Discussion:
lala land.
(trop ancien pour répondre)
Topinambour
2017-04-17 18:30:32 UTC
Permalink
Raw Message
Voir les cinq premières minutes du film.

Les gens sont coincés dans un bouchon, et ils sont très heureux. Même
qu'ils sortent des voitures et qu'ils chantent et dansent.

Les zétazuniens sont vraiment des gens différents.
Paul Aubrin
2017-04-20 05:55:44 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Topinambour
Voir les cinq premières minutes du film.
Les gens sont coincés dans un bouchon, et ils sont très heureux. Même
qu'ils sortent des voitures et qu'ils chantent et dansent.
Les zétazuniens sont vraiment des gens différents.
Un film n'est pas un reflet de la réalité, mais des idées (ou de
l'absence d'icelles) de son auteur. En l'espèce celui-ci n'essaie même
pas d'y prétendre. La lecture du synopsis indique qu'il s'agit d'un film
d'Hollywood sur les aspirations supposées des gens d'Hollywood, telles
qu'imaginées par un scénariste d'Hollywood. Ca tourne en circuit
tellement fermé que ça confine à l'asphyxie.

D'une manière générale, la production cinématographique, aux US comme
ailleurs, manque d'idées fraîches. Elle n'a pas de racines. On s'explique
mieux que les acteurs de cinéma s'autoproclament souvent les porte-
drapeaux de formes d'idées environnementalistes hors-sol. Ces mecs et ces
nanas là, les riches, les besogneux et les pauvres, vivent dans une bulle.

Il est vrai qu'ils doivent produire beaucoup, et que les idées géniales
sont rares, d'autant plus rare que les narcissiques de la société du
divertissement ne sont pas à leur recherche.

A propos, cette fiction US ? quel rapport avec l'environnement?
Paul Aubrin
2017-04-20 06:42:58 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
A propos, cette fiction US ? quel rapport avec l'environnement?
Bon, Bidulette voulait dénigrer la civilisation à qui nous devons le
développement massif de ces moyens transports individuels appelés
automobiles. Mais la soif de voiture ne date pas du vingtième siècle. La
possession de voitures est attestée comme un signe de réussite sociale
dès la fin du dix-huitième siècle (*).

Certes, la production de l'industrie automobile envahit l'espace public,
sent le pétrole, génère de la poussière et du bruit. Mais ces
inconvénients ont une contrepartie tellement positive pour les
utilisateurs que l'usage de l'automobile est plébiscité par large
majorité de ménages, même si quelques uns aime râler contre l'utilisation
abusive qu'en fait leurs voisins, quand leur propre automobile est en
stationnement.

Pour de nombreux usages, l'automobile est très largement plus commode que
les autres moyens disponibles. Interrogez vos amis parisiens qui ont
décidé de se passer de véhicule, au motif que le système de transport de
Paris est suffisamment dense. De temps en temps, il leur vient l'idée de
louer un véhicule, pour aller voir leurs amis qui ont installé leur
enfants dans des environnements plus verdoyants. Ils renoncent le plus
souvent parce que la location occasionnelle est chère et contraignante,
d'autant plus qu'ils ne profitent pas des petits bénéfices permanents des
utilisateurs réguliers.
Qu'on ne se méprenne pas, je suis personnellement favorable aux systèmes
de transports collectifs dans les zones denses, associées à des parcs de
stationnement à très bon marché en tête de ligne pour les habitants des
zones moins denses. Mais je ne crois pas que l'éradication systématique
des voitures individuelles au profit des transports publics soit
désirable et encore moins généralement souhaitée.

(*) "Oui, miss Elizabeth, vous aurez l'honneur de voir lady Catherine de
Bourgh dimanche prochain, et certainement elle vous charmera. C'est
l'aménité et la bienveillance en personne, et je ne doute pas quelle
n'ait la bonté de vous adresser la parole à l'issue de l'office. Je ne
crois pas m'avancer en vous annonçant quelle vous comprendra ainsi que ma
sœur Maria dans les invitations quelle nous fera pendant votre séjour
ici. Sa manière d'être à l'égard de ma chère Charlotte est des plus
aimables: nous dînons à Rosings deux fois par semaine, et jamais Sa Grâce
ne nous laisse revenir à pied: sa voiture est toujours prête pour nous
ramener; je devrais dire une de ses voitures, car Sa Grâce en a
plusieurs."
Jane Austen (1775-1817). Orgueil et préjugés.
Paul Aubrin
2017-04-20 10:51:53 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
A propos, cette fiction US ? quel rapport avec l'environnement?
Bon, Bidulette voulait dénigrer la civilisation à qui nous devons le
développement massif de ces moyens transports individuels appelés
automobiles. Mais la soif de voiture ne date pas du vingtième siècle. La
possession de voitures est attestée comme un signe de réussite sociale dès
la fin du dix-huitième siècle (*).

Certes, la production de l'industrie automobile envahit l'espace public,
sent le pétrole, génère de la poussière et du bruit. Mais ces
inconvénients ont une contrepartie tellement positive pour les
utilisateurs que l'usage de l'automobile est plébiscité par une large
majorité de ménages, même si quelques uns aiment râler contre
l'utilisation abusive qu'en font leurs voisins, quand leur propre
automobile est en stationnement.

Pour de nombreux usages, l'automobile est très largement plus commode que
les autres moyens disponibles. Interrogez vos amis parisiens qui ont
décidé de se passer de véhicule, au motif que le système de transport de
Paris est suffisamment dense. De temps en temps, il leur vient l'idée de
louer un véhicule, pour aller voir leurs amis qui ont installé leur
enfants dans des environnements plus verdoyants. Ils renoncent le plus
souvent parce que la location occasionnelle est chère et contraignante,
d'autant plus qu'ils ne profitent pas des petits bénéfices permanents des
utilisateurs réguliers.
Qu'on ne se méprenne pas, je suis personnellement favorable aux systèmes
de transports collectifs dans les zones denses, associées à des parcs de
stationnement bon marché en tête de ligne pour les habitants des
zones moins denses. Mais je ne crois pas que l'éradication systématique
des voitures individuelles au profit des transports publics soit désirable
et encore moins généralement souhaitée.

(*) "Oui, miss Elizabeth, vous aurez l'honneur de voir lady Catherine de
Bourgh dimanche prochain, et certainement elle vous charmera. C'est
l'aménité et la bienveillance en personne, et je ne doute pas quelle n'ait
la bonté de vous adresser la parole à l'issue de l'office. Je ne crois pas
m'avancer en vous annonçant quelle vous comprendra ainsi que ma sœur Maria
dans les invitations quelle nous fera pendant votre séjour ici. Sa manière
d'être à l'égard de ma chère Charlotte est des plus aimables: nous dînons
à Rosings deux fois par semaine, et jamais Sa Grâce ne nous laisse revenir
à pied: sa voiture est toujours prête pour nous ramener; je devrais dire
une de ses voitures, car Sa Grâce en a plusieurs."
Jane Austen (1775-1817). Orgueil et préjugés.
anyone.
2017-04-20 14:05:24 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Topinambour
Voir les cinq premières minutes du film.
Les gens sont coincés dans un bouchon, et ils sont très heureux. Même
qu'ils sortent des voitures et qu'ils chantent et dansent.
Les zétazuniens sont vraiment des gens différents.
Ce sont les villes qui sont différentes dans leur histoire, leur
organisation et leur évolution.

Interpréter les us et coutumes de l’Amérique du nord à travers la grille
de valeur écolo-européenne, c'est passer à coté de la réalité et des
raisons qui conduisent aux solutions adoptées.
François Guillet
2017-04-20 14:58:30 UTC
Permalink
Raw Message
Topinambour avait prétendu :
...
Post by Topinambour
Les gens sont coincés dans un bouchon, et ils sont très heureux.
...

Contrairement à ceux à vélo, mal dans leur peau.

Loading...