Discussion:
Vincent Courtillot et le rafraîchissement climatique
(trop ancien pour répondre)
Ivan99
2011-02-10 21:33:10 UTC
Permalink
Raw Message
Dans une tribune publiée par Le Figaro de ce mardi, Vincent Courtillot
s’interroge sur le sens à donner à l’épisode froid que nous avons connu
cet hiver par rapport au changement climatique.

Vers un rafraîchissement ?

Ce serait - tout au moins pour une bonne partie de l’hémisphère Nord -
l’hiver le plus froid depuis quatre décennies. Est-ce là la preuve que
le réchauffement climatique a cessé ? Le climat étant défini comme la
tendance d’une variable météorologique (comme la température) sur une
trentaine d’années, il n’a a priori rien à voir avec un extrême
saisonnier isolé, fût-il planétaire… Il nous faut plus de recul. La
courbe des températures fournie par le Meteorological Office
britannique fait état d’un réchauffement moyen de l’ordre de 0,7 °C
entre 1850 et 2000 : un refroidissement de 1870 à 1910, un
réchauffement de 1910 à 1940, un léger refroidissement de 1940 à 1970,
un réchauffement de 1970 à 2000 (le « réchauffement global » qui
effraie tant). Mais le maximum a été atteint en 1998 (année à El Nino)
et c’est un léger refroidissement qu’on observe depuis. Tout au plus
une stabilité, un plateau, en nette rupture avec la tendance des trois
décennies précédentes.

Selon le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat
(Giec), le réchauffement serait imputable à l’augmentation dans
l’atmosphère du gaz carbonique rejeté par l’homme. Pour d’autres
scientifiques, minoritaires, mais de plus en plus nombreux et dont je
suis, il correspondrait à la sortie d’un cycle de mille ans piloté par
l’activité du Soleil. Nous pensons en effet avoir mis en évidence des
signatures solaires dans les températures moyennes et leur variabilité
en Europe, en Amérique du Nord et de l’Ouest, ainsi que d’autres
indicateurs impliquant la circulation des vents ou certaines
oscillations climatiques dans le Pacifique. Reste désormais à trouver
le mécanisme, mais nos résultats publiés dans des revues scientifiques
internationales tiennent toujours. Des scientifiques de renom, comme H.
Svensmark ou B. Tinsley, proposent qu’un rôle important soit joué par
les rayons cosmiques ou les courants ionosphériques et leurs effets sur
la répartition des nuages. Lindzen, Singer, de Jager, Shaviv, Wunsch…
contestent également les conclusions du Giec.

Lors du débat sur le réchauffement climatique à l’Académie des
sciences, plusieurs de ses membres ont émis des doutes. De nombreux
géologues et géographes les partagent. Le rapport qui a suivi, remis à
la ministre, évoque bien « la forte modulation sur des périodes
annuelles et multidécennales » de la température avec « deux périodes
de plus forte augmentation (approximativement de 1910 à 1940 et de 1975
à 2000) encadrées par des périodes de stagnation ou de décroissance » .
Mais il oublie de préciser que la température a tendance à décroître,
tout au plus à stagner, depuis une décennie…

Il est aussi mentionné que « si le cycle de 11 ans de l’activité du
Soleil tendait à diminuer d’intensité, comme cela a été le cas dans le
passé, un ralentissement graduel du réchauffement global pourrait se
produire » et que « les effets potentiels de l’activité du cycle
solaire sur le climat sont l’objet de controverses mais donnent lieu à
des recherches actives ».

Ce rapport est, en fait, la juxtaposition de deux points de vue
contradictoires, mais ne comporte ni véritable synthèse ni conclusion.
Cela n’a pas échappé au philosophe Luc Ferry qui rappelle, dans sa
chronique du 10 novembre dernier au Figaro, qu’il n’est nullement
certain que le réchauffement soit dû à l’augmentation des gaz à effet
de serre, que la planète fut au moins aussi chaude qu’aujourd’hui
durant une longue période située au Moyen Âge et que, depuis 1998, il
n’y a plus aucun réchauffement climatique. Citant l’ouvrage récent de
Jean Staune, La Science en otage, Ferry souligne que Jean Jouzel ne nie
nullement la réalité de ce plateau, et avoue que, si celui-ci devait
durer encore dix ans, « c’est Courtillot et les climatosceptiques qui
auraient raison ». Dans mon dernier livre (Nouveau Voyage au centre de
la Terre, Odile Jacob), je souligne les aspects dogmatiques et quasi
religieux de la tournure prise par ce débat, qui échappe désormais
largement à la rationalité et aux scientifiques…

Seule l’observation de la « vraie » nature, et non pas de projections
informatiques, permettra de trancher (ou de trouver une autre cause que
le Soleil ou les gaz à effet de serre). Des physiciens du Soleil
éminents, comme de Jager, pensent que le soleil passe de manière
irrégulière par trois états que j’appellerai fort, moyen et faible.
Nous venons de passer de l’état fort, qui avait prévalu pendant trois
décennies (période de réchauffement), à l’état moyen (début de
refroidissement léger). Le dernier état faible a correspondu au fameux
minimum de Maunder des taches solaires et au coeur du « petit âge
glaciaire » au XVIIIe siècle. De Jager pense que nous pourrions tomber
dans l’état faible vers 2060. Prévoir un léger refroidissement pour les
quelques décennies à venir ne semble donc pas déraisonnable…
atlas
2011-02-10 21:44:20 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Ivan99
Nous
venons de passer de l’état fort, qui avait prévalu pendant trois
décennies (période de réchauffement), à l’état moyen (début de
refroidissement léger). Le dernier état faible a correspondu au fameux
minimum de Maunder des taches solaires et au coeur du « petit âge
glaciaire » au XVIIIe siècle. De Jager pense que nous pourrions tomber
dans l’état faible vers 2060. Prévoir un léger refroidissement pour les
quelques décennies à venir ne semble donc pas déraisonnable…
ttp://www.maxisciences.com/temp%e9rature/la-russie-touchee-par-une-hausse-des-temperatures-deux-fois-superieure-a-la-moyenne-mondiale_art12481.html


Surement le refroidissement du Soleil qui va mal ;-)
Stephane Le Men
2011-02-11 07:13:07 UTC
Permalink
Raw Message
Post by atlas
Surement le refroidissement du Soleil qui va mal ;-)
Faudra peut être commencer à comprendre que le sapiens,
c'est 300 000 ans. Et que (mal)heureusement, cela va encore
durer.

Alors, supposer que le climat va s'arreter d'évoluer, seulement
pour faire plaisir au sapiens, c'est prendre le sapiens pour un
con.
Ivan99
2011-02-11 08:18:48 UTC
Permalink
Raw Message
Post by atlas
Post by Ivan99
Nous
venons de passer de l’état fort, qui avait prévalu pendant trois
décennies (période de réchauffement), à l’état moyen (début de
refroidissement léger). Le dernier état faible a correspondu au fameux
minimum de Maunder des taches solaires et au coeur du « petit âge
glaciaire » au XVIIIe siècle. De Jager pense que nous pourrions tomber
dans l’état faible vers 2060. Prévoir un léger refroidissement pour les
quelques décennies à venir ne semble donc pas déraisonnable…
ttp://www.maxisciences.com/temp%e9rature/la-russie-touchee-par-une-hausse-des-temperatures-deux-fois-superieure-a-la-moyenne-mondiale_art12481.html
Surement le refroidissement du Soleil qui va mal ;-)
Merci d'offrir un contraste saisissant entre d'une part un géophysicien
de haute volée (Vincent Courtillot) et d'autre part un site
représentatif de la vulgate parascientifique, le Voici de la science
avec son lot de sensations et d'inventions.

Par exemple, il paraît que la Russie vient de connaître "la pire
canicule depuis 1000 ans." Sauf qu'ils n'en savent strictement rien,
ils n'ont aucune donnée sur au moins les 9 premiers siècles...

Tout ça pour vous proposer des pubs pour des bagnoles...On n'attire pas
l'écolo-schizo avec du vinaigre.
Lucien COSTE
2011-02-11 18:01:22 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Ivan99
Post by atlas
Nous
venons de passer de l'état fort, qui avait prévalu pendant trois
décennies (période de réchauffement), à l'état moyen (début de
refroidissement léger). Le dernier état faible a correspondu au fameux
minimum de Maunder des taches solaires et au coeur du « petit âge
glaciaire » au XVIIIe siècle. De Jager pense que nous pourrions tomber
dans l'état faible vers 2060. Prévoir un léger refroidissement pour les
quelques décennies à venir ne semble donc pas déraisonnable.
ttp://www.maxisciences.com/temp%e9rature/la-russie-touchee-par-une-hausse-de
s-temperatures-deux-fois-superieure-a-la-moyenne-mondiale_art12481.html
Post by Ivan99
Post by atlas
Surement le refroidissement du Soleil qui va mal ;-)
Merci d'offrir un contraste saisissant entre d'une part un géophysicien
de haute volée (Vincent Courtillot) et d'autre part un site
représentatif de la vulgate parascientifique, le Voici de la science
avec son lot de sensations et d'inventions.
Par exemple, il paraît que la Russie vient de connaître "la pire
canicule depuis 1000 ans." Sauf qu'ils n'en savent strictement rien,
ils n'ont aucune donnée sur au moins les 9 premiers siècles...
Tout ça pour vous proposer des pubs pour des bagnoles...On n'attire pas
l'écolo-schizo avec du vinaigre.
d'autre part il n'y a pas que le cycle de 22 ans ... eh oui parce que ce
n'est pas onze ans .... manque de bol ....il y en a d'autres qui sont mis en
évidence par la teneur des sédiments en Be 10 ou la paléopalynologie ... et
ils sont plus longs et probablement d'une profondeur plus importante . cela
se voit pas trop mal sur les épisodes du Dryas mais aussi sur beaucoup
d'autres.

Ensuite la séismicité des grands détroits très peu profonds ( Torrès,
Behring) modifie semsiblement la circulation des courants ... je l'ai écrit
plusieurs fois ici ... je ne me répète pas ....
Le thermalisme sous-marin n'est pas à négliger sur deux plans : température
et salinité ( pour ce dernoer point voir les lois de Raoult que les zécolos
n'ont pas voté). L' activité de la dorsale Gakkel est immensément mal connue
!

--

Lucien COSTE
Émile Picard
2011-02-11 18:36:50 UTC
Permalink
Raw Message
Merci d'offrir un contraste saisissant entre d'une part un géophysicien de
haute (Vincent Courtillot)
Tout a fait exact, malheureusement ca n'en fait pas pour autant un
climatologiste de haute volée, ou du moins un qui soit reconnu
comme tel sur la base de travaux originaux et authentiques, la
publication d'une demi-douzaine d'articles peer-reviewed dans des
revues commerciales bidons par des referees tries sur les volet (et
comptant parmi vos propres subalternes) ca ne compte pas.

Lorsque je deplorais recemment de ne pouvoir trouver de part le
monde une seule universite ou ecole qui enseignerait la climatologie
suivant mes profondes convictions anti-RCA je formulais de grands
espoirs quant a l'enseignement de Vincent Courtillot a l'Universite
Paris Diderot, grosse deception.

J'ai du dechanter et me rendre a l'evidence que VC n'y enseigne que la
geophysique pure et dure et non la climatologie telle qu'il la concoit.

Evidemment VC est victime d'une censure qui vient de tres haut
(GIEC, GreenPeace, ONU, Union Europeenne, gouvernement
francais, Academie des Sciences, CEA, CRU etc.) et d'inspiration
pro-RCA, pro-ecolo dont le but est d'affamer le tiers monde et de
le priver des bienfaits de la civilisation dans laquelle nous nous
vautrons.

Il faut me rendre a l'evidence, parmi toutes ces listes des 458,
732 voire 1000 scientifiques anti-RCA une fois qu'on a elimine
les morts, ceux qui ne veulent pas y figurer, les zoologistes a la
retraite, les philosophes et les physiciens nucleaires il ne reste pas
grand monde.

Et grosse deception si Courtillot n'enseigne pas a a l'Universite
Paris Diderot la climatologie anti-RCA (la seule la vraie), Richard
Lindzen (autre figure de proue anti-RCA) ne l'enseigne pas non plus
au prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT) aux USA.

Et aucun des autres grands pontes du mouvement anti-RCA, il serait
facile de multiplier les exemples analogues aux deux que je viens de
citer.

Jacques Duran du temps qu'il etait directeur des etudes a la non moins
prestigieuse Ecole Superieure de Physique et de Chimie Industrielles
de la Ville de Paris (ESPCI) maintenant membre de Paris Tech n'y
preconisait pas un enseignement anti-RCA (*) et se cantonnait sagement
aux matieres officiellement sanctionnees malgre ses profondes convictions
tres bien illustrees par ce qui est expose sur le site du Heartland
Institute de Chicago et qu'il cite frequemment.

(*) ou du moins l'anti-physique qui est derriere.

Donner en tant que personnalite mediatique auto-proclamee des interviews
anti-RCA fracassantes (et meprisantes pour le reste de la communaute
scientifique serieuse, mais il faut bien faire rire les gogos et les mettre
de son cote) a des journalistes complaisants et incapables de discerner
ou de questionner vos conneries (ou ne tenant pas a le faire), parader a
la tele ou sur youtube (ou sur un site personnel "non officiel" a la VC) et
d'une facon generale jouer les grandes gueules en affirmant des convictions
contraires au consensus general RCA est une chose, malheureusement en
donner un enseignement officiel et ex-cathedra en est une autre bien
differente.

Obeissance stricte a l'orthodoxie officielle (au garde a vous et le petit
doigt sur la couture du pantalon) ou manque de courage intellectuel je
vous laisse le choix.

Reconnaissons a la decharge de VC ou de RL que tant a Diderot qu'au MIT
y donner un enseignement anti-RCA ne serait pas sans consequences et
quand il faut gagner son bifteck voire nourrir une famille on est tenu
parfois a un peu de retenue, c'est triste mais c'est la vie. On est
courageux mais pas temeraire et c'est bien humain.

Cette derniere consideration est encore bien plus importante pour les
etudiants qui eux auront sous peu a gagner leur vie pour de bon (sur la
base de connaissances reelles et non falsifiees) dans un environnement
hyper competitif et qui eux ne risquent pas une fois leur diplome en poche
d'etre interviewes par le laquais David Pujadas avec des questions et des
reponses dument preparees a l'avance lors de repetitions prealables.
Ivan99
2011-02-11 21:10:07 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Émile Picard
Merci d'offrir un contraste saisissant entre d'une part un géophysicien de
haute (Vincent Courtillot)
Tout a fait exact, malheureusement ca n'en fait pas pour autant un
climatologiste de haute volée, ou du moins un qui soit reconnu
comme tel sur la base de travaux originaux et authentiques, la
publication d'une demi-douzaine d'articles peer-reviewed dans des
revues commerciales bidons par des referees tries sur les volet (et
comptant parmi vos propres subalternes) ca ne compte pas.
Ca compte, n'en déplaise aux adeptes du tri sélectif:

↑ Are there connections between the Earth's magnetic field and climate?
Vincent Courtillot, Yves Gallet, Jean-Louis Le Mouël, Frédéric Fluteau,
Agnès Genevey. Earth and Planetary Science Letters, 253, 3-4, 328-339,
30 January 2007

↑ Comment on “Are there connections between the Earth's magnetic field
and climate?” by V. Courtillot, Y. Gallet, J.-L. Le Mouël, F. Fluteau,
A. Genevey EPSL 253, 328, 2007. Edouard Bard & Gilles Delaygue. Earth
and Planetary Science Letters, 265, 1-2, 302-307, 15 January 2008[9]
[archive]

↑ Evidence for a solar signature in 20th century temperature data from
the USA and Europe, J.L. LE MOUEL, V. COURTILLOT, E. BLANTER, M.
SHNIRMAN, Comptes Rendus Geosciences, 340, 421-430 (2008)

↑ Evidence for Solar Forcing in Variability of Temperatures and
Pressures in Europe, J.L. LE MOUEL, E. BLANTER, M. SHNIRMAN, V.
COURTILLOT, Journal of Atmospheric and Solar-Terrestrial Physics, 71,
1309-1321 doi:10.1016/j.jastp.2009.05.006 (2009)

↑ Evolution of Seasonal Temperature Disturbances and Solar Forcing in
the US North Pacific, V. COURTILLOT, J.L. LE MOUEL, E. BLANTER, M.
SHNIRMAN, Journal of Atmospheric and Solar-Terrestrial Physics, Journal
of Atmospheric and Solar-Terrestrial Physics, 72, 83-89
doi:10.1016/j.jastp.2009.10.011 (2010)

↑ A solar pattern in the longest temperature series from three stations
in Europe, J.L. LE MOUEL, V. KOSSOBOKOV, V. COURTILLOT, Journal of
Atmospheric and Solar-Terrestrial Physics, 72, 62-76
doi:10.1016/j.jastp.2009.10.009 (2010)
Émile Picard
2011-02-15 20:46:32 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Émile Picard
Merci d'offrir un contraste saisissant entre d'une part un géophysicien de
haute (Vincent Courtillot)
Tout a fait exact, malheureusement ca n'en fait pas pour autant un
climatologiste de haute volée, ou du moins un qui soit reconnu
comme tel sur la base de travaux originaux et authentiques, la
publication d'une demi-douzaine d'articles peer-reviewed dans des
revues commerciales bidons par des referees tries sur les volet (et
comptant parmi vos propres subalternes) ca ne compte pas.
? Are there connections between the Earth's magnetic field and climate?
Vincent Courtillot, Yves Gallet, Jean-Louis Le Mouël, Frédéric Fluteau,
Agnès Genevey. Earth and Planetary Science Letters, 253, 3-4, 328-339, 30
January 2007
? Comment on "Are there connections between the Earth's magnetic field and
climate?" by V. Courtillot, Y. Gallet, J.-L. Le Mouël, F. Fluteau, A.
Genevey EPSL 253, 328, 2007. Edouard Bard & Gilles Delaygue. Earth and
Planetary Science Letters, 265, 1-2, 302-307, 15 January 2008[9] [archive]
? Evidence for a solar signature in 20th century temperature data from the
USA and Europe, J.L. LE MOUEL, V. COURTILLOT, E. BLANTER, M. SHNIRMAN,
Comptes Rendus Geosciences, 340, 421-430 (2008)
? Evidence for Solar Forcing in Variability of Temperatures and Pressures
in Europe, J.L. LE MOUEL, E. BLANTER, M. SHNIRMAN, V. COURTILLOT, Journal
of Atmospheric and Solar-Terrestrial Physics, 71, 1309-1321
doi:10.1016/j.jastp.2009.05.006 (2009)
? Evolution of Seasonal Temperature Disturbances and Solar Forcing in the
US North Pacific, V. COURTILLOT, J.L. LE MOUEL, E. BLANTER, M. SHNIRMAN,
Journal of Atmospheric and Solar-Terrestrial Physics, Journal of
Atmospheric and Solar-Terrestrial Physics, 72, 83-89
doi:10.1016/j.jastp.2009.10.011 (2010)
? A solar pattern in the longest temperature series from three stations in
Europe, J.L. LE MOUEL, V. KOSSOBOKOV, V. COURTILLOT, Journal of
Atmospheric and Solar-Terrestrial Physics, 72, 62-76
doi:10.1016/j.jastp.2009.10.009 (2010)
Tres drole!

Le deuxieme article (Bard et Delaygue) est une critique impitoyable du
premier (Courtillot et al.).

Bard et Delaygue y administrent une deculottee sanglante a Courtillot,
demontent completement son article et en demontrent les erreurs et les
conclusions erronnees.

Les articles 4, 5 et 6 sont publies dans une revue commerciale JASTP de
la firme Elsevier a "impact factor" tres faible, la seule a l'heure
actuelle qui accepte encore les delires climato-courtillesques.

"impact factor" de JASTP 1.643 ce qui est microscopique mm pour une
revue aussi specialisee.

En d'autres termes pas grand monde ne lit les articles de Courtillot qui est
ainsi de facto blackboule climatologiquement parlant... c'est donc un
martyre de la science, c'est d'ailleurs ce qu'il dit lui mm, en d'autres
temps il aurait ete brule vif en raison de ses opinions heretiques, peu
importe qu'aucun savant n'ait ete mis a mort pour des raisons scientifiques,
nonobstant Michel Servet et Giordano Bruno qui le furent mais pour des
raisons theologiques.

http://www.elsevier.com/wps/find/journaldescription.cws_home/211/description#description

http://en.wikipedia.org/wiki/Impact_factor

Au passage je mentionne que pour un labo ou une bibliotheque s'abonner a
JASTP coute tres cher pres de 4000 euros, pour une revue marginale et
beaucoup d'universites US en ont marre de ces tarifs et boycottent Elsevier
les revues desormais (publisher) et non des moindres (Cornell par ex.)

(D'une facon generale on peut se demander pourquoi on devrait casquer
pour des articles scientifiques ou pretendus tels alors que les recherches
correspondantes au moins 3 fois sur quatre ont ete faites aux frais des
contribuables de divers pays.)

Ces facteurs reduisent encore le lectorat potentiel, on comprend donc que
Courtillot en soit reduite a la presse populaire, a la tele et a son blog
pour faire passer ses aneries plus efficacement.
Ivan99
2011-02-15 22:53:45 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Émile Picard
Post by Émile Picard
Merci d'offrir un contraste saisissant entre d'une part un géophysicien de
haute (Vincent Courtillot)
Tout a fait exact, malheureusement ca n'en fait pas pour autant un
climatologiste de haute volée, ou du moins un qui soit reconnu
comme tel sur la base de travaux originaux et authentiques, la
publication d'une demi-douzaine d'articles peer-reviewed dans des
revues commerciales bidons par des referees tries sur les volet (et
comptant parmi vos propres subalternes) ca ne compte pas.
? Are there connections between the Earth's magnetic field and climate?
Vincent Courtillot, Yves Gallet, Jean-Louis Le Mouël, Frédéric Fluteau,
Agnès Genevey. Earth and Planetary Science Letters, 253, 3-4, 328-339, 30
January 2007
? Comment on "Are there connections between the Earth's magnetic field and
climate?" by V. Courtillot, Y. Gallet, J.-L. Le Mouël, F. Fluteau, A.
Genevey EPSL 253, 328, 2007. Edouard Bard & Gilles Delaygue. Earth and
Planetary Science Letters, 265, 1-2, 302-307, 15 January 2008[9] [archive]
? Evidence for a solar signature in 20th century temperature data from the
USA and Europe, J.L. LE MOUEL, V. COURTILLOT, E. BLANTER, M. SHNIRMAN,
Comptes Rendus Geosciences, 340, 421-430 (2008)
? Evidence for Solar Forcing in Variability of Temperatures and Pressures
in Europe, J.L. LE MOUEL, E. BLANTER, M. SHNIRMAN, V. COURTILLOT, Journal
of Atmospheric and Solar-Terrestrial Physics, 71, 1309-1321
doi:10.1016/j.jastp.2009.05.006 (2009)
? Evolution of Seasonal Temperature Disturbances and Solar Forcing in the
US North Pacific, V. COURTILLOT, J.L. LE MOUEL, E. BLANTER, M. SHNIRMAN,
Journal of Atmospheric and Solar-Terrestrial Physics, Journal of
Atmospheric and Solar-Terrestrial Physics, 72, 83-89
doi:10.1016/j.jastp.2009.10.011 (2010)
? A solar pattern in the longest temperature series from three stations in
Europe, J.L. LE MOUEL, V. KOSSOBOKOV, V. COURTILLOT, Journal of
Atmospheric and Solar-Terrestrial Physics, 72, 62-76
doi:10.1016/j.jastp.2009.10.009 (2010)
Tres drole!
Le deuxieme article (Bard et Delaygue) est une critique impitoyable du
premier (Courtillot et al.).
Bard et Delaygue y administrent une deculottee sanglante a Courtillot,
demontent completement son article et en demontrent les erreurs et les
conclusions erronnees.
C'est le genre de commentaire sportif sentencieux et particulièrement
risible. Comme si tu y comprenais quelque chose...

L'équipe de Le Mouel et Courtillot a répondu point par point à ces
"démonstrations" dans une réponse peer-reviewed au commentaire, et des
applaudissements à l'Académie des sciences. Il leur manque pour
l'instant l'explication physique de la corrélation entre champ
magnétique terrestre et climat.

Mieux vaut en rester là sur la discussion de comptoir au vu du
niveau...Reste le fait, comme on le voit: une implication des plus
sérieuses de Vincent Courtillot sur l'évolution climatique, et "ça
compte", ne t'en déplaise.
jc_lavau
2011-02-16 00:00:06 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Ivan99
L'équipe de Le Mouel et Courtillot a répondu point par point à ces
"démonstrations" dans une réponse peer-reviewed au commentaire, et des
applaudissements à l'Académie des sciences. Il leur manque pour
l'instant l'explication physique de la corrélation entre champ
magnétique terrestre et climat.
Non, même pas. Cela ne manque pas. C'est fourni par les travaux de
l'équipe de Svensmark. Qui en prime donnent la moitié de la causalité
des variations à court terme du CO2 atmosphérique : le principal apport
variable à court terme, ce sont les éruptions volcaniques aériennes, et
le principal emport variable à court terme, ce sont la nébulosité et
les précipitations. Et cette nébulosité dépend et du champ magnétique
terrestre, et du champ magnétique solaire, via les rayons cosmiques.

Le gang carbocentrique est d'une ignorance abyssale, et "plus buté que
l'âne sur le dos duquel les enfants cassent trois bâtons avant de
réussir à le faire sortir du champ". La formule poétique est d'Homère,
et l'original s'applique au guerrier Ajax.
--
La science se distingue ainsi des autres modes de transmission des
connaissances : nous croyons que les experts sont faillibles, que les
traditions charrient toutes sortes de fables et d'erreurs, et qu'il
faut vérifier, par des expériences.
Stephane Le Men
2011-02-12 07:39:21 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Émile Picard
Tout a fait exact, malheureusement ca n'en fait pas pour autant un
climatologiste de haute volée, ou du moins un qui soit reconnu
comme tel sur la base de travaux originaux et authentiques,
Un climatologiste de haute volée, ca vaut la même chose qu'un
pharmacologue de haute volée qui bosse pour l'Afssap depuis
33 ans.
Lucien COSTE
2011-02-12 07:59:33 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Émile Picard
Merci d'offrir un contraste saisissant entre d'une part un géophysicien de
haute (Vincent Courtillot)
Tout a fait exact, malheureusement ca n'en fait pas pour autant un
climatologiste de haute volée, ou du moins un qui soit reconnu
comme tel sur la base de travaux originaux et authentiques, la
publication d'une demi-douzaine d'articles peer-reviewed dans des
revues commerciales bidons par des referees tries sur les volet (et
comptant parmi vos propres subalternes) ca ne compte pas.
Lorsque je deplorais recemment de ne pouvoir trouver de part le
monde une seule universite ou ecole qui enseignerait la climatologie
suivant mes profondes convictions anti-RCA je formulais de grands
espoirs quant a l'enseignement de Vincent Courtillot a l'Universite
Paris Diderot, grosse deception.
J'ai du dechanter et me rendre a l'evidence que VC n'y enseigne que la
geophysique pure et dure et non la climatologie telle qu'il la concoit.
Evidemment VC est victime d'une censure qui vient de tres haut
(GIEC, GreenPeace, ONU, Union Europeenne, gouvernement
francais, Academie des Sciences, CEA, CRU etc.) et d'inspiration
pro-RCA, pro-ecolo dont le but est d'affamer le tiers monde et de
le priver des bienfaits de la civilisation dans laquelle nous nous
vautrons.
Il faut me rendre a l'evidence, parmi toutes ces listes des 458,
732 voire 1000 scientifiques anti-RCA une fois qu'on a elimine
les morts, ceux qui ne veulent pas y figurer, les zoologistes a la
retraite, les philosophes et les physiciens nucleaires il ne reste pas
grand monde.
Et grosse deception si Courtillot n'enseigne pas a a l'Universite
Paris Diderot la climatologie anti-RCA (la seule la vraie), Richard
Lindzen (autre figure de proue anti-RCA) ne l'enseigne pas non plus
au prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT) aux USA.
Et aucun des autres grands pontes du mouvement anti-RCA, il serait
facile de multiplier les exemples analogues aux deux que je viens de
citer.
Jacques Duran du temps qu'il etait directeur des etudes a la non moins
prestigieuse Ecole Superieure de Physique et de Chimie Industrielles
de la Ville de Paris (ESPCI) maintenant membre de Paris Tech n'y
preconisait pas un enseignement anti-RCA (*) et se cantonnait sagement
aux matieres officiellement sanctionnees malgre ses profondes convictions
tres bien illustrees par ce qui est expose sur le site du Heartland
Institute de Chicago et qu'il cite frequemment.
(*) ou du moins l'anti-physique qui est derriere.
Donner en tant que personnalite mediatique auto-proclamee des interviews
anti-RCA fracassantes (et meprisantes pour le reste de la communaute
scientifique serieuse, mais il faut bien faire rire les gogos et les mettre
de son cote) a des journalistes complaisants et incapables de discerner
ou de questionner vos conneries (ou ne tenant pas a le faire), parader a
la tele ou sur youtube (ou sur un site personnel "non officiel" a la VC) et
d'une facon generale jouer les grandes gueules en affirmant des convictions
contraires au consensus general RCA est une chose, malheureusement en
donner un enseignement officiel et ex-cathedra en est une autre bien
differente.
Obeissance stricte a l'orthodoxie officielle (au garde a vous et le petit
doigt sur la couture du pantalon) ou manque de courage intellectuel je
vous laisse le choix.
Reconnaissons a la decharge de VC ou de RL que tant a Diderot qu'au MIT
y donner un enseignement anti-RCA ne serait pas sans consequences et
quand il faut gagner son bifteck voire nourrir une famille on est tenu
parfois a un peu de retenue, c'est triste mais c'est la vie. On est
courageux mais pas temeraire et c'est bien humain.
Cette derniere consideration est encore bien plus importante pour les
etudiants qui eux auront sous peu a gagner leur vie pour de bon (sur la
base de connaissances reelles et non falsifiees) dans un environnement
hyper competitif et qui eux ne risquent pas une fois leur diplome en poche
d'etre interviewes par le laquais David Pujadas avec des questions et des
reponses dument preparees a l'avance lors de repetitions prealables.
emile picard belge de pure souche n'est pas l'exacte caricature des
histoires belges .. mais non !
Avec lui la réalité a dépassé la fiction ................

--

Lucien COSTE
abourick
2011-02-14 23:08:25 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Émile Picard
Lorsque je deplorais recemment de ne pouvoir trouver de part le
monde une seule universite ou ecole qui enseignerait la climatologie
suivant mes profondes convictions anti-RCA ...
Et ça Charlot, c'est de l'enseignement pro-RCA ?

http://www.drroyspencer.com/
atlas
2011-02-11 21:21:07 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Ivan99
Post by atlas
Post by Ivan99
Nous
venons de passer de l’état fort, qui avait prévalu pendant trois
décennies (période de réchauffement), à l’état moyen (début de
refroidissement léger). Le dernier état faible a correspondu au fameux
minimum de Maunder des taches solaires et au coeur du « petit âge
glaciaire » au XVIIIe siècle. De Jager pense que nous pourrions tomber
dans l’état faible vers 2060. Prévoir un léger refroidissement pour les
quelques décennies à venir ne semble donc pas déraisonnable…
ttp://www.maxisciences.com/temp%e9rature/la-russie-touchee-par-une-hausse-des-temperatures-deux-fois-superieure-a-la-moyenne-mondiale_art12481.html
Surement le refroidissement du Soleil qui va mal ;-)
Merci d'offrir un contraste saisissant entre d'une part un géophysicien
de haute volée (Vincent Courtillot) et
les arguments d'autorités valent peau de banane ,seuls les faits comptent


http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2011/02/il-fait-beau-et-chaud-en-france.html

Surement le refroidissement du Soleil qui va mal .
Ivan99
2011-02-11 21:57:42 UTC
Permalink
Raw Message
Post by atlas
Post by Ivan99
Post by atlas
Post by Ivan99
Nous
venons de passer de l’état fort, qui avait prévalu pendant trois
décennies (période de réchauffement), à l’état moyen (début de
refroidissement léger). Le dernier état faible a correspondu au fameux
minimum de Maunder des taches solaires et au coeur du « petit âge
glaciaire » au XVIIIe siècle. De Jager pense que nous pourrions tomber
dans l’état faible vers 2060. Prévoir un léger refroidissement pour les
quelques décennies à venir ne semble donc pas déraisonnable…
ttp://www.maxisciences.com/temp%e9rature/la-russie-touchee-par-une-hausse-des-temperatures-deux-fois-superieure-a-la-moyenne-mondiale_art12481.html
Surement le refroidissement du Soleil qui va mal ;-)
Merci d'offrir un contraste saisissant entre d'une part un géophysicien
de haute volée (Vincent Courtillot) et
les arguments d'autorités valent peau de banane ,seuls les faits comptent
Fine technique que celle qui consiste à couper une phrase.
Dans la fin, il y avait une vérité qui dérange, comme dit l'autre.
Post by atlas
ttp://sciences.blogs.liberation.fr/home/2011/02/il-fait-beau-et-chaud-en-france.html
Surement le refroidissement du Soleil qui va mal .
Le fait est que tu ne sais toujours pas ce qu'est un climat.
atlas
2011-02-11 22:04:50 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Ivan99
Le fait est que tu ne sais toujours pas ce qu'est un climat.
J'attends vos explications ,elles seront certainement plus proche de
la réalité que si je la cherche du coté du GIEC
Ivan99
2011-02-11 22:32:00 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Ivan99
Le fait est que tu ne sais toujours pas ce qu'est un climat.
J'attends vos explications ,elles seront certainement plus proche de la
réalité que si je la cherche du coté du GIEC
Pas de problème, il faut un début à tout:
http://www.palais-decouverte.fr/index.php?id=267
Giorgos
2011-02-12 21:14:30 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Ivan99
Post by atlas
Post by Ivan99
Post by atlas
Post by Ivan99
Nous
venons de passer de l’état fort, qui avait prévalu pendant trois
décennies (période de réchauffement), à l’état moyen (début de
refroidissement léger). Le dernier état faible a correspondu au fameux
minimum de Maunder des taches solaires et au coeur du « petit âge
glaciaire » au XVIIIe siècle. De Jager pense que nous pourrions tomber
dans l’état faible vers 2060. Prévoir un léger refroidissement pour les
quelques décennies à venir ne semble donc pas déraisonnable…
ttp://www.maxisciences.com/temp%e9rature/la-russie-touchee-par-une-hausse-des-temperatures-deux-fois-superieure-a-la-moyenne-mondiale_art12481.html
Surement le refroidissement du Soleil qui va mal ;-)
Merci d'offrir un contraste saisissant entre d'une part un géophysicien
de haute volée (Vincent Courtillot) et
les arguments d'autorités valent peau de banane ,seuls les faits comptent
Fine technique que celle qui consiste à couper une phrase.
Dans la fin, il y avait une vérité qui dérange, comme dit l'autre.
Post by atlas
ttp://sciences.blogs.liberation.fr/home/2011/02/il-fait-beau-et-chaud-en-france.html
Surement le refroidissement du Soleil qui va mal .
Le fait est que tu ne sais toujours pas ce qu'est un climat.
Cà c'est facile. Mais le climat de la planète ???
abourick
2011-02-14 23:03:30 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Ivan99
Post by atlas
Post by Ivan99
Nous
venons de passer de l’état fort, qui avait prévalu pendant trois
décennies (période de réchauffement), à l’état moyen (début de
refroidissement léger). Le dernier état faible a correspondu au fameux
minimum de Maunder des taches solaires et au coeur du « petit âge
glaciaire » au XVIIIe siècle. De Jager pense que nous pourrions tomber
dans l’état faible vers 2060. Prévoir un léger refroidissement pour les
quelques décennies à venir ne semble donc pas déraisonnable…
ttp://www.maxisciences.com/temp%e9rature/la-russie-touchee-par-une-hausse-des-temperatures-deux-fois-superieure-a-la-moyenne-mondiale_art12481.html
Surement le refroidissement du Soleil qui va mal ;-)
Merci d'offrir un contraste saisissant entre d'une part un géophysicien
de haute volée (Vincent Courtillot) et d'autre part un site
représentatif de la vulgate parascientifique, le Voici de la science
avec son lot de sensations et d'inventions.
LOL Excellent !
Post by Ivan99
Par exemple, il paraît que la Russie vient de connaître "la pire
canicule depuis 1000 ans." Sauf qu'ils n'en savent strictement rien, ils
n'ont aucune donnée sur au moins les 9 premiers siècles...
Tout ça pour vous proposer des pubs pour des bagnoles...On n'attire pas
l'écolo-schizo avec du vinaigre.
LOL
Lucien COSTE
2011-02-15 07:00:29 UTC
Permalink
Raw Message
Post by abourick
Post by Ivan99
Post by atlas
Nous
venons de passer de l'état fort, qui avait prévalu pendant trois
décennies (période de réchauffement), à l'état moyen (début de
refroidissement léger). Le dernier état faible a correspondu au fameux
minimum de Maunder des taches solaires et au coeur du « petit âge
glaciaire » au XVIIIe siècle. De Jager pense que nous pourrions tomber
dans l'état faible vers 2060. Prévoir un léger refroidissement pour
les
Post by abourick
Post by Ivan99
Post by atlas
quelques décennies à venir ne semble donc pas déraisonnable.
ttp://www.maxisciences.com/temp%e9rature/la-russie-touchee-par-une-hausse-de
s-temperatures-deux-fois-superieure-a-la-moyenne-mondiale_art12481.html
Post by abourick
Post by Ivan99
Post by atlas
Surement le refroidissement du Soleil qui va mal ;-)
Merci d'offrir un contraste saisissant entre d'une part un géophysicien
de haute volée (Vincent Courtillot) et d'autre part un site
représentatif de la vulgate parascientifique, le Voici de la science
avec son lot de sensations et d'inventions.
LOL Excellent !
Post by Ivan99
Par exemple, il paraît que la Russie vient de connaître "la pire
canicule depuis 1000 ans." Sauf qu'ils n'en savent strictement rien, ils
n'ont aucune donnée sur au moins les 9 premiers siècles...
Tout ça pour vous proposer des pubs pour des bagnoles...On n'attire pas
l'écolo-schizo avec du vinaigre.
et en ce moment la Russie et la Scandinavie connaissent la pire vague de
froid connue depuis 1942 avec en Norvège une température de - 40 °C ....
Pendant ce temps à Reykjavik il fait + 4 °C. Et les températures
enregistrées au Sud de la Scandinavie sont de l'ordre de celles des records
de froid connus .....

--

Lucien COSTE
Émile Picard
2011-02-15 22:14:03 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Lucien COSTE
et en ce moment la Russie et la Scandinavie connaissent la pire vague de
froid connue depuis 1942 avec en Norvège une température de - 40 °C ....
Pendant ce temps à Reykjavik il fait + 4 °C. Et les températures
enregistrées au Sud de la Scandinavie sont de l'ordre de celles des
records de froid connus .....
Ah ce Lulu c'est un type extraordinaire, il a invente un thermometre d'un
modele nouveau, c'est un thermometre qui n'enregistre que les temperatures
negatives ou a peine positives.

Par exemple cet ete (2010) les Moscovites et les Russes ont creve de
chaleur, les forets autour de Moscou prenaient feu quasi-spontanement,
l'air dans cette ville etait a peu pres irrespirable, la temperature a
pendant des semaines battu des records. les viocques et les debiles
des poumons mouraient comme des mouches..

Mais selon Lulu ca ne compte pas et pour une raison evidente, son fameux
thermometre ne reconnait pas ces temperatures infernales et par consequent
elles ne peuvent exister, c'est un raisonnement sans failles aucune.

Lulu compte commercialiser ce thermometre, ca va etre un malheur et il va
se faire des couilles en or, il a obtenu de Claude Allegre et de Vincent
Courtillot la liste des mecs ayant achete leurs bouquins et il va leur faire
des propositions tres interessantes mais tout de mm tres remuneratrices
pour lui.

Lulu fute comme il est a deja determine que ses thermometres "climato-
sceptiques" seront fabriques en Chine ou la main d'oeuvre est encore tres
bon marche, d'ou profit max.

Il y aura le modele de luxe "demissionaire du GIEC", le modele "Vincent
Courtillot, le modele "Claude Allegre" et un modele de base bon marche le
"Pensee-Unique" (ou le "Jacques Duran").


Sacre Lulu! Il avait la bosse du commerce et nous on s'en doutait pas. :-)
Lucien COSTE
2011-02-16 08:50:20 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Émile Picard
Post by Lucien COSTE
et en ce moment la Russie et la Scandinavie connaissent la pire vague de
froid connue depuis 1942 avec en Norvège une température de - 40 °C ....
Pendant ce temps à Reykjavik il fait + 4 °C. Et les températures
enregistrées au Sud de la Scandinavie sont de l'ordre de celles des
records de froid connus .....
Ah ce Lulu c'est un type extraordinaire, il a invente un thermometre d'un
modele nouveau, c'est un thermometre qui n'enregistre que les temperatures
negatives ou a peine positives.
Par exemple cet ete (2010) les Moscovites et les Russes ont creve de
chaleur, les forets autour de Moscou prenaient feu quasi-spontanement,
l'air dans cette ville etait a peu pres irrespirable, la temperature a
pendant des semaines battu des records. les viocques et les debiles
des poumons mouraient comme des mouches..
Mais selon Lulu ca ne compte pas et pour une raison evidente, son fameux
thermometre ne reconnait pas ces temperatures infernales et par consequent
elles ne peuvent exister, c'est un raisonnement sans failles aucune.
Lulu compte commercialiser ce thermometre, ca va etre un malheur et il va
se faire des couilles en or, il a obtenu de Claude Allegre et de Vincent
Courtillot la liste des mecs ayant achete leurs bouquins et il va leur faire
des propositions tres interessantes mais tout de mm tres remuneratrices
pour lui.
Lulu fute comme il est a deja determine que ses thermometres "climato-
sceptiques" seront fabriques en Chine ou la main d'oeuvre est encore tres
bon marche, d'ou profit max.
Il y aura le modele de luxe "demissionaire du GIEC", le modele "Vincent
Courtillot, le modele "Claude Allegre" et un modele de base bon marche le
"Pensee-Unique" (ou le "Jacques Duran").
Sacre Lulu! Il avait la bosse du commerce et nous on s'en doutait pas.
:-)
pour être un imbécile tu es un bel exemple : il suffit de prendre la météo
sur les sites officiels norvégiens et russes...

mais comme tu es une ordure tu es incapable de faire autre chose que de
diffamer les autres ...
méfie-toi au passage d'une frontière ...ça pourrait ne pas durer ....


--

Lucien COSTE
Paul Aubrin
2011-02-17 21:36:44 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Émile Picard
Par exemple cet ete (2010) les Moscovites et les Russes ont creve de
chaleur, les forets autour de Moscou prenaient feu quasi-spontanement,
l'air dans cette ville etait a peu pres irrespirable, la temperature a
pendant des semaines battu des records. les viocques et les debiles des
poumons mouraient comme des mouches..
Donc vous soutenez que, par exemple, la météo à Moscou est une preuve de
l'origine anthropique du réchauffement ? Moscou et Reykjavik seraient
devenues typiques de la température moyenne du globe ?
Et, à cause du RCA, les hivers seraient de plus en plus doux au point que
la neige serait bientôt une chose du passé que les enfants ne connaitront
plus, mais que le RCA est aussi une cause connue de précipitations
neigeuses abondantes. Et que le RCA est la cause de tout et de son
contraire. Voilà bien une théorie réfutable et donc scientifique.
Lucien COSTE
2011-02-11 17:54:39 UTC
Permalink
Raw Message
Post by atlas
Nous
venons de passer de l'état fort, qui avait prévalu pendant trois
décennies (période de réchauffement), à l'état moyen (début de
refroidissement léger). Le dernier état faible a correspondu au fameux
minimum de Maunder des taches solaires et au coeur du « petit âge
glaciaire » au XVIIIe siècle. De Jager pense que nous pourrions tomber
dans l'état faible vers 2060. Prévoir un léger refroidissement pour les
quelques décennies à venir ne semble donc pas déraisonnable.
ttp://www.maxisciences.com/temp%e9rature/la-russie-touchee-par-une-hausse-de
s-temperatures-deux-fois-superieure-a-la-moyenne-mondiale_art12481.html
Post by atlas
Surement le refroidissement du Soleil qui va mal ;-)
waf .... encore un qui prend une taupinière pourt l'Himalaya ...
une petite exploration vers les diagrammes d'Hathaway t'aurais remis un peu
de fraîcheur dans ton unique neurone ! ( bien qu'hatahaway fasse partie de
la NASA mais sur des pbs typiquement NASA )

il faut dire aussi que dans le pb climatique la NASA se mèle de ce qui ne la
regarde pas ... avec comme chef ... Hansen, celui de la crosse de hockey .
Or le pb climatique c'est bien plus l'affaire de la NOAA.... dont le
porte-parole a démissioné du GIEC parce que cet organisme a truandé les
données qu'il a fourni ..
A part cela tout va bien dans la morale du GIEC

--

Lucien COSTE
Émile Picard
2011-02-11 20:46:49 UTC
Permalink
Raw Message
http://www.maxisciences.com/temp%e9rature/la-russie-touchee-par-une-hausse-des-temperatures-deux-fois-superieure-a-la-moyenne-mondiale_art12481.html
waf .... encore un qui prend une taupinière pourt l'Himalaya ...
une petite exploration vers les diagrammes d'Hathaway t'aurais remis un peu
de fraîcheur dans ton unique neurone ! ( bien qu'Hatahaway fasse partie de
la NASA mais sur des pbs typiquement NASA )
il faut dire aussi que dans le pb climatique la NASA se mèle de ce qui ne
la regarde pas ... avec comme chef ... Hansen, celui de la crosse de
hockey .
Or le pb climatique c'est bien plus l'affaire de la NOAA.... dont le
porte-parole a démissioné du GIEC (*) parce que cet organisme a truandé
les données qu'il a fourni ..[sic]
Allez, allez pas d'affirmation gratuite et totalement bidon qui est ce
demissionaire du GIEC contraint a cette issue ignominieuse "parce
que cet organisme a truandé les données qu'il a fournies"?

Tu repetes en permanence ce mensonge, alors pour la Nieme fois je te
rappelerai qu'a cette date la seule personnalite qui ait effectivement
demissionne du GIEC c'est ***Christopher Landsea*** et ce en 2005
et pour un desaccord scientifique tout a fait honorable et nullement
comme tu le pretends pour une histoire de truandage.

Allez vite le nom de ce demissionaire du GIEC si ce n'est pas Landsea?

http://en.wikipedia.org/wiki/Christopher_Landsea

Sans ca ecrase toi.
A part cela tout va bien dans la morale du GIEC
Lucien COSTE
Tres juste.

Et tu mets le doigt sur un tres, tres gros probleme, qui est qu'on soit ou
pro RCA ou anti RCA on s'en remet toujours aux donnees et interpretations
de ces donnees publiees par la NASA, NOAA, NCAR ou NSIDC in fine.

Pour les anti-RCA c'est une situation analogue a celle d'athees convaincus
et fanatiques mais qui ne cesseraient de chercher leurs arguments les plus
puissants et les plus persuasifs *exclusivement* dans la Bible, les
Evangiles, les Saintes Ecritures et de citer pour demolir leurs adversaires
de la maniere la plus percutante les interpretations des Peres de l'Eglise,
des theologiens les plus celebres et les plus subtils etc. LOL.

Ca marche un moment mais la baudruche se degonfle assez rapidement.

Allez invente autre chose pour nous faire prendre des vessies pour des
lanternes, tu commences a devenir particulierement lassant.

A defaut d'etre emmerdant sois au moins drole!
Sirius
2011-02-12 07:04:10 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Émile Picard
Post by Lucien COSTE
Or le pb climatique c'est bien plus l'affaire de la NOAA.... dont le
porte-parole a démissioné du GIEC (*) parce que cet organisme a truandé
les données qu'il a fourni ..[sic]
Allez, allez pas d'affirmation gratuite et totalement bidon qui est ce
demissionaire du GIEC contraint a cette issue ignominieuse "parce que
cet organisme a truandé les données qu'il a fournies"?
Extrait de la lettre ouverte à Ban Ki-Moon Secrétaire général des Nations
Unies.

"Les résumés pour les décideurs est le rapport du GIEC le plus largement
diffusé auprès des politiciens et des personnes qui ne sont pas des
scientifiques et il est la base de la majorité des formulations de
politiques relatives au changement climatique.
Pourtant ces résumés sont préparés par une équipe réduite de rédacteurs
et les versions finales sont approuvées ligne à ligne par des délégués
gouvernementaux.
La grande majorité des contributeurs et des relecteurs du GIEC, et les
dizaines de milliers de scientifiques qui sont qualifiés pour faire des
commentaires sur ces sujets, ne sont pas impliqués dans la préparation de
ces documents. En conséquence, ces résumés ne peuvent pas être présentés
d'une façon valide comme représentatif d'une vue consensuelle de ces
experts."

Les signataires sont:

Don Aitkin, PhD, Professor, social scientist, retired vice-chancellor and
president, University of Canberra, Australia

William J.R. Alexander, PhD, Professor Emeritus, Dept. of Civil and
Biosystems Engineering, University of Pretoria, South Africa; Member, UN
Scientific and Technical Committee on Natural Disasters, 1994-2000

Bjarne Andresen, PhD, physicist, Professor, The Niels Bohr Institute,
University of Copenhagen, Denmark

Geoff L. Austin, PhD, FNZIP, FRSNZ, Professor, Dept. of Physics,
University of Auckland, New Zealand

Timothy F. Ball, PhD, environmental consultant, former climatology
professor, University of Winnipeg

Ernst-Georg Beck, Dipl. Biol., Biologist, Merian-Schule Freiburg, Germany

Sonja A. Boehmer-Christiansen, PhD, Reader, Dept. of Geography, Hull
University, U.K.; Editor, Energy & Environment journal

Chris C. Borel, PhD, remote sensing scientist, U.S.

Reid A. Bryson, PhD, DSc, DEngr, UNE P. Global 500 Laureate; Senior
Scientist, Center for Climatic Research; Emeritus Professor of
Meteorology, of Geography, and of Environmental Studies, University of
Wisconsin

Dan Carruthers, M.Sc., wildlife biology consultant specializing in animal
ecology in Arctic and Subarctic regions, Alberta

R.M. Carter, PhD, Professor, Marine Geophysical Laboratory, James Cook
University, Townsville, Australia

Ian D. Clark, PhD, Professor, isotope hydrogeology and paleoclimatology,
Dept. of Earth Sciences, University of Ottawa

Richard S. Courtney, PhD, climate and atmospheric science consultant, IPCC
expert reviewer, U.K.

Willem de Lange, PhD, Dept. of Earth and Ocean Sciences, School of
Science and Engineering, Waikato University, New Zealand

David Deming, PhD (Geophysics), Associate Professor, College of Arts and
Sciences, University of Oklahoma

Freeman J. Dyson, PhD, Emeritus Professor of Physics, Institute for
Advanced Studies, Princeton, N.J.

Don J. Easterbrook, PhD, Emeritus Professor of Geology, Western
Washington University

Lance Endersbee, Emeritus Professor, former dean of Engineering and Pro-
Vice Chancellor of Monasy University, Australia

Hans Erren, Doctorandus, geophysicist and climate specialist, Sittard,
The Netherlands

Robert H. Essenhigh, PhD, E.G. Bailey Professor of Energy Conversion,
Dept. of Mechanical Engineering, The Ohio State University

Christopher Essex, PhD, Professor of Applied Mathematics and Associate
Director of the Program in Theoretical Physics, University of Western
Ontario

David Evans, PhD, mathematician, carbon accountant, computer and
electrical engineer and head of 'Science Speak,' Australia

William Evans, PhD, editor, American Midland Naturalist; Dept. of
Biological Sciences, University of Notre Dame

Stewart Franks, PhD, Professor, Hydroclimatologist, University of
Newcastle, Australia

R. W. Gauldie, PhD, Research Professor, Hawai'i Institute of Geophysics
and Planetology, School of Ocean Earth Sciences and Technology,
University of Hawai'i at Manoa

Lee C. Gerhard, PhD, Senior Scientist Emeritus, University of Kansas;
former director and state geologist, Kansas Geological Survey

Gerhard Gerlich, Professor for Mathematical and Theoretical Physics,
Institut für Mathematische Physik der TU Braunschweig, Germany

Albrecht Glatzle, PhD, sc.agr., Agro-Biologist and Gerente ejecutivo,
INTTAS, Paraguay

Fred Goldberg, PhD, Adjunct Professor, Royal Institute of Technology,
Mechanical Engineering, Stockholm, Sweden

Vincent Gray, PhD, expert reviewer for the IPCC and author of The
Greenhouse Delusion: A Critique of 'Climate Change 2001, Wellington, New
Zealand

William M. Gray, Professor Emeritus, Dept. of Atmospheric Science,
Colorado State University and Head of the Tropical Meteorology Project

Howard Hayden, PhD, Emeritus Professor of Physics, University of
Connecticut

Louis Hissink MSc, M.A.I.G., editor, AIG News, and consulting geologist,
Perth, Western Australia

Craig D. Idso, PhD, Chairman, Center for the Study of Carbon Dioxide and
Global Change, Arizona

Sherwood B. Idso, PhD, President, Center for the Study of Carbon Dioxide
and Global Change, AZ, USA

Andrei Illarionov, PhD, Senior Fellow, Center for Global Liberty and
Prosperity; founder and director of the Institute of Economic Analysis

Zbigniew Jaworowski, PhD, physicist, Chairman - Scientific Council of
Central Laboratory for Radiological Protection, Warsaw, Poland

Jon Jenkins, PhD, MD, computer modelling - virology, NSW, Australia

Wibjorn Karlen, PhD, Emeritus Professor, Dept. of Physical Geography and
Quaternary Geology, Stockholm University, Sweden

Olavi Kärner, Ph.D., Research Associate, Dept. of Atmospheric Physics,
Institute of Astrophysics and Atmospheric Physics, Toravere, Estonia

Joel M. Kauffman, PhD, Emeritus Professor of Chemistry, University of the
Sciences in Philadelphia

David Kear, PhD, FRSNZ, CMG, geologist, former Director-General of NZ
Dept. of Scientific & Industrial Research, New Zealand

Madhav Khandekar, PhD, former research scientist, Environment Canada;
editor, Climate Research (2003-05); editorial board member, Natural
Hazards; IPCC expert reviewer 2007

William Kininmonth M.Sc., M.Admin., former head of Australia's National
Climate Centre and a consultant to the World Meteorological organization's
Commission for Climatology Jan J.H. Kop, MSc Ceng FICE (Civil Engineer
Fellow of the Institution of Civil Engineers), Emeritus Prof. of Public
Health Engineering, Technical University Delft, The Netherlands

Prof. R.W.J. Kouffeld, Emeritus Professor, Energy Conversion, Delft
University of Technology, The Netherlands

Salomon Kroonenberg, PhD, Professor, Dept. of Geotechnology, Delft
University of Technology, The Netherlands

Hans H.J. Labohm, PhD, economist, former advisor to the executive board,
Clingendael Institute (The Netherlands Institute of International
Relations), The Netherlands

The Rt. Hon. Lord Lawson of Blaby, economist; Chairman of the Central
Europe Trust; former Chancellor of the Exchequer, U.K.

Douglas Leahey, PhD, meteorologist and air-quality consultant, Calgary

David R. Legates, PhD, Director, Center for Climatic Research, University
of Delaware

Marcel Leroux, PhD, Professor Emeritus of Climatology, University of
Lyon, France; former director of Laboratory of Climatology, Risks and
Environment, CNRS

Bryan Leyland, International Climate Science Coalition, consultant and
power engineer, Auckland, New Zealand

William Lindqvist, PhD, independent consulting geologist, Calif.

Richard S. Lindzen, PhD, Alfred P. Sloan Professor of Meteorology, Dept.
of Earth, Atmospheric and Planetary Sciences, Massachusetts Institute of
Technology

A.J. Tom van Loon, PhD, Professor of Geology (Quaternary Geology), Adam
Mickiewicz University, Poznan, Poland; former President of the European
Association of Science Editors

Anthony R. Lupo, PhD, Associate Professor of Atmospheric Science, Dept.
of Soil, Environmental, and Atmospheric Science, University of Missouri-
Columbia

Richard Mackey, PhD, Statistician, Australia

Horst Malberg, PhD, Professor for Meteorology and Climatology, Institut
für Meteorologie, Berlin, Germany

John Maunder, PhD, Climatologist, former President of the Commission for
Climatology of the World Meteorological Organization (89-97), New Zealand

Alister McFarquhar, PhD, international economy, Downing College,
Cambridge, U.K.

Ross McKitrick, PhD, Associate Professor, Dept. of Economics, University
of Guelph

John McLean, PhD, climate data analyst, computer scientist, Australia

Owen McShane, PhD, economist, head of the International Climate Science
Coalition; Director, Centre for Resource Management Studies, New Zealand

Fred Michel, PhD, Director, Institute of Environmental Sciences and
Associate Professor of Earth Sciences, Carleton University

Frank Milne, PhD, Professor, Dept. of Economics, Queen's University

Asmunn Moene, PhD, former head of the Forecasting Centre, Meteorological
Institute, Norway

Alan Moran, PhD, Energy Economist, Director of the IPA's Deregulation
Unit, Australia

Nils-Axel Morner, PhD, Emeritus Professor of Paleogeophysics &
Geodynamics, Stockholm University, Sweden

Lubos Motl, PhD, Physicist, former Harvard string theorist, Charles
University, Prague, Czech Republic

John Nicol, PhD, Professor Emeritus of Physics, James Cook University,
Australia

David Nowell, M.Sc., Fellow of the Royal Meteorological Society, former
chairman of the NATO Meteorological Group, Ottawa

James J. O'Brien, PhD, Professor Emeritus, Meteorology and Oceanography,
Florida State University

Cliff Ollier, PhD, Professor Emeritus (Geology), Research Fellow,
University of Western Australia

Garth W. Paltridge, PhD, atmospheric physicist, Emeritus Professor and
former Director of the Institute of Antarctic and Southern Ocean Studies,
University of Tasmania, Australia

R. Timothy Patterson, PhD, Professor, Dept. of Earth Sciences
(paleoclimatology), Carleton University

Al Pekarek, PhD, Associate Professor of Geology, Earth and Atmospheric
Sciences Dept., St. Cloud State University, Minnesota

Ian Plimer, PhD, Professor of Geology, School of Earth and Environmental
Sciences, University of Adelaide and Emeritus Professor of Earth
Sciences, University of Melbourne, Australia

Brian Pratt, PhD, Professor of Geology, Sedimentology, University of
Saskatchewan

Harry N.A. Priem, PhD, Emeritus Professor of Planetary Geology and
Isotope Geophysics, Utrecht University; former director of the
Netherlands Institute for Isotope Geosciences

Alex Robson, PhD, Economics, Australian National University Colonel
F.P.M. Rombouts, Branch Chief - Safety, Quality and Environment, Royal
Netherland Air Force

R.G. Roper, PhD, Professor Emeritus of Atmospheric Sciences, School of
Earth and Atmospheric Sciences, Georgia Institute of Technology

Arthur Rorsch, PhD, Emeritus Professor, Molecular Genetics, Leiden
University, The Netherlands

Rob Scagel, M.Sc., forest microclimate specialist, principal consultant,
Pacific Phytometric Consultants, B.C.

Tom V. Segalstad, PhD, (Geology/Geochemistry), Head of the Geological
Museum and Associate Professor of Resource and Environmental Geology,
University of Oslo, Norway

Gary D. Sharp, PhD, Center for Climate/Ocean Resources Study, Salinas, CA

S. Fred Singer, PhD, Professor Emeritus of Environmental Sciences,
University of Virginia and former director Weather Satellite Service

L. Graham Smith, PhD, Associate Professor, Dept. of Geography, University
of Western Ontario

Roy W. Spencer, PhD, climatologist, Principal Research Scientist, Earth
System Science Center, The University of Alabama, Huntsville

Peter Stilbs, TeknD, Professor of Physical Chemistry, Research Leader,
School of Chemical Science and Engineering, KTH (Royal Institute of
Technology), Stockholm, Sweden

Hendrik Tennekes, PhD, former director of research, Royal Netherlands
Meteorological Institute

Dick Thoenes, PhD, Emeritus Professor of Chemical Engineering, Eindhoven
University of Technology, The Netherlands

Brian G Valentine, PhD, PE (Chem.), Technology Manager - Industrial
Energy Efficiency, Adjunct Associate Professor of Engineering Science,
University of Maryland at College Park; Dept of Energy, Washington, DC

Gerrit J. van der Lingen, PhD, geologist and paleoclimatologist, climate
change consultant, Geoscience Research and Investigations, New Zealand

Len Walker, PhD, Power Engineering, Australia

Edward J. Wegman, PhD, Department of Computational and Data Sciences,
George Mason University, Virginia

Stephan Wilksch, PhD, Professor for Innovation and Technology Management,
Production Management and Logistics, University of Technolgy and Economics
Berlin, Germany

Boris Winterhalter, PhD, senior marine researcher (retired), Geological
Survey of Finland, former professor in marine geology, University of
Helsinki, Finland

David E. Wojick, PhD, P.Eng., energy consultant, Virginia

Raphael Wust, PhD, Lecturer, Marine Geology/Sedimentology, James Cook
University, Australia

A. Zichichi, PhD, President of the World Federation of Scientists,
Geneva, Switzerland; Emeritus Professor of Advanced Physics, University
of Bologna, Italy
Lucien COSTE
2011-02-12 08:06:28 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Sirius
Post by Émile Picard
Post by Lucien COSTE
Or le pb climatique c'est bien plus l'affaire de la NOAA.... dont le
porte-parole a démissioné du GIEC (*) parce que cet organisme a truandé
les données qu'il a fourni ..[sic]
Allez, allez pas d'affirmation gratuite et totalement bidon qui est ce
demissionaire du GIEC contraint a cette issue ignominieuse "parce que
cet organisme a truandé les données qu'il a fournies"?
Extrait de la lettre ouverte à Ban Ki-Moon Secrétaire général des Nations
Unies.
"Les résumés pour les décideurs est le rapport du GIEC le plus largement
diffusé auprès des politiciens et des personnes qui ne sont pas des
scientifiques et il est la base de la majorité des formulations de
politiques relatives au changement climatique.
Pourtant ces résumés sont préparés par une équipe réduite de rédacteurs
et les versions finales sont approuvées ligne à ligne par des délégués
gouvernementaux.
La grande majorité des contributeurs et des relecteurs du GIEC, et les
dizaines de milliers de scientifiques qui sont qualifiés pour faire des
commentaires sur ces sujets, ne sont pas impliqués dans la préparation de
ces documents. En conséquence, ces résumés ne peuvent pas être présentés
d'une façon valide comme représentatif d'une vue consensuelle de ces
experts."
( pour raccourcir je fais sauter la liste des signataires)

picard c'est le même mecton belge qui il y a quelques jours demandait
comment on formait à la climatologie....
un récent message sur physique montre que le zigoto, qui a opéré sous
diverses signatures, et quelque fois de façon très malfaisante, est en train
d'apprendre ce que sont les groupes de Lie....

--

Lucien COSTE
Émile Picard
2011-02-16 01:42:17 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Lucien COSTE
picard c'est le même mecton belge qui il y a quelques jours demandait
comment on formait à la climatologie....
Oui mais pas n'importe qelle climatologie, la climatologie anti-GIEC,
et anti-RCA. la seule vraie.

Et tu m'as repondu. toi le grand specialiste?
Tu m'as aporte la moindre assistance, toi la grande gueule?

Pas foutu de m'indiquer la moindre piste pour faire des etudes serieuses
dans une bonne universite genre Paris Diderot en France, ou le MIT aux
USA avec un *vrai* programme d'etudes anti-RCA, anti-GIEC etc.

Pas tres sympa ton attitude permets moi de te le dire.
Ton zele apostolique anti-RCA n'est pas tres efficace
Post by Lucien COSTE
un récent message sur physique montre que le zigoto, qui a opéré sous
diverses signatures, et quelque fois de façon très malfaisante, est en
train d'apprendre ce que sont les groupes de Lie....
Le salaud, tu as raison ce type est particulierement malfaisant, il cite
tout le temps des liens en anglais (tres forte indication du fait qu'il
doit etre belge ou au moins du Nord de la France).

Groupes de Lie? mais dis le verbe "to lie" en anglais veut dire mentir
donc ce type est un gros menteur et il l'avoue et il cherche a constituer
des groupes de Lie, c'est a dire des groupes de menteurs comme lie,
pardon comme lui.
Post by Lucien COSTE
Lucien COSTE
Merci de rien Lulu, tu me decois beaucoup! sniff, sniff, sniff.
Lucien COSTE
2011-02-16 08:53:12 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Lucien COSTE
picard c'est le même mecton belge qui il y a quelques jours demandait
comment on formait à la climatologie....
Oui
donc c'est bien vrai de la part d'un belge qui est bien au-delà de la
fiction des histoires belges .

tu devrais postuler pour la place de premier ministre belge .. au moins la
terre entière aurait de quoi se marrer mendant quelques heures !

--

Lucien COSTE
abourick
2011-02-25 22:50:50 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Lucien COSTE
Post by Lucien COSTE
picard c'est le même mecton belge qui il y a quelques jours demandait
comment on formait à la climatologie....
Oui
donc c'est bien vrai de la part d'un belge qui est bien au-delà de la
fiction des histoires belges .
tu devrais postuler pour la place de premier ministre belge .. au moins la
terre entière aurait de quoi se marrer mendant quelques heures !
D'ailleurs le voilà !




:-D
Émile Picard
2011-02-15 20:41:58 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Sirius
Post by Émile Picard
Post by Lucien COSTE
Or le pb climatique c'est bien plus l'affaire de la NOAA.... dont le
porte-parole a démissioné du GIEC (*) parce que cet organisme a truandé
les données qu'il a fourni ..[sic]
Allez, allez pas d'affirmation gratuite et totalement bidon qui est ce
demissionaire du GIEC contraint a cette issue ignominieuse "parce que
cet organisme a truandé les données qu'il a fournies"?
Extrait de la lettre ouverte à Ban Ki-Moon Secrétaire général des Nations
Unies.
"Les résumés pour les décideurs est le rapport du GIEC le plus largement
diffusé auprès des politiciens et des personnes qui ne sont pas des
scientifiques et il est la base de la majorité des formulations de
politiques relatives au changement climatique.
Pourtant ces résumés sont préparés par une équipe réduite de rédacteurs
et les versions finales sont approuvées ligne à ligne par des délégués
gouvernementaux.
La grande majorité des contributeurs et des relecteurs du GIEC, et les
dizaines de milliers de scientifiques qui sont qualifiés pour faire des
commentaires sur ces sujets, ne sont pas impliqués dans la préparation de
ces documents. En conséquence, ces résumés ne peuvent pas être présentés
d'une façon valide comme représentatif d'une vue consensuelle de ces
experts."
Don Aitkin, PhD, Professor, social scientist, retired vice-chancellor and
president, University of Canberra, Australia
William J.R. Alexander, PhD, Professor Emeritus, Dept. of Civil and
Biosystems Engineering, University of Pretoria, South Africa; Member, UN
Scientific and Technical Committee on Natural Disasters, 1994-2000
Bjarne Andresen, PhD, physicist, Professor, The Niels Bohr Institute,
University of Copenhagen, Denmark
Geoff L. Austin, PhD, FNZIP, FRSNZ, Professor, Dept. of Physics,
University of Auckland, New Zealand
Timothy F. Ball, PhD, environmental consultant, former climatology
professor, University of Winnipeg
Ernst-Georg Beck, Dipl. Biol., Biologist, Merian-Schule Freiburg, Germany
Sonja A. Boehmer-Christiansen, PhD, Reader, Dept. of Geography, Hull
University, U.K.; Editor, Energy & Environment journal
Chris C. Borel, PhD, remote sensing scientist, U.S.
Reid A. Bryson, PhD, DSc, DEngr, UNE P. Global 500 Laureate; Senior
Scientist, Center for Climatic Research; Emeritus Professor of
Meteorology, of Geography, and of Environmental Studies, University of
Wisconsin
Dan Carruthers, M.Sc., wildlife biology consultant specializing in animal
ecology in Arctic and Subarctic regions, Alberta
R.M. Carter, PhD, Professor, Marine Geophysical Laboratory, James Cook
University, Townsville, Australia
Ian D. Clark, PhD, Professor, isotope hydrogeology and paleoclimatology,
Dept. of Earth Sciences, University of Ottawa
Richard S. Courtney, PhD, climate and atmospheric science consultant, IPCC
expert reviewer, U.K.
Willem de Lange, PhD, Dept. of Earth and Ocean Sciences, School of
Science and Engineering, Waikato University, New Zealand
David Deming, PhD (Geophysics), Associate Professor, College of Arts and
Sciences, University of Oklahoma
Freeman J. Dyson, PhD, Emeritus Professor of Physics, Institute for
Advanced Studies, Princeton, N.J.
Don J. Easterbrook, PhD, Emeritus Professor of Geology, Western
Washington University
Lance Endersbee, Emeritus Professor, former dean of Engineering and Pro-
Vice Chancellor of Monasy University, Australia
Hans Erren, Doctorandus, geophysicist and climate specialist, Sittard,
The Netherlands
Robert H. Essenhigh, PhD, E.G. Bailey Professor of Energy Conversion,
Dept. of Mechanical Engineering, The Ohio State University
Christopher Essex, PhD, Professor of Applied Mathematics and Associate
Director of the Program in Theoretical Physics, University of Western
Ontario
David Evans, PhD, mathematician, carbon accountant, computer and
electrical engineer and head of 'Science Speak,' Australia
William Evans, PhD, editor, American Midland Naturalist; Dept. of
Biological Sciences, University of Notre Dame
Stewart Franks, PhD, Professor, Hydroclimatologist, University of
Newcastle, Australia
R. W. Gauldie, PhD, Research Professor, Hawai'i Institute of Geophysics
and Planetology, School of Ocean Earth Sciences and Technology,
University of Hawai'i at Manoa
Lee C. Gerhard, PhD, Senior Scientist Emeritus, University of Kansas;
former director and state geologist, Kansas Geological Survey
Gerhard Gerlich, Professor for Mathematical and Theoretical Physics,
Institut für Mathematische Physik der TU Braunschweig, Germany
Albrecht Glatzle, PhD, sc.agr., Agro-Biologist and Gerente ejecutivo,
INTTAS, Paraguay
Fred Goldberg, PhD, Adjunct Professor, Royal Institute of Technology,
Mechanical Engineering, Stockholm, Sweden
Vincent Gray, PhD, expert reviewer for the IPCC and author of The
Greenhouse Delusion: A Critique of 'Climate Change 2001, Wellington, New
Zealand
William M. Gray, Professor Emeritus, Dept. of Atmospheric Science,
Colorado State University and Head of the Tropical Meteorology Project
Howard Hayden, PhD, Emeritus Professor of Physics, University of
Connecticut
Louis Hissink MSc, M.A.I.G., editor, AIG News, and consulting geologist,
Perth, Western Australia
Craig D. Idso, PhD, Chairman, Center for the Study of Carbon Dioxide and
Global Change, Arizona
Sherwood B. Idso, PhD, President, Center for the Study of Carbon Dioxide
and Global Change, AZ, USA
Andrei Illarionov, PhD, Senior Fellow, Center for Global Liberty and
Prosperity; founder and director of the Institute of Economic Analysis
Zbigniew Jaworowski, PhD, physicist, Chairman - Scientific Council of
Central Laboratory for Radiological Protection, Warsaw, Poland
Jon Jenkins, PhD, MD, computer modelling - virology, NSW, Australia
Wibjorn Karlen, PhD, Emeritus Professor, Dept. of Physical Geography and
Quaternary Geology, Stockholm University, Sweden
Olavi Kärner, Ph.D., Research Associate, Dept. of Atmospheric Physics,
Institute of Astrophysics and Atmospheric Physics, Toravere, Estonia
Joel M. Kauffman, PhD, Emeritus Professor of Chemistry, University of the
Sciences in Philadelphia
David Kear, PhD, FRSNZ, CMG, geologist, former Director-General of NZ
Dept. of Scientific & Industrial Research, New Zealand
Madhav Khandekar, PhD, former research scientist, Environment Canada;
editor, Climate Research (2003-05); editorial board member, Natural
Hazards; IPCC expert reviewer 2007
William Kininmonth M.Sc., M.Admin., former head of Australia's National
Climate Centre and a consultant to the World Meteorological organization's
Commission for Climatology Jan J.H. Kop, MSc Ceng FICE (Civil Engineer
Fellow of the Institution of Civil Engineers), Emeritus Prof. of Public
Health Engineering, Technical University Delft, The Netherlands
Prof. R.W.J. Kouffeld, Emeritus Professor, Energy Conversion, Delft
University of Technology, The Netherlands
Salomon Kroonenberg, PhD, Professor, Dept. of Geotechnology, Delft
University of Technology, The Netherlands
Hans H.J. Labohm, PhD, economist, former advisor to the executive board,
Clingendael Institute (The Netherlands Institute of International
Relations), The Netherlands
The Rt. Hon. Lord Lawson of Blaby, economist; Chairman of the Central
Europe Trust; former Chancellor of the Exchequer, U.K.
Douglas Leahey, PhD, meteorologist and air-quality consultant, Calgary
David R. Legates, PhD, Director, Center for Climatic Research, University
of Delaware
Marcel Leroux, PhD, Professor Emeritus of Climatology, University of
Lyon, France; former director of Laboratory of Climatology, Risks and
Environment, CNRS
Bryan Leyland, International Climate Science Coalition, consultant and
power engineer, Auckland, New Zealand
William Lindqvist, PhD, independent consulting geologist, Calif.
Richard S. Lindzen, PhD, Alfred P. Sloan Professor of Meteorology, Dept.
of Earth, Atmospheric and Planetary Sciences, Massachusetts Institute of
Technology
A.J. Tom van Loon, PhD, Professor of Geology (Quaternary Geology), Adam
Mickiewicz University, Poznan, Poland; former President of the European
Association of Science Editors
Anthony R. Lupo, PhD, Associate Professor of Atmospheric Science, Dept.
of Soil, Environmental, and Atmospheric Science, University of Missouri-
Columbia
Richard Mackey, PhD, Statistician, Australia
Horst Malberg, PhD, Professor for Meteorology and Climatology, Institut
für Meteorologie, Berlin, Germany
John Maunder, PhD, Climatologist, former President of the Commission for
Climatology of the World Meteorological Organization (89-97), New Zealand
Alister McFarquhar, PhD, international economy, Downing College,
Cambridge, U.K.
Ross McKitrick, PhD, Associate Professor, Dept. of Economics, University
of Guelph
John McLean, PhD, climate data analyst, computer scientist, Australia
Owen McShane, PhD, economist, head of the International Climate Science
Coalition; Director, Centre for Resource Management Studies, New Zealand
Fred Michel, PhD, Director, Institute of Environmental Sciences and
Associate Professor of Earth Sciences, Carleton University
Frank Milne, PhD, Professor, Dept. of Economics, Queen's University
Asmunn Moene, PhD, former head of the Forecasting Centre, Meteorological
Institute, Norway
Alan Moran, PhD, Energy Economist, Director of the IPA's Deregulation
Unit, Australia
Nils-Axel Morner, PhD, Emeritus Professor of Paleogeophysics &
Geodynamics, Stockholm University, Sweden
Lubos Motl, PhD, Physicist, former Harvard string theorist, Charles
University, Prague, Czech Republic
John Nicol, PhD, Professor Emeritus of Physics, James Cook University,
Australia
David Nowell, M.Sc., Fellow of the Royal Meteorological Society, former
chairman of the NATO Meteorological Group, Ottawa
James J. O'Brien, PhD, Professor Emeritus, Meteorology and Oceanography,
Florida State University
Cliff Ollier, PhD, Professor Emeritus (Geology), Research Fellow,
University of Western Australia
Garth W. Paltridge, PhD, atmospheric physicist, Emeritus Professor and
former Director of the Institute of Antarctic and Southern Ocean Studies,
University of Tasmania, Australia
R. Timothy Patterson, PhD, Professor, Dept. of Earth Sciences
(paleoclimatology), Carleton University
Al Pekarek, PhD, Associate Professor of Geology, Earth and Atmospheric
Sciences Dept., St. Cloud State University, Minnesota
Ian Plimer, PhD, Professor of Geology, School of Earth and Environmental
Sciences, University of Adelaide and Emeritus Professor of Earth
Sciences, University of Melbourne, Australia
Brian Pratt, PhD, Professor of Geology, Sedimentology, University of
Saskatchewan
Harry N.A. Priem, PhD, Emeritus Professor of Planetary Geology and
Isotope Geophysics, Utrecht University; former director of the
Netherlands Institute for Isotope Geosciences
Alex Robson, PhD, Economics, Australian National University Colonel
F.P.M. Rombouts, Branch Chief - Safety, Quality and Environment, Royal
Netherland Air Force
R.G. Roper, PhD, Professor Emeritus of Atmospheric Sciences, School of
Earth and Atmospheric Sciences, Georgia Institute of Technology
Arthur Rorsch, PhD, Emeritus Professor, Molecular Genetics, Leiden
University, The Netherlands
Rob Scagel, M.Sc., forest microclimate specialist, principal consultant,
Pacific Phytometric Consultants, B.C.
Tom V. Segalstad, PhD, (Geology/Geochemistry), Head of the Geological
Museum and Associate Professor of Resource and Environmental Geology,
University of Oslo, Norway
Gary D. Sharp, PhD, Center for Climate/Ocean Resources Study, Salinas, CA
S. Fred Singer, PhD, Professor Emeritus of Environmental Sciences,
University of Virginia and former director Weather Satellite Service
L. Graham Smith, PhD, Associate Professor, Dept. of Geography, University
of Western Ontario
Roy W. Spencer, PhD, climatologist, Principal Research Scientist, Earth
System Science Center, The University of Alabama, Huntsville
Peter Stilbs, TeknD, Professor of Physical Chemistry, Research Leader,
School of Chemical Science and Engineering, KTH (Royal Institute of
Technology), Stockholm, Sweden
Hendrik Tennekes, PhD, former director of research, Royal Netherlands
Meteorological Institute
Dick Thoenes, PhD, Emeritus Professor of Chemical Engineering, Eindhoven
University of Technology, The Netherlands
Brian G Valentine, PhD, PE (Chem.), Technology Manager - Industrial
Energy Efficiency, Adjunct Associate Professor of Engineering Science,
University of Maryland at College Park; Dept of Energy, Washington, DC
Gerrit J. van der Lingen, PhD, geologist and paleoclimatologist, climate
change consultant, Geoscience Research and Investigations, New Zealand
Len Walker, PhD, Power Engineering, Australia
Edward J. Wegman, PhD, Department of Computational and Data Sciences,
George Mason University, Virginia
Stephan Wilksch, PhD, Professor for Innovation and Technology Management,
Production Management and Logistics, University of Technolgy and Economics
Berlin, Germany
Boris Winterhalter, PhD, senior marine researcher (retired), Geological
Survey of Finland, former professor in marine geology, University of
Helsinki, Finland
David E. Wojick, PhD, P.Eng., energy consultant, Virginia
Raphael Wust, PhD, Lecturer, Marine Geology/Sedimentology, James Cook
University, Australia
A. Zichichi, PhD, President of the World Federation of Scientists,
Geneva, Switzerland; Emeritus Professor of Advanced Physics, University
of Bologna, Italy
La liste habituelle mm pas recente puisqu'elle comprend des morts et les
inevitables types qui n'ont aucune competence en climatologie, au passage
emeritus est une facon polie de dire "a la retraite".

Emeritus Professor of Chemical Engineering

Emeritus Professor of Advanced Physics

energy consultant

Emeritus Professor of Molecular Genetics

Professor Emeritus of Physics

Power Engineering

Senior Fellow, Center for Global Liberty and Prosperity
(surement un climatologiste eminent celui la!)

social scientist

Professor Emeritus, Dept. of Civil and Biosystems Engineering

et puis les PhD, les economistes, les physiciens (specialites non
precisees), les microbiologistes, les geneticiens, les biologistes, l
es mathematiciens etc. :-)

Mais la palme revient a

Lubos Motl, PhD, Physicist, former Harvard string theorist, Charles
University, Prague, Czech Republic

*"ancien theoricien de la theorie des cordes a Harvard"* LOL!

Aucun membre du GIEC la dedans et surtout aucun de ces fameux
demissionnaires si chers a l'inenarrable Lulu. :-)

A part 5 ou 6 noms pas grand monde de bien credible dans le tas.

A part brandir ces listes frenetiquement et repeter de pieuses affirmations
du genre "pas de rechauffement ni d'extension de la banquise depuis 1998,
1999, 2003, 2005" (ils ne sont mm pas d'accord entre eux et les sites
de reference (NASA, NOAA, NCAR, NSIDC) disent le contraire ca
consiste en quoi d'etre "climato-sceptique" au juste? :-)
Lucien COSTE
2011-02-15 21:34:44 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Émile Picard
Mais la palme revient a
Lubos Motl, PhD, Physicist, former Harvard string theorist, Charles
University, Prague, Czech Republic
*"ancien theoricien de la theorie des cordes a Harvard"* LOL!
Aucun membre du GIEC la dedans et surtout aucun de ces fameux
demissionnaires si chers a l'inenarrable Lulu. :-)
Ta gueule crétin va bouffer tes frites mal cuites et te branler devant le
manneken piss !

--

Lucien COSTE
Paul Aubrin
2011-02-17 21:29:22 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Émile Picard
La liste habituelle mm pas recente puisqu'elle comprend des morts et les
inevitables types qui n'ont aucune competence en climatologie, au
passage emeritus est une facon polie de dire "a la retraite
Pour vous, s'ils ne partagent pas votre hystérie du réchauffement
anthropique, il ne seront jamais assez bien.
C'est même à ça que l'on reconnait les vrais activistes pro-RCA. Ils vous
prétendront que seul le pape a le droit de discuter de religion.
Lucien COSTE
2011-02-12 08:01:32 UTC
Permalink
Raw Message
http://www.maxisciences.com/temp%e9rature/la-russie-touchee-par-une-hausse-d
es-temperatures-deux-fois-superieure-a-la-moyenne-mondiale_art12481.html
Post by Émile Picard
Post by Lucien COSTE
waf .... encore un qui prend une taupinière pourt l'Himalaya ...
une petite exploration vers les diagrammes d'Hathaway t'aurais remis un peu
de fraîcheur dans ton unique neurone ! ( bien qu'Hatahaway fasse partie de
la NASA mais sur des pbs typiquement NASA )
il faut dire aussi que dans le pb climatique la NASA se mèle de ce qui ne
la regarde pas ... avec comme chef ... Hansen, celui de la crosse de
hockey .
Or le pb climatique c'est bien plus l'affaire de la NOAA.... dont le
porte-parole a démissioné du GIEC (*) parce que cet organisme a truandé
les données qu'il a fourni ..[sic]
Allez, allez pas d'affirmation gratuite et totalement bidon qui est ce
demissionaire du GIEC contraint a cette issue ignominieuse "parce
que cet organisme a truandé les données qu'il a fournies"?
Tu repetes en permanence ce mensonge, alors pour la Nieme fois je te
rappelerai qu'a cette date la seule personnalite qui ait effectivement
demissionne du GIEC c'est ***Christopher Landsea*** et ce en 2005
et pour un desaccord scientifique tout a fait honorable et nullement
comme tu le pretends pour une histoire de truandage.
Allez vite le nom de ce demissionaire du GIEC si ce n'est pas Landsea?
http://en.wikipedia.org/wiki/Christopher_Landsea
Sans ca ecrase toi.
Post by Lucien COSTE
A part cela tout va bien dans la morale du GIEC
Lucien COSTE
Tres juste.
Et tu mets le doigt sur un tres, tres gros probleme, qui est qu'on soit ou
pro RCA ou anti RCA on s'en remet toujours aux donnees et interpretations
de ces donnees publiees par la NASA, NOAA, NCAR ou NSIDC in fine.
Pour les anti-RCA c'est une situation analogue a celle d'athees convaincus
et fanatiques mais qui ne cesseraient de chercher leurs arguments les plus
puissants et les plus persuasifs *exclusivement* dans la Bible, les
Evangiles, les Saintes Ecritures et de citer pour demolir leurs adversaires
de la maniere la plus percutante les interpretations des Peres de l'Eglise,
des theologiens les plus celebres et les plus subtils etc. LOL.
Ca marche un moment mais la baudruche se degonfle assez rapidement.
Allez invente autre chose pour nous faire prendre des vessies pour des
lanternes, tu commences a devenir particulierement lassant.
A defaut d'etre emmerdant sois au moins drole!
va cuver ta gueuse-lambic au pied du manneken-piss..........
et plutôt que de t'intéresser aux groupes de Lie travaille plutôt les fibrés
tangents

--

Lucien COSTE
n***@gmail.com
2018-01-11 23:37:50 UTC
Permalink
Raw Message
Merci pour ce groupe qui offre de vraies infos à contre courant de cette espèce de pensée unique que tente de nous imposer le gouvernement.

Ca fait plaisir d'enfin lire des contradicteurs. Puisque ne l'oublions pas, c'est par la contradiction que la vérité peut apparaitre. Et par des modèles prédictifs qui fonctionnent aussi, ça ne gâcherai rien.

Je suis professeur de science et je souhaites juste vous informer que la thèse du réchauffement climatique due au CO2 est depuis un an enseignée au collège en France, se basant bien sur sur les seules projections du GIEC.

Car oui le GIEC est capable de prévoir le climat de dans 40 ans. Alors qu'on arrive même pas à prévoir les températures moyennes de janvier 2018.

Je suis consterné de devoir participer à cette imposture scientifique qui devrait faire se retourner Newton dans sa tombe.

Ce qui me rassure c'est que j'ai au moins le droit de parler des innombrables modifications du climat terrestre qui ont eu lieu en dehors de la présence de l'homme (elles sont au programme) et qu'il serrait fort difficile d'imputer à son action. Ce qui me permet de faire germer une petite graine de doute dans les jeunes esprits.

Mais c'est clairement une goutte de doute dans un océan de certitudes assommées par les médias qui ont depuis longtemps renoncé à leur esprit critique (à de rares exceptions près).

Ce qui me rassure aussi c'est l'attitude professionnelle des mes collègues d'histoire géo et de physique qui comme moi mettent en doute le fait qu'une augmentation de 0,01% du CO2 atmos (car c'est de ça qu'il s’agit) puisse être la cause d'un réchauffement supposé catastrophique et échappant à tout contrôle. Mon collègue physicien rappelant d'ailleurs que l'eau est un gaz à effet de serre plus puissant que le CO2.

Comprenons nous bien je ne tranches pas en faveur des climato sceptiques (encore faut il savoir ce que ce mot veut dire) ou des climato alarmistes. Pour moi tout simplement il est à l'heure actuelle IMPOSSIBLE de trancher avec certitude tant le climat (d'ailleurs existe t'il vraiment un "climat" mondial, puisqu'il varie d'une année sur l'autre) à l'échelle du globe est d'une complexité monstrueuse à décrire déjà et à prédire de surcroit (vu le nombre de variables). Je n’enseignes donc pas de la science, mais un avis, une idée, une hypothèse non vérifiée mais qu'on valide quand même. Et chose encore plus étonnante cet avis m'est imposé par ma hiérarchie. Pour un peu je me croirai en corée du nord à enseigner les louanges du grand timonier. Alors que mon vrai rôle d’après les textes est de rendre mes élèves libres. Pas de leur imposer une vision.

Et si jamais un jour le château de carte s'écroule ? Si c'est bien (comme personnellement je le penses mais ça reste mon avis) le soleil et ses variations "saisonnières" le premier responsable. Quelle honte, mais quelle honte pour nos pouvoirs publiques.

Ceux là même qui se complaisent à éluder les vrais problèmes dénoncés par la communauté scientifique depuis des années (et encore en 2017 par 15000 scientifiques).

Problèmes qui sont la surpopulation, la déforestation, la pollution des eaux, la surprédation des milieux naturels et globalement toute surconsommation encouragée par nos modèle capitalistes à croissance galopante et obsolescence programmée.

Sur ça, ou il n'y a aucun débat sur les enjeux et les issues de notre fuite en avant. On va clairement dans le mur. Ou le consensus scientifique est bien là et déjà extrêmement alarmant(15000 signataires du texte tout de même).

Étrangement pas un mot dans les manuels scolaires depuis 20 ans.

Doit on s'inquiéter ?

En tout cas, moi à titre personnel je m'inquiète beaucoup plus des sujets ci dessus que du 0,01% de CO2 en plus dans l'atmosphère. Légère augmentation qui aurait très bien pu être absorbée par toutes les plantes (et ça en fait des hectares) que les humains on brulé en 100 ans. Mais bon, puisqu'on m'assure que le problème n'est pas là ... qui suis je pour contester ?

Enfin tout ça pour vous dire que si moi je doutes, si vous vous doutez en bon scientifiques que nous sommes et qui attendons des preuves irréfutables et rigoureuses. L'état lui ne doute pas. Et que nous formons actuellement une génération de jeunes qui ne doutera pas non plus sur ce sujet.
Yannix
2018-01-12 16:26:34 UTC
Permalink
Raw Message
Copie fse et suivi à fsz
Post by n***@gmail.com
Merci pour ce groupe qui offre de vraies infos à contre courant de cette espèce de pensée unique que tente de nous imposer le gouvernement.
Ca fait plaisir d'enfin lire des contradicteurs. Puisque ne l'oublions pas, c'est par la contradiction que la vérité peut apparaitre. Et par des modèles prédictifs qui fonctionnent aussi, ça ne gâcherai rien.
Je suis professeur de science et je souhaites juste vous informer que la thèse du réchauffement climatique due au CO2 est depuis un an enseignée au collège en France, se basant bien sur sur les seules projections du GIEC.
Car oui le GIEC est capable de prévoir le climat de dans 40 ans. Alors qu'on arrive même pas à prévoir les températures moyennes de janvier 2018.
Je suis consterné de devoir participer à cette imposture scientifique qui devrait faire se retourner Newton dans sa tombe.
Ce qui me rassure c'est que j'ai au moins le droit de parler des innombrables modifications du climat terrestre qui ont eu lieu en dehors de la présence de l'homme (elles sont au programme) et qu'il serrait fort difficile d'imputer à son action. Ce qui me permet de faire germer une petite graine de doute dans les jeunes esprits.
Mais c'est clairement une goutte de doute dans un océan de certitudes assommées par les médias qui ont depuis longtemps renoncé à leur esprit critique (à de rares exceptions près).
Ce qui me rassure aussi c'est l'attitude professionnelle des mes collègues d'histoire géo et de physique qui comme moi mettent en doute le fait qu'une augmentation de 0,01% du CO2 atmos (car c'est de ça qu'il s’agit) puisse être la cause d'un réchauffement supposé catastrophique et échappant à tout contrôle. Mon collègue physicien rappelant d'ailleurs que l'eau est un gaz à effet de serre plus puissant que le CO2.
Comprenons nous bien je ne tranches pas en faveur des climato sceptiques (encore faut il savoir ce que ce mot veut dire) ou des climato alarmistes. Pour moi tout simplement il est à l'heure actuelle IMPOSSIBLE de trancher avec certitude tant le climat (d'ailleurs existe t'il vraiment un "climat" mondial, puisqu'il varie d'une année sur l'autre) à l'échelle du globe est d'une complexité monstrueuse à décrire déjà et à prédire de surcroit (vu le nombre de variables). Je n’enseignes donc pas de la science, mais un avis, une idée, une hypothèse non vérifiée mais qu'on valide quand même. Et chose encore plus étonnante cet avis m'est imposé par ma hiérarchie. Pour un peu je me croirai en corée du nord à enseigner les louanges du grand timonier. Alors que mon vrai rôle d’après les textes est de rendre mes élèves libres. Pas de leur imposer une vision.
Et si jamais un jour le château de carte s'écroule ? Si c'est bien (comme personnellement je le penses mais ça reste mon avis) le soleil et ses variations "saisonnières" le premier responsable. Quelle honte, mais quelle honte pour nos pouvoirs publiques.
Ceux là même qui se complaisent à éluder les vrais problèmes dénoncés par la communauté scientifique depuis des années (et encore en 2017 par 15000 scientifiques).
Problèmes qui sont la surpopulation, la déforestation, la pollution des eaux, la surprédation des milieux naturels et globalement toute surconsommation encouragée par nos modèle capitalistes à croissance galopante et obsolescence programmée.
Sur ça, ou il n'y a aucun débat sur les enjeux et les issues de notre fuite en avant. On va clairement dans le mur. Ou le consensus scientifique est bien là et déjà extrêmement alarmant(15000 signataires du texte tout de même).
Étrangement pas un mot dans les manuels scolaires depuis 20 ans.
Doit on s'inquiéter ?
Possiblement.
Post by n***@gmail.com
En tout cas, moi à titre personnel je m'inquiète beaucoup plus des sujets ci dessus que du 0,01% de CO2 en plus dans l'atmosphère. Légère augmentation qui aurait très bien pu être absorbée par toutes les plantes (et ça en fait des hectares) que les humains on brulé en 100 ans. Mais bon, puisqu'on m'assure que le problème n'est pas là ... qui suis je pour contester ?
Enfin tout ça pour vous dire que si moi je doutes, si vous vous doutez en bon scientifiques que nous sommes et qui attendons des preuves irréfutables et rigoureuses. L'état lui ne doute pas. Et que nous formons actuellement une génération de jeunes qui ne doutera pas non plus sur ce sujet.
X.
--
Post by n***@gmail.com
Macron, je veux bien marcher dessus du pied gauche, ça porte bonheur.
Et voilà. J'étais sûr que ça allait déraper...
Forcément, ça glisse.
Ascadix
2018-01-12 22:29:34 UTC
Permalink
Raw Message
Il se trouve que ***@gmail.com a formulé :

[...]
Post by n***@gmail.com
Quelle honte, mais quelle
honte pour nos pouvoirs publiques.
[...]

"honte" ? ça supposerait qu'ils s'agisse d'une erreure et que l'auteur
finisse par le reconnaitre.

à contrario, aucune honte n'étoufe un fraudeur qui ment de façon
intentionnelle et en tire un profit attendu.

Tu suppose un peu vite et sans preuves que tout ceci est accidentel.
--
@+
Ascadix
adresse @mail valide, mais ajoutez "sesame" dans l'objet pour que ça
arrive.
François Guillet
2018-01-13 18:08:17 UTC
Permalink
Raw Message
Post by n***@gmail.com
Merci pour ce groupe qui offre de vraies infos à contre courant de cette
espèce de pensée unique que tente de nous imposer le gouvernement.
Ca fait plaisir d'enfin lire des contradicteurs. Puisque ne l'oublions pas,
c'est par la contradiction que la vérité peut apparaitre. Et par des modèles
prédictifs qui fonctionnent aussi, ça ne gâcherai rien.
Je suis professeur de science et je souhaites juste vous informer que la
thèse du réchauffement climatique due au CO2 est depuis un an enseignée au
collège en France, se basant bien sur sur les seules projections du GIEC.
Car oui le GIEC est capable de prévoir le climat de dans 40 ans. Alors qu'on
arrive même pas à prévoir les températures moyennes de janvier 2018.
Je suis consterné de devoir participer à cette imposture scientifique qui
devrait faire se retourner Newton dans sa tombe.
Ce qui me rassure c'est que j'ai au moins le droit de parler des innombrables
modifications du climat terrestre qui ont eu lieu en dehors de la présence de
l'homme (elles sont au programme) et qu'il serrait fort difficile d'imputer à
son action. Ce qui me permet de faire germer une petite graine de doute dans
les jeunes esprits.
Mais c'est clairement une goutte de doute dans un océan de certitudes
assommées par les médias qui ont depuis longtemps renoncé à leur esprit
critique (à de rares exceptions près).
Ce qui me rassure aussi c'est l'attitude professionnelle des mes collègues
d'histoire géo et de physique qui comme moi mettent en doute le fait qu'une
augmentation de 0,01% du CO2 atmos (car c'est de ça qu'il s’agit) puisse être
la cause d'un réchauffement supposé catastrophique et échappant à tout
contrôle. Mon collègue physicien rappelant d'ailleurs que l'eau est un gaz à
effet de serre plus puissant que le CO2.
Comprenons nous bien je ne tranches pas en faveur des climato sceptiques
(encore faut il savoir ce que ce mot veut dire) ou des climato alarmistes.
Pour moi tout simplement il est à l'heure actuelle IMPOSSIBLE de trancher
avec certitude tant le climat (d'ailleurs existe t'il vraiment un "climat"
mondial, puisqu'il varie d'une année sur l'autre) à l'échelle du globe est
d'une complexité monstrueuse à décrire déjà et à prédire de surcroit (vu le
nombre de variables). Je n’enseignes donc pas de la science, mais un avis,
une idée, une hypothèse non vérifiée mais qu'on valide quand même. Et chose
encore plus étonnante cet avis m'est imposé par ma hiérarchie. Pour un peu je
me croirai en corée du nord à enseigner les louanges du grand timonier. Alors
que mon vrai rôle d’après les textes est de rendre mes élèves libres. Pas de
leur imposer une vision.
Et si jamais un jour le château de carte s'écroule ? Si c'est bien (comme
personnellement je le penses mais ça reste mon avis) le soleil et ses
variations "saisonnières" le premier responsable. Quelle honte, mais quelle
honte pour nos pouvoirs publiques.
Ceux là même qui se complaisent à éluder les vrais problèmes dénoncés par la
communauté scientifique depuis des années (et encore en 2017 par 15000
scientifiques).
Problèmes qui sont la surpopulation, la déforestation,
la déforestation est à relativiser, elle est compensée par le
reverdissement de la planète lié à l'augmentation de CO2 :
http://www.bbc.com/news/science-environment-36130346
Post by n***@gmail.com
la pollution des eaux,
la surprédation des milieux naturels et globalement toute surconsommation
encouragée par nos modèle capitalistes à croissance galopante et obsolescence
programmée.
Sur ça, ou il n'y a aucun débat sur les enjeux et les issues de notre fuite
en avant. On va clairement dans le mur. Ou le consensus scientifique est bien
là et déjà extrêmement alarmant(15000 signataires du texte tout de même).
Étrangement pas un mot dans les manuels scolaires depuis 20 ans.
Doit on s'inquiéter ?
En tout cas, moi à titre personnel je m'inquiète beaucoup plus des sujets ci
dessus que du 0,01% de CO2 en plus dans l'atmosphère. Légère augmentation qui
aurait très bien pu être absorbée par toutes les plantes (et ça en fait des
hectares) que les humains on brulé en 100 ans. Mais bon, puisqu'on m'assure
que le problème n'est pas là ... qui suis je pour contester ?
Enfin tout ça pour vous dire que si moi je doutes, si vous vous doutez en bon
scientifiques que nous sommes et qui attendons des preuves irréfutables et
rigoureuses. L'état lui ne doute pas. Et que nous formons actuellement une
génération de jeunes qui ne doutera pas non plus sur ce sujet.
Que du bon sens.
+1

Loading...