommeil quand ils ont été exposés au
bruit correspondant aux éoliennes: propension au réveil, sommeil profond
diminué.
Le "bruit correspondant aux éoliennes" est un bruit *amplifié* par
rapport aux conditions réelles. C'est comme si une étude étudiait le
sommeil de personnes dormant dans une pièce où tourne un lave-linge, ce
n'est pas ça qui vous permettrait de dénoncer la présence d'un
lave-linge chez vous.
Paul Aubrin
2018-02-07 15:27:48 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Harp
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
This small-scale experiment served as a *pilot study*, and was
therefore limited by a number of factors. The participants *cannot be
considered as representative* of the population who are exposed to WTN
at home. Together with the *small sample size*, the conclusions drawn
*should not be taken outside of the context* of the work; to provide
input for future work with a more appropriate study sample, size, and
exposure design. The *chosen noise levels were higher* than those
recommended in Sweden [22], but were not unrealistically high for
other countries, in order to increase the likelihood of inducing a
physiological response. The rationale for this decision was to
*increase the expected effect size* so as to better detect what
elements of the sound character contributed to response in this small
pilot study. An ongoing study has the aim of examining sleep under the
influence of noise from wind turbines at more commonly occurring
levels.
L'échantillon est sans doute faible. Mais les Six individus jeunes et
en bonne santé qui ont subi le test on effectivement montré des signes
*physiologiques* de perturbation du sommeil quand ils ont été exposés
au bruit correspondant aux éoliennes: propension au réveil, sommeil
profond diminué.
Le "bruit correspondant aux éoliennes" est un bruit *amplifié* par
rapport aux conditions réelles.
Non. Cette étude portait sur des bruits reproduits en laboratoire.
Post by Harp
C'est comme si une étude étudiait le
sommeil de personnes dormant dans une pièce où tourne un lave-linge, ce
n'est pas ça qui vous permettrait de dénoncer la présence d'un
lave-linge chez vous.
Non. Cette étude portait sur des bruits parfaitement réalistes, certains
simulant une chambre fenêtre fermée et d'autres une chambre fenêtre entre-
ouverte. Les niveaux sont indiqués.
Harp
2018-02-07 15:51:05 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
This small-scale experiment served as a *pilot study*, and was
therefore limited by a number of factors. The participants *cannot be
considered as representative* of the population who are exposed to WTN
at home. Together with the *small sample size*, the conclusions drawn
*should not be taken outside of the context* of the work; to provide
input for future work with a more appropriate study sample, size, and
exposure design. The *chosen noise levels were higher* than those
recommended in Sweden [22], but were not unrealistically high for
other countries, in order to increase the likelihood of inducing a
physiological response. The rationale for this decision was to
*increase the expected effect size* so as to better detect what
elements of the sound character contributed to response in this small
pilot study. An ongoing study has the aim of examining sleep under the
influence of noise from wind turbines at more commonly occurring
levels.
L'échantillon est sans doute faible. Mais les Six individus jeunes et
en bonne santé qui ont subi le test on effectivement montré des signes
*physiologiques* de perturbation du sommeil quand ils ont été exposés
au bruit correspondant aux éoliennes: propension au réveil, sommeil
profond diminué.
Le "bruit correspondant aux éoliennes" est un bruit *amplifié* par
rapport aux conditions réelles.
Non. Cette étude portait sur des bruits reproduits en laboratoire.
Si. Vous n'avez qu'à lire avec le doigt:
An ongoing study has the aim of examining sleep under the
influence of noise from wind turbines at more commonly occurring
levels.
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
C'est comme si une étude étudiait le
sommeil de personnes dormant dans une pièce où tourne un lave-linge, ce
n'est pas ça qui vous permettrait de dénoncer la présence d'un
lave-linge chez vous.
Non. Cette étude portait sur des bruits parfaitement réalistes, certains
simulant une chambre fenêtre fermée et d'autres une chambre fenêtre entre-
ouverte. Les niveaux sont indiqués.
Si. Vous n'avez qu'à lire avec le doigt:
An ongoing study has the aim of examining sleep under the
influence of noise from wind turbines at more commonly occurring
levels.
Paul Aubrin
2018-02-07 16:12:08 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
This small-scale experiment served as a *pilot study*, and was
therefore limited by a number of factors. The participants *cannot
be considered as representative* of the population who are exposed
to WTN at home. Together with the *small sample size*, the
conclusions drawn *should not be taken outside of the context* of
the work; to provide input for future work with a more appropriate
study sample, size, and exposure design. The *chosen noise levels
were higher* than those recommended in Sweden [22], but were not
unrealistically high for other countries, in order to increase the
likelihood of inducing a physiological response. The rationale for
this decision was to *increase the expected effect size* so as to
better detect what elements of the sound character contributed to
response in this small pilot study. An ongoing study has the aim of
examining sleep under the influence of noise from wind turbines at
more commonly occurring levels.
L'échantillon est sans doute faible. Mais les Six individus jeunes et
en bonne santé qui ont subi le test on effectivement montré des
signes *physiologiques* de perturbation du sommeil quand ils ont été
exposés au bruit correspondant aux éoliennes: propension au réveil,
sommeil profond diminué.
Le "bruit correspondant aux éoliennes" est un bruit *amplifié* par
rapport aux conditions réelles.
Non. Cette étude portait sur des bruits reproduits en laboratoire.
An ongoing study has the aim of examining sleep under the influence of
noise from wind turbines at more commonly occurring levels.
"Cette étude a pour but d'examiner le sommeil sous l'influence du bruit
des éoliennes aux niveaux qui sont le plus communément produits."
Cela me parait un but clairement exprimé et parfaitement scientifiquement
raisonnable et honnête.
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
C'est comme si une étude étudiait le
sommeil de personnes dormant dans une pièce où tourne un lave-linge,
ce n'est pas ça qui vous permettrait de dénoncer la présence d'un
lave-linge chez vous.
Non. Cette étude portait sur des bruits parfaitement réalistes,
certains simulant une chambre fenêtre fermée et d'autres une chambre
fenêtre entre-
ouverte. Les niveaux sont indiqués.
An ongoing study has the aim of examining sleep under the influence of
noise from wind turbines at more commonly occurring levels.
Oui c'est totalement normal, que voudriez-vous qu'il fit d'autre que de
reproduire en laboratoire le bruit aux niveaux qui se produisent les plus
couramment ?

Il l'a fait et a enregistré l'activité de 6 cobayes pendant leur sommeil.
Il ne s'agit donc pas d'une étude multifactorielle avec plein de causes
qu'il faut démêler. Il s'agit d'une comparaison directe: six jeunes
gaillards observés d'abord dans une série de nuits calmes, puis dans une
série avec des bruits d'éoliennes reproduits *aux niveaux couramment*
*observés*. Et les résultats ont montré que leur sommeil était perturbé.
any.one
2018-02-07 16:25:29 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
This small-scale experiment served as a *pilot study*, and was
therefore limited by a number of factors. The participants *cannot
be considered as representative* of the population who are exposed
to WTN at home. Together with the *small sample size*, the
conclusions drawn *should not be taken outside of the context* of
the work; to provide input for future work with a more appropriate
study sample, size, and exposure design. The *chosen noise levels
were higher* than those recommended in Sweden [22], but were not
unrealistically high for other countries, in order to increase the
likelihood of inducing a physiological response. The rationale for
this decision was to *increase the expected effect size* so as to
better detect what elements of the sound character contributed to
response in this small pilot study. An ongoing study has the aim of
examining sleep under the influence of noise from wind turbines at
more commonly occurring levels.
L'échantillon est sans doute faible. Mais les Six individus jeunes et
en bonne santé qui ont subi le test on effectivement montré des
signes *physiologiques* de perturbation du sommeil quand ils ont été
exposés au bruit correspondant aux éoliennes: propension au réveil,
sommeil profond diminué.
Le "bruit correspondant aux éoliennes" est un bruit *amplifié* par
rapport aux conditions réelles.
Non. Cette étude portait sur des bruits reproduits en laboratoire.
An ongoing study has the aim of examining sleep under the influence of
noise from wind turbines at more commonly occurring levels.
"Cette étude a pour but d'examiner le sommeil sous l'influence du bruit
des éoliennes aux niveaux qui sont le plus communément produits."
Cela me parait un but clairement exprimé et parfaitement scientifiquement
raisonnable et honnête.
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
C'est comme si une étude étudiait le
sommeil de personnes dormant dans une pièce où tourne un lave-linge,
ce n'est pas ça qui vous permettrait de dénoncer la présence d'un
lave-linge chez vous.
Non. Cette étude portait sur des bruits parfaitement réalistes,
certains simulant une chambre fenêtre fermée et d'autres une chambre
fenêtre entre-
ouverte. Les niveaux sont indiqués.
An ongoing study has the aim of examining sleep under the influence of
noise from wind turbines at more commonly occurring levels.
Oui c'est totalement normal, que voudriez-vous qu'il fit d'autre que de
reproduire en laboratoire le bruit aux niveaux qui se produisent les plus
couramment ?
Il l'a fait et a enregistré l'activité de 6 cobayes pendant leur sommeil.
Il ne s'agit donc pas d'une étude multifactorielle avec plein de causes
qu'il faut démêler. Il s'agit d'une comparaison directe: six jeunes
gaillards observés d'abord dans une série de nuits calmes, puis dans une
série avec des bruits d'éoliennes reproduits *aux niveaux couramment*
*observés*. Et les résultats ont montré que leur sommeil était perturbé.
Si la science n'est pas conforme aux dogmes de Harp, la science est fausse.

L’expérience qui a été réalisée en simulation semble scientifiquement
valable. Les auteurs n'ont pas, cependant généralisé leurs résultats.
C'est la preuve de leur rigueur.

Ce n'est pas le cas de l'autre étude qui se permet de calculer des
pourcentages entre deux populations différentes sachant que les
riverains les plus gênés qui le pouvaient ont fuit. Où est la rigueur
dans cette étude qui en plus se contentes de ressentis pas de faits.
Harp
2018-02-07 20:18:16 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
An ongoing study has the aim of examining sleep under the influence of
noise from wind turbines at more commonly occurring levels.
Oui c'est totalement normal, que voudriez-vous qu'il fit d'autre que de
reproduire en laboratoire le bruit aux niveaux qui se produisent les plus
couramment ?
Bon, ça se confirme, vous comprenez mal l'anglais (l'allemand aussi,
nous l'avons vu récemment). Il fallait lire en réalité:
Une étude en cours a pour objectif d'étudier le sommeil sous l'impact
de bruits d'éoliennes _à des niveaux plus communément pratiqués_.

Ils expliquent d'ailleurs précédemment pourquoi, dans cette étude
qu'ils qualifient de pré-étude (pilot study") et dont ils pointent les
insuffisances de méthodologie, ils intensifient les niveaux par rapport
à la réalité: "The rationale for this decision was to increase the
expected effect size so as to better detect what elements of the sound
character contributed to response in this small pilot study."

Vous empilez les contresens.
Paul Aubrin
2018-02-08 07:17:39 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Harp
Post by Paul Aubrin
An ongoing study has the aim of examining sleep under the influence of
noise from wind turbines at more commonly occurring levels.
Oui c'est totalement normal, que voudriez-vous qu'il fit d'autre que de
reproduire en laboratoire le bruit aux niveaux qui se produisent les
plus couramment ?
Bon, ça se confirme, vous comprenez mal l'anglais (l'allemand aussi,
nous l'avons vu récemment).
J'admets avoir très peu pratiqué l'allemand hormis quatre mois d'un stage
en Allemagne il y a très longtemps.
Post by Harp
Une étude en cours a pour objectif d'étudier le sommeil sous l'impact de
bruits d'éoliennes _à des niveaux plus communément pratiqués_.
Il est dit au paragraphe 4: les niveaux sonores choisis étaient plus
forts que ceux recommandés en Suède [les auteurs sont suédois], mais
n'étaient pas élevés de façon non réaliste pour d'autres pays.

Par exemple leur niveau de bruit extérieur était de 45dB pendant les
nuits A et B. Au Danemark le niveau recommandé est 44 dB pour des vents
de 8m/s. En Allemagne, c'est 47dB pour les villages et les environnements
mixtes. Les 45dB choisis par cette première études sont donc des niveaux
courants, sauf peut-être en Suède.

Quoi qu'il en soit, l'étude en question à clairement mis en évidence
l'effet d'un bruit typique d'éolienne sur la qualité du sommeil, à des
niveaux réalistes dans d'autres pays que la Suède. Ce n'est pas une étude
statistique, mais bien une expérimentation reproductible comparant
directement, de façon contrôlée, deux nuits sans bruit et trois nuits
avec bruit. Aux Pays Bas la limite était 47dB, puis une limite a été
ajoutée à 41dB la nuit.
Les scénarios d'expositions exacts au bruit sont décrits au paragraphe
2.4 que je vous invite à relire soigneusement:
"Noise exposure was synthesised based upon extensive analysis of recorded
wind turbine sound signals..."

Exemple scénario B: fenêtres légèrement ouvertes, intensité équivalente
extérieure 54dB, intérieure 33dB, successions de faibles et forts
intervalles de modulation d'amplitude à basse fréquences.

Dans tous les scénarios, y compris celui simulant des fenêtres fermées,
le sommeil des participants a vu perturbé sur leur EEG. Par exemple, ils
ont eu une réduction de 9,2 minutes de leur sommeil profond dans le
scénario fenêtre fermée.
any.one
2018-02-08 07:52:37 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
Post by Paul Aubrin
An ongoing study has the aim of examining sleep under the influence of
noise from wind turbines at more commonly occurring levels.
Oui c'est totalement normal, que voudriez-vous qu'il fit d'autre que de
reproduire en laboratoire le bruit aux niveaux qui se produisent les
plus couramment ?
Bon, ça se confirme, vous comprenez mal l'anglais (l'allemand aussi,
nous l'avons vu récemment).
J'admets avoir très peu pratiqué l'allemand hormis quatre mois d'un stage
en Allemagne il y a très longtemps.
Post by Harp
Une étude en cours a pour objectif d'étudier le sommeil sous l'impact de
bruits d'éoliennes _à des niveaux plus communément pratiqués_.
Il est dit au paragraphe 4: les niveaux sonores choisis étaient plus
forts que ceux recommandés en Suède [les auteurs sont suédois], mais
n'étaient pas élevés de façon non réaliste pour d'autres pays.
Par exemple leur niveau de bruit extérieur était de 45dB pendant les
nuits A et B. Au Danemark le niveau recommandé est 44 dB pour des vents
de 8m/s. En Allemagne, c'est 47dB pour les villages et les environnements
mixtes. Les 45dB choisis par cette première études sont donc des niveaux
courants, sauf peut-être en Suède.
Quoi qu'il en soit, l'étude en question à clairement mis en évidence
l'effet d'un bruit typique d'éolienne sur la qualité du sommeil, à des
niveaux réalistes dans d'autres pays que la Suède. Ce n'est pas une étude
statistique, mais bien une expérimentation reproductible comparant
directement, de façon contrôlée, deux nuits sans bruit et trois nuits
avec bruit. Aux Pays Bas la limite était 47dB, puis une limite a été
ajoutée à 41dB la nuit.
Les scénarios d'expositions exacts au bruit sont décrits au paragraphe
"Noise exposure was synthesised based upon extensive analysis of recorded
wind turbine sound signals..."
Exemple scénario B: fenêtres légèrement ouvertes, intensité équivalente
extérieure 54dB, intérieure 33dB, successions de faibles et forts
intervalles de modulation d'amplitude à basse fréquences.
Dans tous les scénarios, y compris celui simulant des fenêtres fermées,
le sommeil des participants a vu perturbé sur leur EEG. Par exemple, ils
ont eu une réduction de 9,2 minutes de leur sommeil profond dans le
scénario fenêtre fermée.
Discuter de cela, c'est accréditer l’idée que l’étude signalée au départ
est rigoureuse et exacte et que l’étude réalisée en labo est biaisée,
alors que c'est le contraire.
Paul Aubrin
2018-02-08 08:19:56 UTC
Permalink
Raw Message
Post by any.one
Post by Paul Aubrin
Dans tous les scénarios, y compris celui simulant des fenêtres fermées,
le sommeil des participants a vu perturbé sur leur EEG. Par exemple,
ils ont eu une réduction de 9,2 minutes de leur sommeil profond dans le
scénario fenêtre fermée.
Discuter de cela, c'est accréditer l’idée que l’étude signalée au départ
est rigoureuse et exacte et que l’étude réalisée en labo est biaisée,
alors que c'est le contraire.
En plus, cette étude rend intenable l'hypothèse que les gens qui se
plaignent du bruit des éoliennes sont tous des mauvais coucheurs qui se
plaindraient de maux imaginaires à la façon des "électrosensibles". Le
bruit de éoliennes a un effet objectif sur la qualité du sommeil.
Harp
2018-02-08 11:00:24 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
En plus, cette étude rend intenable l'hypothèse que les gens qui se
plaignent du bruit des éoliennes sont tous des mauvais coucheurs qui se
plaindraient de maux imaginaires à la façon des "électrosensibles".
Personne n'a prétendu ça.
Post by Paul Aubrin
Le bruit de éoliennes a un effet objectif sur la qualité du sommeil.
Aucun impact significatif pour peu que les limites réglementaires
soient respectées.
any.one
2018-02-08 11:08:44 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Harp
Post by Paul Aubrin
En plus, cette étude rend intenable l'hypothèse que les gens qui se
plaignent du bruit des éoliennes sont tous des mauvais coucheurs qui
se plaindraient de maux imaginaires à la façon des "électrosensibles".
Personne n'a prétendu ça.
Post by Paul Aubrin
Le bruit de éoliennes a un effet objectif sur la qualité du sommeil.
Aucun impact significatif pour peu que les limites réglementaires soient
respectées.
bel exemple d'autisme :-)
Paul Aubrin
2018-02-08 11:19:39 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Harp
Post by Paul Aubrin
En plus, cette étude rend intenable l'hypothèse que les gens qui se
plaignent du bruit des éoliennes sont tous des mauvais coucheurs qui se
plaindraient de maux imaginaires à la façon des "électrosensibles".
Personne n'a prétendu ça.
On l'entend dire. Certains prétendent qu'être gêné par le bruit des
éoliennes témoigne d'une mauvaise foi.
Post by Harp
Post by Paul Aubrin
Le bruit de éoliennes a un effet objectif sur la qualité du sommeil.
Aucun impact significatif pour peu que les limites réglementaires soient
respectées.
Les limites dépendent des pays, et dans chacun de ces pays sont
spécifiées pour des niveaux de vents qui ne sont pas toujours maximum.
L'étude de l'ICA donne des raisons valables de penser que les niveaux de
bruits dans d'autres pays, où les seuils sont plus élevés, auraient des
effets perturbateurs sur le sommeil.
Harp
2018-02-08 11:28:03 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
Post by Paul Aubrin
Le bruit de éoliennes a un effet objectif sur la qualité du sommeil.
Aucun impact significatif pour peu que les limites réglementaires soient
respectées.
Les limites dépendent des pays, et dans chacun de ces pays sont
spécifiées pour des niveaux de vents qui ne sont pas toujours maximum.
L'étude de l'ICA donne des raisons valables de penser que les niveaux de
bruits dans d'autres pays, où les seuils sont plus élevés, *auraient* des
effets perturbateurs sur le sommeil.
Tiens, il y a du progrès: tenez bien ce conditionnel et arrêtez de
faire dire à des études ce qu'elles ne disent pas.
À la prochaine. On peut toujours rêver.
Paul Aubrin
2018-02-08 12:06:04 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
Post by Paul Aubrin
Le bruit de éoliennes a un effet objectif sur la qualité du sommeil.
Aucun impact significatif pour peu que les limites réglementaires
soient respectées.
Les limites dépendent des pays, et dans chacun de ces pays sont
spécifiées pour des niveaux de vents qui ne sont pas toujours maximum.
L'étude de l'ICA donne des raisons valables de penser que les niveaux
de bruits dans d'autres pays, où les seuils sont plus élevés,
*auraient* des effets perturbateurs sur le sommeil.
Tiens, il y a du progrès: tenez bien ce conditionnel et arrêtez de faire
dire à des études ce qu'elles ne disent pas.
À la prochaine. On peut toujours rêver.
L'étude de l'ICA est tout à fait concluante sur l'existence d'un impact
pour des niveaux de bruits réglementaires dans plusieurs pays
(l'Allemagne, par exemple). La réglementation suédoise étant plus
stricte, il est normal que les suédois en question souhaitent l'affiner.
any.one
2018-02-08 11:07:31 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
Post by any.one
Post by Paul Aubrin
Dans tous les scénarios, y compris celui simulant des fenêtres fermées,
le sommeil des participants a vu perturbé sur leur EEG. Par exemple,
ils ont eu une réduction de 9,2 minutes de leur sommeil profond dans le
scénario fenêtre fermée.
Discuter de cela, c'est accréditer l’idée que l’étude signalée au départ
est rigoureuse et exacte et que l’étude réalisée en labo est biaisée,
alors que c'est le contraire.
En plus, cette étude rend intenable l'hypothèse que les gens qui se
plaignent du bruit des éoliennes sont tous des mauvais coucheurs qui se
plaindraient de maux imaginaires à la façon des "électrosensibles". Le
bruit de éoliennes a un effet objectif sur la qualité du sommeil.
En fait, la qualité de l'argumentaire n'a que peu d'importance.
L'essentiel étant de continuer à affirmer que "les éoliennes c'est bon
pour l'environnement"(sic) et de ne laisser apparaitre aucun
inconvénient qui pourrait ébrécher tant soit peu ce dogme.

A partir de là, comme on le voit dans ce fil (et dans d'autres), tout
argumentation raisonnée et démontrée est vaine.
Harp
2018-02-08 10:58:19 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
Quoi qu'il en soit, l'étude en question à clairement mis en évidence
l'effet d'un bruit typique d'éolienne sur la qualité du sommeil, à des
niveaux réalistes dans d'autres pays que la Suède.
Toujours pas.

Together with the small sample size, the conclusions drawn
should not be taken outside of the context of the work; to provide
input for future work with a more appropriate study sample, size, and
exposure design.
etc.
Paul Aubrin
2018-02-08 11:03:08 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Harp
Post by Paul Aubrin
Quoi qu'il en soit, l'étude en question à clairement mis en évidence
l'effet d'un bruit typique d'éolienne sur la qualité du sommeil, à des
niveaux réalistes dans d'autres pays que la Suède.
Toujours pas.
Together with the small sample size, the conclusions drawn should not be
taken outside of the context of the work; to provide input for future
work with a more appropriate study sample, size, and exposure design.
etc.
L'étude a clairement mis en évidence un effet direct du bruit des
éoliennes sur la qualité du sommeil (mesuré directement par l'activité
électrique du cerveau des dormeurs). Qu'il faille ensuite confirmer et
préciser les résultats avec un échantillon plus grand de dormeurs, et des
conditions d'exposition différentes, certainement, puisque l'étude
initial met en évidence que le problème existe.
Harp
2018-02-08 11:12:52 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
Post by Paul Aubrin
Quoi qu'il en soit, l'étude en question à clairement mis en évidence
l'effet d'un bruit typique d'éolienne sur la qualité du sommeil, à des
niveaux réalistes dans d'autres pays que la Suède.
Toujours pas.
Together with the small sample size, the conclusions drawn should not be
taken outside of the context of the work; to provide input for future
work with a more appropriate study sample, size, and exposure design.
etc.
L'étude a clairement mis en évidence un effet direct du bruit des
éoliennes sur la qualité du sommeil (mesuré directement par l'activité
électrique du cerveau des dormeurs). Qu'il faille ensuite confirmer et
préciser les résultats avec un échantillon plus grand de dormeurs, et des
conditions d'exposition différentes, certainement, puisque l'étude
initial met en évidence que le problème existe.
Non. La nécessité de la "grosse" étude est liée à l'absence de
conclusions dans les conditions réelles. Attendez au moins sa
publication avant de vous emballer.
Paul Aubrin
2018-02-08 12:02:25 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Harp
Post by Paul Aubrin
Post by Harp
Post by Paul Aubrin
Quoi qu'il en soit, l'étude en question à clairement mis en évidence
l'effet d'un bruit typique d'éolienne sur la qualité du sommeil, à
des niveaux réalistes dans d'autres pays que la Suède.
Toujours pas.
Together with the small sample size, the conclusions drawn should not
be taken outside of the context of the work; to provide input for
future work with a more appropriate study sample, size, and exposure
design. etc.
L'étude a clairement mis en évidence un effet direct du bruit des
éoliennes sur la qualité du sommeil (mesuré directement par l'activité
électrique du cerveau des dormeurs). Qu'il faille ensuite confirmer et
préciser les résultats avec un échantillon plus grand de dormeurs, et
des conditions d'exposition différentes, certainement, puisque l'étude
initial met en évidence que le problème existe.
Non. La nécessité de la "grosse" étude est liée à l'absence de
conclusions dans les conditions réelles.
Par réelle vous voulez dire avec de vraies éoliennes? Pour moi l'étude en
laboratoire avec des sources contrôlées reproduisant à volonté les bruits
caractéristiques dans plusieurs types de vents et de circonstances sont
au moins aussi valides. L'étude préliminaire a d'ailleurs permis
d'identifier que certains types de bruits avaient un impact plus élevé
sur le sommeil que d'autres.
Post by Harp
Attendez au moins sa publication avant de vous emballer.
L'étude préliminaire est parfaitement claire: le bruit des éoliennes a un
impact mesurable sur la qualité du sommeil.
Paul Aubrin
2018-02-08 08:29:57 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Harp
Post by Paul Aubrin
An ongoing study has the aim of examining sleep under the influence of
noise from wind turbines at more commonly occurring levels.
Oui c'est totalement normal, que voudriez-vous qu'il fit d'autre que de
reproduire en laboratoire le bruit aux niveaux qui se produisent les
plus couramment ?
Bon, ça se confirme, vous comprenez mal l'anglais (l'allemand aussi,
Une étude en cours a pour objectif d'étudier le sommeil sous l'impact de
bruits d'éoliennes _à des niveaux plus communément pratiqués_.
"plus communément pratiqués"? Pas terrible. "aux niveaux qui se
produisent les plus couramment" rendait au moins aussi bien le sens. Peut-
être:
"Une étude en cours a pour but d'examiner le sommeil sous l'influence du
bruit des éoliennes *à des niveaux plus courants*." Ou plus communs, ou
plus usuels, sous-entendu en Suède, parce qu'ailleurs les bruits peuvent
réglementairement être plus intenses.
Post by Harp
Ils expliquent d'ailleurs précédemment pourquoi, dans cette étude qu'ils
qualifient de pré-étude (pilot study") et dont ils pointent les
insuffisances de méthodologie, ils intensifient les niveaux par rapport
à la réalité: "The rationale for this decision was to increase the
expected effect size so as to better detect what elements of the sound
character contributed to response in this small pilot study."
Vous empilez les contresens.
François Guillet
2018-02-06 17:57:45 UTC
Permalink
Raw Message
Selon une enquête réalisée par des psychologues allemands de l'Université
Martin Luther d'Halle
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0301421517306304?via%3Dihub
plus on est opposé à ces infrastructures et plus on ressent de symptômes !
À 50m d'une grande éolienne, on ne perçoit qu'un très léger bruissement des
pales en rotations.
Seulement quand on ne les reçoit pas dans la gueule les jours de grand
vent :
https://www.youtube.com/watch?v=nXr7dc0oBpE
l***@wanadoo.fr
2018-02-07 08:19:15 UTC
Permalink
Raw Message
Post by François Guillet
Selon une enquête réalisée par des psychologues allemands de l'Université
Martin Luther d'Halle
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0301421517306304?via%3Dihub
plus on est opposé à ces infrastructures et plus on ressent de symptômes !
À 50m d'une grande éolienne, on ne perçoit qu'un très léger bruissement des
pales en rotations.
Seulement quand on ne les reçoit pas dans la gueule les jours de grand
https://www.youtube.com/watch?v=nXr7dc0oBpE
Et que penser des sols liquéfiables ..., ( voir les sols de Mexico par rapport au séisme de Michoacán dont l'épicentre était à 400 km )
--
L.C.
Harp
2018-02-12 13:30:07 UTC
Permalink
Raw Message
Post by l***@wanadoo.fr
Post by François Guillet
Selon une enquête réalisée par des psychologues allemands de l'Université
Martin Luther d'Halle
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0301421517306304?via%3Dihub
plus on est opposé à ces infrastructures et plus on ressent de symptômes !
À 50m d'une grande éolienne, on ne perçoit qu'un très léger bruissement des
pales en rotations.
Seulement quand on ne les reçoit pas dans la gueule les jours de grand
http://youtu.be/nXr7dc0oBpE
Et que penser des sols liquéfiables ..., ( voir les sols de Mexico par
rapport au séisme de Michoacán dont l'épicentre était à 400 km )
Mais quel est le rapport ? lol

Guillet, Coste, anyone, c'est la cour des miracles ici.
François Guillet
2018-02-13 13:28:30 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Harp
Post by l***@wanadoo.fr
Post by François Guillet
Post by Harp
Post by Artur Ele
Selon une enquête réalisée par des psychologues allemands de
l'Université Martin Luther d'Halle
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0301421517306304?via%3Dihub
plus on est opposé à ces infrastructures et plus on ressent de symptômes !
À 50m d'une grande éolienne, on ne perçoit qu'un très léger bruissement
des pales en rotations.
Seulement quand on ne les reçoit pas dans la gueule les jours de grand
http://youtu.be/nXr7dc0oBpE
Et que penser des sols liquéfiables ..., ( voir les sols de Mexico par
rapport au séisme de Michoacán dont l'épicentre était à 400 km )
Mais quel est le rapport ? lol
Une des marques de l'intelligence, c'est la capacité à identifier des
rapports.
Tu n'étais pas concerné.
Harp
2018-02-14 10:31:44 UTC
Permalink
Raw Message
Post by François Guillet
Post by Harp
Post by l***@wanadoo.fr
Post by François Guillet
Post by Harp
Post by Artur Ele
Selon une enquête réalisée par des psychologues allemands de
l'Université Martin Luther d'Halle
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0301421517306304?via%3Dihub
plus on est opposé à ces infrastructures et plus on ressent de symptômes !
À 50m d'une grande éolienne, on ne perçoit qu'un très léger bruissement
des pales en rotations.
Seulement quand on ne les reçoit pas dans la gueule les jours de grand
http://youtu.be/nXr7dc0oBpE
Et que penser des sols liquéfiables ..., ( voir les sols de Mexico par
rapport au séisme de Michoacán dont l'épicentre était à 400 km )
Mais quel est le rapport ? lol
Une des marques de l'intelligence, c'est la capacité à identifier des
rapports.
Tu n'étais pas concerné.
L'une des marques supplémentaires et indispensables de l'intelligence,
c'est la capacité à identifier aussi les rapports imaginaires.

Il s'agissait ici de l'impact acoustique des éoliennes sur les
riverains. Dès lors:
- pour dévier vers l'explosion exeptionnelle d'une éolienne, il faut
être un con.
- pour dévier vers les sols liquéfiables, il faut être un fou.
Sisyphe
2018-02-14 18:34:54 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Harp
Il s'agissait ici de l'impact acoustique des éoliennes sur les
- pour dévier vers l'explosion exeptionnelle d'une éolienne, il faut
être un con.
- pour dévier vers les sols liquéfiables, il faut être un fou.
Les deux conditions sont vérifiées.

Harp
2018-02-12 13:29:01 UTC
Permalink
Raw Message
Post by François Guillet
Selon une enquête réalisée par des psychologues allemands de l'Université
Martin Luther d'Halle
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0301421517306304?via%3Dihub
plus on est opposé à ces infrastructures et plus on ressent de symptômes !
À 50m d'une grande éolienne, on ne perçoit qu'un très léger bruissement des
pales en rotations.

Rien à voir. Seul un crétin pouvait oser le rapprochement.
François Guillet
2018-02-13 13:32:02 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Harp
Post by François Guillet
Post by Harp
Selon une enquête réalisée par des psychologues allemands de l'Université
Martin Luther d'Halle
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0301421517306304?via%3Dihub
plus on est opposé à ces infrastructures et plus on ressent de symptômes !
À 50m d'une grande éolienne, on ne perçoit qu'un très léger bruissement
des pales en rotations.
http://youtu.be/nXr7dc0oBpE
Rien à voir.
Ah mais si, ce n'est pas "un très léger bruissement des pales en
rotations" qu'on perçoit, quand on en reçoit dans la gueule.
Il fallait donc préciser le domaine d'application.
Post by Harp
Seul un crétin pouvait oser le rapprochement.
Seul un crétin pouvait prendre ça à la lettre.
Paul Aubrin
2018-02-07 10:52:47 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Artur Ele
Selon une enquête réalisée par des psychologues allemands de
l'Université Martin Luther d'Halle
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0301421517306304?via%
3Dihub
Post by Artur Ele
plus on est opposé à ces infrastructures et plus on ressent de symptômes
!
Pour mener leur enquête, les chercheurs ont interrogé les habitants
d'une zone rurale de la Basse-Saxe, au nord-ouest de l'Allemagne. Leur
maison se trouve près d'un parc éolien, composé de neuf infrastructures
de 150 mètres de haut. Quand les riverains ont été interrogés la
première fois, en 2012, les éoliennes étaient installées depuis trois
ans. A ce moment, 10% d'entre eux ont déclaré une gêne ou un symptôme
(anxiété, problèmes de sommeil, irritabilité ou troubles de l'humeur).
Plus que la vue, c'est surtout le bruit (en particulier les variations
de sons) qui est dérangeant pour les riverains. Deux ans plus tard, les
chercheurs ont de nouveau procédé à une enquête auprès des mêmes
citoyens. Résultat : la proportion de personnes gênées par les éoliennes
est descendue à 7%.
Les impacts sur la santé du bruit ont aussi préoccupé Environnement
Canada.

https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/sante-environnement-milieu-
travail/bruit/bruit-eoliennes/introduction-bruit.html

On y lit, par exemple:

"Un lien statistique a été établi entre le désagrément associé au bruit
des éoliennes et plusieurs effets sur la santé autodéclarés par les
répondants, y compris l'hypertension, les migraines, les acouphènes, les
vertiges, les résultats obtenus au PSQI et le stress perçu."

"Un lien statistique a été établi entre le désagrément associé au bruit
des éoliennes et les concentrations de cortisol dans les cheveux, ainsi
que la tension artérielle systolique et diastolique."

"Les troubles du sommeil de longue durée peuvent avoir des effets
néfastes sur la santé, et la perturbation du sommeil est l'un des
troubles les plus souvent recensés dont il est fait état dans la
littérature scientifique concernant le bruit ambiant. Certaines études,
mais pas toutes, ont démontré un lien entre les troubles du sommeil
autodéclarés par des répondants et l'exposition au bruit des éoliennes."
Loading...