De l’eau chaude plutôt que du glyphosate
Discussion:
De l’eau chaude plutôt que du glyphosate
(trop ancien pour répondre)
Artur Ele
2018-01-23 13:42:02 UTC
Permalink
Raw Message
Et si les désherbants chimiques se faisaient détrôner par l’ingrédient
le plus simple du monde, à savoir, l’eau chaude ? On n’en est pas
encore là, mais force est de le reconnaître cette invention de ce
Breton autorise les espoirs les plus fous.

https://www.oeliatec.fr/

l'idée ? Récupérer de l’eau de pluie, la porter à une température de
120° et la pulvériser par gouttelettes à basse pression sur les herbes
invasives. Au départ, bien entendu, personne n’a cru à son projet. Ni
les banques, ni les géants mondiaux de la chimie.

En 2007, pourtant, la première machine est vendue. En 2011, le rythme
de production atteint les six par an. Et aujourd’hui ? Eh bien
aujourd’hui, Oeliatec, la société créée par Jean-Pierre Barre, fabrique
une machine par jour, vendue entre 13 000 et 100 000€ aux collectivités
et aux paysagistes de toute l’Europe !
any.one
2018-01-23 14:01:54 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Artur Ele
Et si les désherbants chimiques se faisaient détrôner par l’ingrédient
le plus simple du monde, à savoir, l’eau chaude ? On n’en est pas encore
là, mais force est de le reconnaître cette invention de ce Breton
autorise les espoirs les plus fous.
https://www.oeliatec.fr/
l'idée ? Récupérer de l’eau de pluie, la porter à une température de
120° et la pulvériser par gouttelettes à basse pression sur les herbes
invasives. Au départ, bien entendu, personne n’a cru à son projet. Ni
les banques, ni les géants mondiaux de la chimie.
En 2007, pourtant, la première machine est vendue. En 2011, le rythme de
production atteint les six par an. Et aujourd’hui ? Eh bien aujourd’hui,
Oeliatec, la société créée par Jean-Pierre Barre, fabrique une machine
par jour, vendue entre 13 000 et 100 000€ aux collectivités et aux
paysagistes de toute l’Europe !
Quelle est l’énergie nécessaire pour porter 10 litres d'eau à 120°?

extrait des caractéristiques:



Chaudière 33 Kw Oui
Température Travail 115°
Alimentation 24 v
Batterie Gel Oui
Gestion électronique Oui
Temps de Charge 4 h
Réservoir Fuel 33 L
Pompe 150 w Oui

33KW au fuel c'est environ 3 kg de CO2 par heure de fonctionnement.
François Guillet
2018-01-23 15:55:43 UTC
Permalink
Raw Message
Post by any.one
Et si les désherbants chimiques se faisaient détrôner par l’ingrédient le
plus simple du monde, à savoir, l’eau chaude ? On n’en est pas encore là,
mais force est de le reconnaître cette invention de ce Breton autorise les
espoirs les plus fous.
https://www.oeliatec.fr/
l'idée ? Récupérer de l’eau de pluie, la porter à une température de 120°
et la pulvériser par gouttelettes à basse pression sur les herbes
invasives. Au départ, bien entendu, personne n’a cru à son projet. Ni les
banques, ni les géants mondiaux de la chimie.
En 2007, pourtant, la première machine est vendue. En 2011, le rythme de
production atteint les six par an. Et aujourd’hui ? Eh bien aujourd’hui,
Oeliatec, la société créée par Jean-Pierre Barre, fabrique une machine par
jour, vendue entre 13 000 et 100 000€ aux collectivités et aux paysagistes
de toute l’Europe !
Quelle est l’énergie nécessaire pour porter 10 litres d'eau à 120°?
Chaudière 33 Kw Oui
Température Travail 115°
Alimentation 24 v
Batterie Gel Oui
Gestion électronique Oui
Temps de Charge 4 h
Réservoir Fuel 33 L
Pompe 150 w Oui
33KW au fuel c'est environ 3 kg de CO2 par heure de fonctionnement.
En plus ça tue toutes les petites bestioles, pas seulement les plantes.
Le glyphosate, lui, est sélectif. Les écologistes veulent la mort de la
planète, ils sacrifient les générations à venir...
Sylvain
2018-01-23 17:50:52 UTC
Permalink
Raw Message
Post by François Guillet
En plus ça tue toutes les petites bestioles, pas seulement les plantes.
Le glyphosate, lui, est sélectif. Les écologistes veulent la mort de la
planète, ils sacrifient les générations à venir...
Oui et c'est moins efficace, ça ne tue pas le rhizome entier de
chiendent, ni les bulbes d'oxalis....... un mois après tu n'as plus qu'a
recommencer

Quand tu as deux plantes enchevêtrer l'une dans l'autre et que tu veux
en détruire qu'une seule entièrement juste qu'au racines pour ne plus
qu'elle repousse et de ne surtout pas abimer l'autre plante. Seul le
glyphosate peut faire ça. Ni aucun outil, ni aucun autre produit peut
faire ça.

Je suis sûr, qu'après l'interdiction totale du glyphosate ils vont être
obligé de faire des dérogations.

Imaginons une plante très rare en voie de disparition dans un parc
botanique, genre arbustif très fasciculé, tu as une mauvaise herbes qui
s'enchevêtre dedans et qui va la faire crever. Impossible même à la
mains de séparer les deux plantes sans risquer d'abimer dangereusement
la plante dont on tien

On fait comment ?

Rappel aussi que le glyphosate a été utilisé dans certaines iles du
Pacifique pour raison écologique, pour détruire des asparagus invasif,
enchevêtrer dans les plantes locales
any.one
2018-01-23 20:41:23 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Sylvain
Post by François Guillet
En plus ça tue toutes les petites bestioles, pas seulement les
plantes. Le glyphosate, lui, est sélectif. Les écologistes veulent la
mort de la planète, ils sacrifient les générations à venir...
Oui et c'est moins efficace, ça ne tue pas le rhizome entier de
chiendent, ni les bulbes d'oxalis....... un mois après tu n'as plus qu'a
recommencer
Quand tu as deux plantes enchevêtrer l'une dans l'autre et que tu veux
en détruire qu'une seule entièrement juste qu'au racines pour ne plus
qu'elle repousse et de ne surtout pas abimer l'autre plante. Seul le
glyphosate peut faire ça. Ni aucun outil, ni aucun autre produit peut
faire ça.
Je suis sûr, qu'après l'interdiction totale du glyphosate ils vont être
obligé de faire des dérogations.
Imaginons une plante très rare en voie de disparition dans un parc
botanique, genre arbustif très fasciculé, tu as une mauvaise herbes qui
s'enchevêtre dedans et qui va la faire crever. Impossible même à la
mains de séparer les deux plantes sans risquer d'abimer dangereusement
la plante dont on tien
On fait comment ?
Rappel aussi que le glyphosate a été utilisé dans certaines iles du
Pacifique pour raison écologique, pour détruire des asparagus invasif,
enchevêtrer dans les plantes locales
on fait des stocks tant que c'est disponible :-)
Sascha Neti
2018-01-24 19:30:18 UTC
Permalink
Raw Message
En plus ça tue toutes les petites bestioles, pas seulement les plantes. Le
glyphosate, lui, est sélectif. Les écologistes veulent la mort de la
planète, ils sacrifient les générations à venir...
Oui et c'est moins efficace, ça ne tue pas le rhizome entier de chiendent, ni
les bulbes d'oxalis....... un mois après tu n'as plus qu'a recommencer
Quand tu as deux plantes enchevêtrer l'une dans l'autre et que tu veux en
détruire qu'une seule entièrement juste qu'au racines pour ne plus qu'elle
repousse et de ne surtout pas abimer l'autre plante. Seul le glyphosate peut
faire ça. Ni aucun outil, ni aucun autre produit peut faire ça.
Je suis sûr, qu'après l'interdiction totale du glyphosate ils vont être
obligé de faire des dérogations.
Imaginons une plante très rare en voie de disparition dans un parc botanique,
genre arbustif très fasciculé, tu as une mauvaise herbes qui s'enchevêtre
dedans et qui va la faire crever. Impossible même à la mains de séparer les
deux plantes sans risquer d'abimer dangereusement la plante dont on tien
On fait comment ?
Et vous procédez comment avec le glyphosate ?
Rappel aussi que le glyphosate a été utilisé dans certaines iles du Pacifique
pour raison écologique, pour détruire des asparagus invasif, enchevêtrer dans
les plantes locales
Sylvain
2018-01-24 19:46:13 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Sascha Neti
Post by Sylvain
Imaginons une plante très rare en voie de disparition dans un parc
botanique, genre arbustif très fasciculé, tu as une mauvaise herbes
qui s'enchevêtre dedans et qui va la faire crever. Impossible même à
la mains de séparer les deux plantes sans risquer d'abimer
dangereusement la plante dont on tien
On fait comment ?
Et vous procédez comment avec le glyphosate ?
On peut mettre le produit pure au pinceau sur quelques feuilles de la
plante à détruire. Le produit étant systémique il va aller jusqu'au
racines et dans toutes la parties de la plante, sans contaminer les
autres organismes voisins. Une fois la plante a détruire morte elle va
se décomposer avec le glyphosate qui va être intégralement transformé
quelques milligrammes de nitrate.

Cela a déja été fait avec une réussite totale

Ca a été fait dans les îles du Pacifiques pour détruire des asparagus
invasifs, grimpant s’enchevêtrant dans la végétation locale endémique et
en plus l'asparagus a des griffes, tu tirs dessus les griffes restent
dans la terre et l'asparagus repousse.

Des équipes a pied dans la forest avec un réservoir de glyphosate et un
pinceau
Beep Beep
2018-01-25 14:26:31 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Sascha Neti
Post by Sylvain
Imaginons une plante très rare en voie de disparition dans un parc
botanique, genre arbustif très fasciculé, tu as une mauvaise herbes qui
s'enchevêtre dedans et qui va la faire crever. Impossible même à la mains
de séparer les deux plantes sans risquer d'abimer dangereusement la plante
dont on tien
On fait comment ?
Et vous procédez comment avec le glyphosate ?
On peut mettre le produit pure au pinceau sur quelques feuilles de la plante
à détruire. Le produit étant systémique il va aller jusqu'au racines et dans
toutes la parties de la plante, sans contaminer les autres organismes
voisins. Une fois la plante a détruire morte elle va se décomposer avec le
glyphosate qui va être intégralement transformé quelques milligrammes de
nitrate.
Cela a déja été fait avec une réussite totale
Vous avez de la chance, mon épouse l'a fait pour détruire une épine
dans un berberis, les 2 plantes ont disparues...
Ca a été fait dans les îles du Pacifiques pour détruire des asparagus
invasifs, grimpant s’enchevêtrant dans la végétation locale endémique et en
plus l'asparagus a des griffes, tu tirs dessus les griffes restent dans la
terre et l'asparagus repousse.
Des équipes a pied dans la forest avec un réservoir de glyphosate et un
pinceau
--
C'est une forme de folie que de croire que celui qui est en situation
de dominer va suivre un intérêt autre que le sien.
/Jean-Jacques Rousseau/
Sylvain
2018-01-25 14:54:56 UTC
Permalink
Raw Message
Vous avez de la chance, mon épouse l'a fait pour détruire une épine dans
un berberis, les 2 plantes ont disparues...
Une épine dans un berberis !!??
Beep Beep
2018-01-27 18:37:27 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Sylvain
Vous avez de la chance, mon épouse l'a fait pour détruire une épine dans un
berberis, les 2 plantes ont disparues...
Une épine dans un berberis !!??
Une ronce en fait dans un Berberis darwinii...
--
C'est une forme de folie que de croire que celui qui est en situation
de dominer va suivre un intérêt autre que le sien.
/Jean-Jacques Rousseau/
birdy
2018-01-24 13:54:52 UTC
Permalink
Raw Message
Post by any.one
Et si les désherbants chimiques se faisaient détrôner par l’ingrédient le
plus simple du monde, à savoir, l’eau chaude ? On n’en est pas encore là,
mais force est de le reconnaître cette invention de ce Breton autorise les
espoirs les plus fous.
https://www.oeliatec.fr/
l'idée ? Récupérer de l’eau de pluie, la porter à une température de 120°
et la pulvériser par gouttelettes à basse pression sur les herbes
invasives. Au départ, bien entendu, personne n’a cru à son projet. Ni les
banques, ni les géants mondiaux de la chimie.
En 2007, pourtant, la première machine est vendue. En 2011, le rythme de
production atteint les six par an. Et aujourd’hui ? Eh bien aujourd’hui,
Oeliatec, la société créée par Jean-Pierre Barre, fabrique une machine par
jour, vendue entre 13 000 et 100 000€ aux collectivités et aux paysagistes
de toute l’Europe !
Quelle est l’énergie nécessaire pour porter 10 litres d'eau à 120°?
Chaudière 33 Kw Oui
Température Travail 115°
Alimentation 24 v
Batterie Gel Oui
Gestion électronique Oui
Temps de Charge 4 h
Réservoir Fuel 33 L
Pompe 150 w Oui
33KW au fuel c'est environ 3 kg de CO2 par heure de fonctionnement.
En plus ça tue toutes les petites bestioles, pas seulement les plantes. Le
glyphosate, lui, est sélectif. Les écologistes veulent la mort de la planète,
ils sacrifient les générations à venir...
Bravo, le nettoyage à l'eau chaude tue les vers de terre et les
insectes qui entretiennent la terre...
any.one
2018-01-24 16:58:22 UTC
Permalink
Raw Message
Post by François Guillet
Post by any.one
Post by Artur Ele
Et si les désherbants chimiques se faisaient détrôner par
l’ingrédient le plus simple du monde, à savoir, l’eau chaude ? On
n’en est pas encore là, mais force est de le reconnaître cette
invention de ce Breton autorise les espoirs les plus fous.
https://www.oeliatec.fr/
l'idée ? Récupérer de l’eau de pluie, la porter à une température de
120° et la pulvériser par gouttelettes à basse pression sur les
herbes invasives. Au départ, bien entendu, personne n’a cru à son
projet. Ni les banques, ni les géants mondiaux de la chimie.
En 2007, pourtant, la première machine est vendue. En 2011, le
rythme de production atteint les six par an. Et aujourd’hui ? Eh
bien aujourd’hui, Oeliatec, la société créée par Jean-Pierre Barre,
fabrique une machine par jour, vendue entre 13 000 et 100 000€ aux
collectivités et aux paysagistes de toute l’Europe !
Quelle est l’énergie nécessaire pour porter 10 litres d'eau à 120°?
Chaudière 33 Kw     Oui
Température Travail     115°
Alimentation     24 v
Batterie Gel     Oui
Gestion électronique     Oui
Temps de Charge     4 h
Réservoir Fuel     33 L
Pompe 150 w     Oui
33KW au fuel c'est environ 3 kg de CO2 par heure de fonctionnement.
En plus ça tue toutes les petites bestioles, pas seulement les
plantes. Le glyphosate, lui, est sélectif. Les écologistes veulent la
mort de la planète, ils sacrifient les générations à venir...
Bravo, le nettoyage à l'eau chaude tue les vers de terre et les insectes
qui entretiennent la terre...
tant qu'on ne touche pas aux abeilles :-)
Philippe RAI
2018-01-24 22:50:30 UTC
Permalink
Raw Message
Post by birdy
Post by François Guillet
Et si les désherbants chimiques se faisaient détrôner par l'ingrédient le
plus simple du monde, à savoir, l'eau chaude ? On n'en est pas encore là,
mais force est de le reconnaître cette invention de ce Breton autorise les
espoirs les plus fous.
https://www.oeliatec.fr/
l'idée ? Récupérer de l'eau de pluie, la porter à une température de 120°
et la pulvériser par gouttelettes à basse pression sur les herbes
invasives. Au départ, bien entendu, personne n'a cru à son projet. Ni les
banques, ni les géants mondiaux de la chimie.
En 2007, pourtant, la première machine est vendue. En 2011, le rythme de
production atteint les six par an. Et aujourd'hui ? Eh bien aujourd'hui,
Oeliatec, la société créée par Jean-Pierre Barre, fabrique une machine par
jour, vendue entre 13 000 et 100 000€ aux collectivités et aux paysagistes
de toute l'Europe !
Quelle est l'énergie nécessaire pour porter 10 litres d'eau à 120°?
Chaudière 33 Kw Oui
Température Travail 115°
Alimentation 24 v
Batterie Gel Oui
Gestion électronique Oui
Temps de Charge 4 h
Réservoir Fuel 33 L
Pompe 150 w Oui
33KW au fuel c'est environ 3 kg de CO2 par heure de fonctionnement.
En plus ça tue toutes les petites bestioles, pas seulement les plantes.
Le glyphosate, lui, est sélectif. Les écologistes veulent la mort de la
planète, ils sacrifient les générations à venir...
Bravo, le nettoyage à l'eau chaude tue les vers de terre et les
insectes qui entretiennent la terre...
Pas du tout ! le principe théorique consiste à créer un choc thermique
au niveau des feuilles ce qui traumatiserait toute la plante. Comme avec
une flamme. Il n'y a que les feuilles qui trinquent, et en conséquence
toute la plante, pas les bestioles dans la terre.

Ceci dit je n'ai jamais rien pu obtenir de bon avec la flamme. Au début
je grillais les plantes, qui repoussaient assez rapidement. On m'a dit
qu'il ne fallait pas griller, mais juste passer la flamme sur les
feuilles pour produire ce fameux choc thermique.

Mais pas plus de succès ! à part brûler du gaz ...
Avec l'eau chaude on consomme juste de l'eau en plus ...
any.one
2018-01-25 11:39:46 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Philippe RAI
Post by birdy
Post by François Guillet
Et si les désherbants chimiques se faisaient détrôner par l'ingrédient le
plus simple du monde, à savoir, l'eau chaude ? On n'en est pas encore là,
mais force est de le reconnaître cette invention de ce Breton autorise les
espoirs les plus fous.
https://www.oeliatec.fr/
l'idée ? Récupérer de l'eau de pluie, la porter à une température de 120°
et la pulvériser par gouttelettes à basse pression sur les herbes
invasives. Au départ, bien entendu, personne n'a cru à son projet. Ni les
banques, ni les géants mondiaux de la chimie.
En 2007, pourtant, la première machine est vendue. En 2011, le rythme de
production atteint les six par an. Et aujourd'hui ? Eh bien aujourd'hui,
Oeliatec, la société créée par Jean-Pierre Barre, fabrique une machine par
jour, vendue entre 13 000 et 100 000€ aux collectivités et aux paysagistes
de toute l'Europe !
Quelle est l'énergie nécessaire pour porter 10 litres d'eau à 120°?
Chaudière 33 Kw Oui
Température Travail 115°
Alimentation 24 v
Batterie Gel Oui
Gestion électronique Oui
Temps de Charge 4 h
Réservoir Fuel 33 L
Pompe 150 w Oui
33KW au fuel c'est environ 3 kg de CO2 par heure de fonctionnement.
En plus ça tue toutes les petites bestioles, pas seulement les plantes.
Le glyphosate, lui, est sélectif. Les écologistes veulent la mort de la
planète, ils sacrifient les générations à venir...
Bravo, le nettoyage à l'eau chaude tue les vers de terre et les
insectes qui entretiennent la terre...
Pas du tout ! le principe théorique consiste à créer un choc thermique
au niveau des feuilles ce qui traumatiserait toute la plante. Comme avec
une flamme. Il n'y a que les feuilles qui trinquent, et en conséquence
toute la plante, pas les bestioles dans la terre.
Ceci dit je n'ai jamais rien pu obtenir de bon avec la flamme. Au début
je grillais les plantes, qui repoussaient assez rapidement. On m'a dit
qu'il ne fallait pas griller, mais juste passer la flamme sur les
feuilles pour produire ce fameux choc thermique.
Mais pas plus de succès ! à part brûler du gaz ...
Avec l'eau chaude on consomme juste de l'eau en plus ...
Intéressante! Je m’interrogeais sur la solution de remplacement du
glyphosate. Je sais au moins ce qu'il ne faut pas faire :-)

Je comprends à posteriori pourquoi cette méthode a été abandonnée pas
les jardiniers de ma municipalité.
Philippe RAI
2018-01-25 13:43:30 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Philippe RAI
Post by birdy
Bravo, le nettoyage à l'eau chaude tue les vers de terre et les
insectes qui entretiennent la terre...
Pas du tout ! le principe théorique consiste à créer un choc thermique
au niveau des feuilles ce qui traumatiserait toute la plante. Comme avec
une flamme. Il n'y a que les feuilles qui trinquent, et en conséquence
toute la plante, pas les bestioles dans la terre.
Ceci dit je n'ai jamais rien pu obtenir de bon avec la flamme. Au début
je grillais les plantes, qui repoussaient assez rapidement. On m'a dit
qu'il ne fallait pas griller, mais juste passer la flamme sur les
feuilles pour produire ce fameux choc thermique.
Mais pas plus de succès ! à part brûler du gaz ...
Avec l'eau chaude on consomme juste de l'eau en plus ...
Intéressante! Je m'interrogeais sur la solution de remplacement du
glyphosate. Je sais au moins ce qu'il ne faut pas faire :-)
Je comprends à posteriori pourquoi cette méthode a été abandonnée pas
les jardiniers de ma municipalité.
Pourtant en ce moment la pulvérisation d'eau chaude a le vent en poupe.

Après une recherche sur internet, il me semble que des municipalités se
lancent dans la technique. Attendons les résultats à long terme ...

Pour l'instant je n'ai pas trouvé de retour d'expérience sur
l'efficacité et le coût en énergie et en eau.
Sylvain
2018-01-26 07:21:06 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Philippe RAI
Pas du tout ! le principe théorique consiste à créer un choc thermique
au niveau des feuilles ce qui traumatiserait toute la plante. Comme avec
une flamme. Il n'y a que les feuilles qui trinquent, et en conséquence
toute la plante,
FAUX !!! ça ne fait pas de choc thermique qui tue toute la plante. Pour
preuve, les incendies de forêts brulent toutes les parties aériennes des
plantes mais ne les empêche pas de repousser a partir des racines
Post by Philippe RAI
pas les bestioles dans la terre.
C'est ça !!! jette toi de l'eau a 120°C tu vas voir comment ça fait
Philippe RAI
2018-01-26 16:50:22 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Sylvain
Post by Philippe RAI
Pas du tout ! le principe théorique consiste à créer un choc thermique
au niveau des feuilles ce qui traumatiserait toute la plante. Comme avec
une flamme. Il n'y a que les feuilles qui trinquent, et en conséquence
toute la plante,
FAUX !!! ça ne fait pas de choc thermique qui tue toute la plante. Pour
preuve, les incendies de forêts brulent toutes les parties aériennes des
plantes mais ne les empêche pas de repousser a partir des racines
Je vous ai parlé de la théorie !
Post by Sylvain
Post by Philippe RAI
pas les bestioles dans la terre.
C'est ça !!! jette toi de l'eau a 120°C tu vas voir comment ça fait
Ce n'est pas ce qui se passe ! Il s'agit de gouttes d'eau à cette
température qui sont pulvérisées sur la partie aérienne de la plante.
A l'arrivée au sol et à plus forte raison dans la terre, cette
température a dû beaucoup chûter.
roaringriri
2018-01-26 20:57:11 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Sylvain
Post by Philippe RAI
Pas du tout ! le principe théorique consiste à créer un choc thermique
au niveau des feuilles ce qui traumatiserait toute la plante. Comme avec
une flamme. Il n'y a que les feuilles qui trinquent, et en conséquence
toute la plante,
FAUX !!! ça ne fait pas de choc thermique qui tue toute la plante. Pour
preuve, les incendies de forêts brulent toutes les parties aériennes des
plantes mais ne les empêche pas de repousser a partir des racines
Post by Philippe RAI
pas les bestioles dans la terre.
C'est ça !!! jette toi de l'eau a 120°C tu vas voir comment ça fait
L'eau à 120 ° n'existe pas à la pression atmosphérique.
any.one
2018-01-26 21:31:37 UTC
Permalink
Raw Message
Post by roaringriri
Post by Sylvain
Post by Philippe RAI
Pas du tout ! le principe théorique consiste à créer un choc thermique
au niveau des feuilles ce qui traumatiserait toute la plante. Comme avec
une flamme. Il n'y a que les feuilles qui trinquent, et en conséquence
toute la plante,
FAUX !!! ça ne fait pas de choc thermique qui tue toute la plante.
Pour preuve, les incendies de forêts brulent toutes les parties
aériennes des plantes mais ne les empêche pas de repousser a partir
des racines
Post by Philippe RAI
pas les bestioles dans la terre.
C'est ça !!! jette toi de l'eau a 120°C tu vas voir comment ça fait
L'eau à 120 ° n'existe pas à la pression atmosphérique.
Dans une centrale nucléaire, oui :-)
Philippe RAI
2018-01-26 22:46:29 UTC
Permalink
Raw Message
Post by roaringriri
Post by Sylvain
Post by Philippe RAI
Pas du tout ! le principe théorique consiste à créer un choc thermique
au niveau des feuilles ce qui traumatiserait toute la plante. Comme avec
une flamme. Il n'y a que les feuilles qui trinquent, et en conséquence
toute la plante,
FAUX !!! ça ne fait pas de choc thermique qui tue toute la plante. Pour
preuve, les incendies de forêts brulent toutes les parties aériennes des
plantes mais ne les empêche pas de repousser a partir des racines
Post by Philippe RAI
pas les bestioles dans la terre.
C'est ça !!! jette toi de l'eau a 120°C tu vas voir comment ça fait
L'eau à 120 ° n'existe pas à la pression atmosphérique.
Oui, mais dans le système qui la produit, si.

En fait, ça doit surtout pulvériser de la vapeur ... puisqu'ils parlent
de très fines goutelettes.

Les systèmes concurrents parlent de 90 à 100°C.
roaringriri
2018-01-27 07:24:49 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Philippe RAI
Post by roaringriri
Post by Sylvain
Post by Philippe RAI
Pas du tout ! le principe théorique consiste à créer un choc thermique
au niveau des feuilles ce qui traumatiserait toute la plante. Comme avec
une flamme. Il n'y a que les feuilles qui trinquent, et en conséquence
toute la plante,
FAUX !!! ça ne fait pas de choc thermique qui tue toute la plante. Pour
preuve, les incendies de forêts brulent toutes les parties aériennes des
plantes mais ne les empêche pas de repousser a partir des racines
Post by Philippe RAI
pas les bestioles dans la terre.
C'est ça !!! jette toi de l'eau a 120°C tu vas voir comment ça fait
L'eau à 120 ° n'existe pas à la pression atmosphérique.
Oui, mais dans le système qui la produit, si.
En fait, ça doit surtout pulvériser de la vapeur ... puisqu'ils parlent
de très fines goutelettes.
Les systèmes concurrents parlent de 90 à 100°C.
Il restera aucune "goutelette", l'eau va se vaporiser dès sa sortie de
la buse, et perdre de la température par le changement d'état et la
décompression.
Ca dépend bien sur du débit possible, c'est à dire de la buse et de la
puissance de chauffe dans la "chaudière", mais ça va très vite, tu peux
tester ça à l'échappement d'une cocotte minute (puissance moyenne d'un
brûleur fort = 2KW), au contact, tu dois être à 100° à 20 cm tu n'est
plus qu'à 60°, et à 60 cm plus grand chose.
L'activité délétère pour les feuilles doit venir de la variation brutale
de pression osmotique, passer de l'ambiante à + 40 ° doit faire éclater
les cellules.
Et les feuilles sont les poumons des plantes.
l***@wanadoo.fr
2018-01-23 17:59:27 UTC
Permalink
Raw Message
Post by any.one
Post by Artur Ele
Et si les désherbants chimiques se faisaient détrôner par l’ingrédient
le plus simple du monde, à savoir, l’eau chaude ? On n’en est pas encore
là, mais force est de le reconnaître cette invention de ce Breton
autorise les espoirs les plus fous.
https://www.oeliatec.fr/
l'idée ? Récupérer de l’eau de pluie, la porter à une température de
120° et la pulvériser par gouttelettes à basse pression sur les herbes
invasives. Au départ, bien entendu, personne n’a cru à son projet. Ni
les banques, ni les géants mondiaux de la chimie.
En 2007, pourtant, la première machine est vendue. En 2011, le rythme de
production atteint les six par an. Et aujourd’hui ? Eh bien aujourd’hui,
Oeliatec, la société créée par Jean-Pierre Barre, fabrique une machine
par jour, vendue entre 13 000 et 100 000€ aux collectivités et aux
paysagistes de toute l’Europe !
Quelle est l’énergie nécessaire pour porter 10 litres d'eau à 120°?
Chaudière 33 Kw Oui
Température Travail 115°
Alimentation 24 v
Batterie Gel Oui
Gestion électronique Oui
Temps de Charge 4 h
Réservoir Fuel 33 L
Pompe 150 w Oui
33KW au fuel c'est environ 3 kg de CO2 par heure de fonctionnement.
Il ne reste plus à artur Ele que d'inventer l'eau tiède ou l'eau en surfusion vers -10°C
--
L.C.
Paul Aubrin
2018-01-23 19:24:19 UTC
Permalink
Raw Message
Post by l***@wanadoo.fr
Post by any.one
Post by Artur Ele
Et si les désherbants chimiques se faisaient détrôner par
l’ingrédient le plus simple du monde, à savoir, l’eau chaude ? On
n’en est pas encore là, mais force est de le reconnaître cette
invention de ce Breton autorise les espoirs les plus fous.
https://www.oeliatec.fr/
l'idée ? Récupérer de l’eau de pluie, la porter à une température de
120° et la pulvériser par gouttelettes à basse pression sur les
herbes invasives. Au départ, bien entendu, personne n’a cru à son
projet. Ni les banques, ni les géants mondiaux de la chimie.
En 2007, pourtant, la première machine est vendue. En 2011, le rythme
de production atteint les six par an. Et aujourd’hui ? Eh bien
aujourd’hui, Oeliatec, la société créée par Jean-Pierre Barre,
fabrique une machine par jour, vendue entre 13 000 et 100 000€ aux
collectivités et aux paysagistes de toute l’Europe !
Quelle est l’énergie nécessaire pour porter 10 litres d'eau à 120°?
Chaudière 33 Kw Oui Température Travail 115°
Alimentation 24 v Batterie Gel Oui Gestion électronique
Oui Temps de
Post by l***@wanadoo.fr
Post by any.one
Charge 4 h Réservoir Fuel 33 L Pompe 150 w Oui
33KW au fuel c'est environ 3 kg de CO2 par heure de fonctionnement.
Il ne reste plus à artur Ele que d'inventer l'eau tiède ou l'eau en surfusion vers -10°C
Il faut quand même rappeler les dangers du glyphosate. Il est classé
cancérigène probable tout comme une part de boeuf bourguignon ou une
tasse de café bien chaud par le CIRC. Et le CIRC, se sont des experts
indépendants (sauf ceux qui sont secrètement payés par les cabinets
d'avocats américains qui visent de beaux procès).
Paul Aubrin
2018-01-25 06:53:27 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Artur Ele
Et si les désherbants chimiques se faisaient détrôner par l’ingrédient
le plus simple du monde, à savoir, l’eau chaude ? On n’en est pas encore
là, mais force est de le reconnaître cette invention de ce Breton
autorise les espoirs les plus fous.
https://www.oeliatec.fr/
l'idée ? Récupérer de l’eau de pluie, la porter à une température de
120° et la pulvériser par gouttelettes à basse pression sur les herbes
invasives. Au départ, bien entendu, personne n’a cru à son projet. Ni
les banques, ni les géants mondiaux de la chimie.
En 2007, pourtant, la première machine est vendue. En 2011, le rythme de
production atteint les six par an. Et aujourd’hui ? Eh bien aujourd’hui,
Oeliatec, la société créée par Jean-Pierre Barre, fabrique une machine
par jour, vendue entre 13 000 et 100 000€ aux collectivités et aux
paysagistes de toute l’Europe !
L'eau chaude est reconnue comme cancérigène probable dans une monographie
du CIRC.
RH
2018-01-25 10:17:40 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
par jour, vendue entre 13 000 ee !
L'eau chaude est reconnue comme cancérigène probable dans une monographie
du CIRC.
Référence ?

--
Paul Aubrin
2018-01-25 14:04:45 UTC
Permalink
Raw Message
Post by RH
Post by Paul Aubrin
par jour, vendue entre 13 000 ee !
L'eau chaude est reconnue comme cancérigène probable dans une
monographie du CIRC.
Référence ?
Une monographie du CIRC (IARC) sur les boissons chaudes parue dans la
revue Lancet. Elle conclut que ce n'est pas ce que l'on infuse (thé,
café, maté) qui a de l'importance. Le caractère cancérigène probable est
lié à l'eau à haute température.
siger
2018-01-25 14:11:49 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
Post by RH
Post by Paul Aubrin
par jour, vendue entre 13 000 ee !
L'eau chaude est reconnue comme cancérigène probable dans une
monographie du CIRC.
Référence ?
Une monographie du CIRC (IARC) sur les boissons chaudes parue dans
la revue Lancet. Elle conclut que ce n'est pas ce que l'on infuse
(thé, café, maté) qui a de l'importance. Le caractère cancérigène
probable est lié à l'eau à haute température.
... qui disparait quand sa température baisse, et donc a disparu à une
témpérature normale pour boire une infusion.

Je suppose que les aliments très chauds sont dans le même cas.
--
siger
Paul Aubrin
2018-01-25 14:59:50 UTC
Permalink
Raw Message
Post by siger
Post by Paul Aubrin
Post by RH
Post by Paul Aubrin
par jour, vendue entre 13 000 ee !
L'eau chaude est reconnue comme cancérigène probable dans une
monographie du CIRC.
Référence ?
Une monographie du CIRC (IARC) sur les boissons chaudes parue dans la
revue Lancet. Elle conclut que ce n'est pas ce que l'on infuse (thé,
café, maté) qui a de l'importance. Le caractère cancérigène probable
est lié à l'eau à haute température.
... qui disparait quand sa température baisse, et donc a disparu à une
témpérature normale pour boire une infusion.
Je suppose que les aliments très chauds sont dans le même cas.
Le CIRC ne s'intéresse pas au risque, mais au caractère carcinogène ou
non des produits, dans l'absolu. Sur une centaine de monographie, un seul
produit n'a pas été reconnu carcinogène. Ils ont donc classé les boissons
chaudes dans les carcinogènes.
l***@wanadoo.fr
2018-01-25 15:52:45 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
Post by RH
Post by Paul Aubrin
par jour, vendue entre 13 000 ee !
L'eau chaude est reconnue comme cancérigène probable dans une
monographie du CIRC.
Référence ?
Une monographie du CIRC (IARC) sur les boissons chaudes parue dans la
revue Lancet. Elle conclut que ce n'est pas ce que l'on infuse (thé,
café, maté) qui a de l'importance. Le caractère cancérigène probable est
lié à l'eau à haute température.
C'est pour cela qu'il convient de servir le champagne à la bonne température et de le maintenir dans un seau de glace fondante !
--
L.C.
Paul Aubrin
2018-01-25 16:04:35 UTC
Permalink
Raw Message
Post by l***@wanadoo.fr
Post by Paul Aubrin
Post by RH
Post by Paul Aubrin
par jour, vendue entre 13 000 ee !
L'eau chaude est reconnue comme cancérigène probable dans une
monographie du CIRC.
Référence ?
Une monographie du CIRC (IARC) sur les boissons chaudes parue dans la
revue Lancet. Elle conclut que ce n'est pas ce que l'on infuse (thé,
café, maté) qui a de l'importance. Le caractère cancérigène probable
est lié à l'eau à haute température.
C'est pour cela qu'il convient de servir le champagne à la bonne
température et de le maintenir dans un seau de glace fondante !
De mon bref séjour à Epernay, j'ai appris que la température à laquelle
on doit servir le Champagne est horriblement polémique. Il semble que la
température idéale soit de 9°C. Pour les mauvais champagnes, on peut les
servir carrément glacés. Le Champagne dégage beaucoup de bulles de CO2.
Je ne comprends pas pourquoi les écolos ne le font pas interdire.
Loading...