Discussion:
[énergie] retour d'expérience : le photovoltaïque en Espagne.
(trop ancien pour répondre)
Paul Aubrin
2017-04-28 07:08:11 UTC
Permalink
Raw Message
Il y a une dizaine d'années, pour satisfaire le protocole de Kyoto, les
gouvernements espagnols ont fortement encouragé le développement de
l'électricité photovoltaïque. Après tout, l'Espagne est un des pays les
plus ensoleillés d'Europe. Le gouvernement Zapatero demandait aux
espagnols d'avoir un comportement patriote et d'investir dans les
énergies renouvelables.

Et cela a très bien marché. L'économie verte a tourné à fond pendant
plusieurs années. Encouragés par les prix élevés de rachat de
l'électricité photovoltaïque garantis par les décrets parus au bulletin
officiel, de nombreux espagnols, parfois des villes entières encouragées
par leur maire, se sont endettés pour construire leur installation
solaire.

Cela a très bien marché. Tellement bien que le montant des subventions a
atteint des montants incontrôlables. Tellement insoutenables pour le
budget de l'Espagne, que le gouvernement a non seulement mis le ho là aux
subventions aux installations nouvelles, mais a réduit les prix de
rachats garantis aux installations existantes. La bulle spéculative s'est
rapidement dégonflée. Mais les dégâts sont terribles.

Sans subventions, aucune de ces installations n'est rentable. Ceux qui y
avaient cru se retrouvent ruinés. Leur biens et leur maisons hypothéquées
doivent-être vendues. S'ils ne sont pas recueillis par leur famille, ils
se retrouvent à la rue.

Les histoires sur ces débâcles abondent, comme par exemple celles
racontées dans ce blog (en espagnol).
http://energiasrenovablesperu.blogspot.fr/2017/03/la-gran-estafa-solar-
espana.html
César Vea, La Rioja, Jorge Puebla, Valladolid, Miguel Angel Martinez
Aroca, président de l'association nationale des producteurs d'énergie
photovoltaïque, etc. donnent les détails sur le naufrage d'une politique
énergétique délirante.

Ce qui s'est produit à une échelle individuelle en Espagne, peut se
reproduire à l'échelle d'une nation entière. Les énergies renouvelables
n'étant pas, tout inclus, rentables ce sont des boulets qui plombent
l'économie d'un pays, détruisent les emplois et appauvrissent les
ménages. Les économies prospères, comme l'économie allemande, en
souffrent. Une économie plus fragile, comme celle de l'Espagne, aurait
été conduite à la banqueroute si elle n'avait sacrifié des dizaines de
milliers de ménages qui y avaient cru il y a dix ans.

Pour se conformer aux accords de Paris, il existe un consensus implicite
général en France, tous partis confondus, en faveur des énergies
renouvelables. Il est fort à parier que si l'on s'y lance avec
suffisamment de vigueur et aussi peu de discernement, on se heurtera avec
la même vitesse aux mêmes difficultés économiques. En règle générale,
énergies renouvelables ne sont pas économiquement soutenables.
Rénée
2017-04-28 08:04:21 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
En règle générale,
énergies renouvelables ne sont pas économiquement soutenables.
Ouf vous me rassurez, je vais pouvoir rester avec mon uranium et mon
charbon.
Paul Aubrin
2017-04-28 10:02:41 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Rénée
Post by Paul Aubrin
En règle générale,
énergies renouvelables ne sont pas économiquement soutenables.
Ouf vous me rassurez, je vais pouvoir rester avec mon uranium et mon
charbon.
Les allemands sont en train d'abandonner le nucléaire pour passer au
charbon et au lignite. En dépit de leur investissement massif dans le
solaire et l'éolien, leur émissions de CO2 (=consommation de combustibles
fossiles) sont en augmentation. Leur investissement dans les énergies
renouvelable n'a eu qu'un seul effet net: faire doubler le prix du kWh
pour le consommateur domestique, laissant plusieurs centaines de milliers
de ménages dans l'incapacité de payer leurs factures.

Donc, avec le photovoltaïque et l'éolien, non seulement vous n'atteignez
pas les objectifs que vous visiez, mais en plus vous ruinez votre
économie (différents choix de catégorie sociales à ruiner sont possibles,
même si toutes sont atteintes).
Paul Aubrin
2017-04-28 10:07:17 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Rénée
Post by Paul Aubrin
En règle générale,
énergies renouvelables ne sont pas économiquement soutenables.
Ouf vous me rassurez, je vais pouvoir rester avec mon uranium et mon
charbon.
Les allemands sont en train d'abandonner le nucléaire pour passer au
charbon et au lignite. En dépit de leur investissement massif dans le
solaire et l'éolien, leurs émissions de CO2 (=consommation de combustibles
fossiles) sont en augmentation. Leur investissement dans les énergies
renouvelables n'a eu qu'un seul effet net: faire doubler le prix du kWh
pour le consommateur domestique, laissant plusieurs centaines de milliers
de ménages dans l'incapacité de payer leurs factures.

Donc, avec le photovoltaïque et l'éolien, non seulement vous n'atteignez
pas les objectifs que vous visiez, mais en plus vous ruinez votre économie
(différents choix de catégorie sociales à ruiner sont possibles,
même si toutes sont atteintes).
l***@wanadoo.fr
2017-04-29 10:13:10 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
Il y a une dizaine d'années, pour satisfaire le protocole de Kyoto, les
gouvernements espagnols ont fortement encouragé le développement de
l'électricité photovoltaïque. Après tout, l'Espagne est un des pays les
plus ensoleillés d'Europe. Le gouvernement Zapatero demandait aux
espagnols d'avoir un comportement patriote et d'investir dans les
énergies renouvelables.
Et cela a très bien marché. L'économie verte a tourné à fond pendant
plusieurs années. Encouragés par les prix élevés de rachat de
l'électricité photovoltaïque garantis par les décrets parus au bulletin
officiel, de nombreux espagnols, parfois des villes entières encouragées
par leur maire, se sont endettés pour construire leur installation
solaire.
Cela a très bien marché. Tellement bien que le montant des subventions a
atteint des montants incontrôlables. Tellement insoutenables pour le
budget de l'Espagne, que le gouvernement a non seulement mis le ho là aux
subventions aux installations nouvelles, mais a réduit les prix de
rachats garantis aux installations existantes. La bulle spéculative s'est
rapidement dégonflée. Mais les dégâts sont terribles.
Sans subventions, aucune de ces installations n'est rentable. Ceux qui y
avaient cru se retrouvent ruinés. Leur biens et leur maisons hypothéquées
doivent-être vendues. S'ils ne sont pas recueillis par leur famille, ils
se retrouvent à la rue.
Les histoires sur ces débâcles abondent, comme par exemple celles
racontées dans ce blog (en espagnol).
http://energiasrenovablesperu.blogspot.fr/2017/03/la-gran-estafa-solar-
espana.html
César Vea, La Rioja, Jorge Puebla, Valladolid, Miguel Angel Martinez
Aroca, président de l'association nationale des producteurs d'énergie
photovoltaïque, etc. donnent les détails sur le naufrage d'une politique
énergétique délirante.
Ce qui s'est produit à une échelle individuelle en Espagne, peut se
reproduire à l'échelle d'une nation entière. Les énergies renouvelables
n'étant pas, tout inclus, rentables ce sont des boulets qui plombent
l'économie d'un pays, détruisent les emplois et appauvrissent les
ménages. Les économies prospères, comme l'économie allemande, en
souffrent. Une économie plus fragile, comme celle de l'Espagne, aurait
été conduite à la banqueroute si elle n'avait sacrifié des dizaines de
milliers de ménages qui y avaient cru il y a dix ans.
Pour se conformer aux accords de Paris, il existe un consensus implicite
général en France, tous partis confondus, en faveur des énergies
renouvelables. Il est fort à parier que si l'on s'y lance avec
suffisamment de vigueur et aussi peu de discernement, on se heurtera avec
la même vitesse aux mêmes difficultés économiques. En règle générale,
énergies renouvelables ne sont pas économiquement soutenables.
Il y a aussi une chose que l'on oublie : la pollution liée à la métallurgie du silicium !
Pour contourner la difficulté inhérente on fait fabriquer en Chine et passez muscade !
Bien sûr il y a une méthode d'appréciation concernant l'environnement mais elle n'est pas à la portée intellectuelle des zécolos et je n'en donnerai surtout pas l'acronyme. En matière de faiblesse d'impact pour la production d'énergie.... rien ne vaut le nucléaire ... ah ils gueuleraient les mecs s'ils savaient comment SCIENTIFIQUEMENT on arrive à ce résultat .... Et ils déclareraient la méthode fasciste.
Surtout n'appliquons pas cela .....
--
L.C.

Loading...