Discussion:
L'avis de Bjorn Lomborg sur l'effet des accords de Paris sur le climat
Add Reply
Paul Aubrin
2017-05-28 07:59:44 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
A la suite des accords de Paris, Bjorn Lomborg avait publié cette analyse
de l'effet qu'ils auraient s'ils étaient strictement respectés (en
s'appuyant sur les outils fournis par l'ONU). Sa conclusion: pour cent
mille milliards d'euros on réussirait à atteindre environ 1% de
l'objectif des 2°C.

Les accords de Paris ne changeront pas le climat.
Traduit de Bjorn Lomborg.

On a beaucoup vanté la portée de l'accord de Paris sur le climat signé
par les leaders de 178 pays en 2016. Le ministre des affaires étrangères
Laurent Fabius, parlant au nom de nombreuses personnes, l'a appelé "un
point historique".

Le chef de l'agence pour l'environnement des USA, Gina McCarty, s'est
fait écho de cette remarque dans son témoignage devant le comité pour la
science, l'espace et la technologie de la chambre. L'accord de Paris, a t-
elle dit, a été un "succès incroyable". Mais quand les membres du comité
l'on pressée d'expliquer en quoi le traité réduirait la température
globale, elle n'a voulu, ou n'a pu rien dire.

Cette combinaison de grandes déclarations et de vague dans les précisions
est une bonne stratégie pour les fans des accords de Paris. Parce que
l'accord coûtera une fortune mais fera peu pour réduire le réchauffement
global.

Examinez la signature de la politique climatique, le plan énergie propre,
de l'administration Obama. En utilisant le modèle de l'ONU lui-même, j'ai
découvert que le plan n'aboutira à presqu'aucun résultat. Même si les
réductions dans les émission de dioxyde de carbone sont totallement mise
en oeuvre -non pas juste pour les 14 ans de la durée des accords de
Paris, mais jusqu'à la fin du siècle, le plan énergie propre ne
réduiraient la croissance de la température que de 0.023°F [0,013°C] en
2100.

Le président a fait d'autres et de très grandes promesses, de réduction
de émission de carbone, mais ils ne les a que vaguement définies. Au cas,
très improbable, où ces réductions supplémentaires viendraient à se
réaliser, et que l'on s'y tiendrait jusqu'à la fin du siècle, la
réduction combinée de toutes ces mesues serait de 0.057°F [0,32°C].

Pour présenter cela autrement, si les Etats Unis se confomait pour
l'ensemble du siècle à la réthorique ambitieuse du président [Obama], il
ne ferait que différer le réchauffement global de huit mois à la fin du
siècle.

Maintenant, ajoutons les promesses faites à Paris par le reste du monde.
Si nous supposons généreusement que les réduction des émissions de
carbone pour 2030 soit non seulement effective (ce qui serait une
première pour l'ONU), mais poursuivies jusqu'à la fin du siècle, les
températures en 2100 seraient réduites de 0.3°F [0,17°C], l'équivalent
de repousser le réchauffement de moins de quatre ans. Et tout cela, selon
le propre modèle utilisé par l'ONU pour ses prédictions.

Mais il y a un plus grand problème: ces bénéfices minuscules ne sont pas
gratuits, bien au contraire.

Le coût du pacte de Paris sur le climat devrait probablement se monter à
1 à 2 milliers de milliards d'euros chaque année, si l'on se base sur les
estimations du Forum de modélisation de l'énergie de l'université de
Stanford, et sur l'exercice de modélisation asiatique.

En d'autres termes, nous dépenserons au bas mot cent mille milliards
d'euros pour réduire la température de 0,17°C à la fin du siècle.

Certains partisans des accords de Paris se défendent en proclamant qu'il
aura un réel impact sur les températures qui sera plus grand que celui
prédit par les modèles de l'ONU. Mais cela suppose une gymnastique
mentale et des hypothèses héroïques.

Le plan de suivi des actions, largement publicisé par les adeptes des
accords de Paris, prédit une réduction de 1.6°F [0,9°C] à la fin de ce
siècle. Mais cette prédiction se base lourdement sur la supposition que
des politiques climatiques encore plus contraignantes seront adoptées
dans le futur. En fait, 98% des réductions supposées se produiraient
après 2030, la date que couvre les accords de Paris. Et encore toutes ces
suppositions parfaitement hypothétiques n'arriveraient en rien à la
hauteur des 2°C qui sont l'objectif, arbitraire mais communément adopté,
qui serait supposé éviter les pires effets du réchauffement global. Les
réductions d'émissions réellement promises selon les accords de Paris
sont litteralement à peine 1% du chemin à parcourir pour atteindre la
cible des 2°C. 99% du chemin serait à faire après 2030.

L'accord de Paris est une mauvaise solution à un vrai problème. La vrai
solution sera probablement trouvée par la recherche et le développement
dans les énergies vertes, comme ce que promeut Bill Gates et la
Breakthrough Coalition. M. Gates a annoncé que des investiteurs privés
affecteraient 7 milliards de dollars à la recherche et développement des
énergies propres.

Au lieu d'agiter de l'air et d'affecter des subventions tous les jours
plus grandes aux énergies vertes inefficaces d'aujourd'hui, ceux qui
souhaitent combattre le changement climatique devraient se focaliser sur
le développement accéléré de l'innovation dans les énergies vertes.

Les Etats-Unis montrent le chemin. Avec la poursuite du fracking, rendu
plus efficace et sûr année après année, l'Amérique a drastiquement réduit
le coût du gaz naturel. Ce changement radical du charbon à une ressource
qui émet moins de CO2 a fait bien plus pour réduire les émissions de
dioxyde de carbone que n'importe quelle politique climatique
gouvernementale.

Il semble que les politiciens qui se sont réunis à Paris, France,
pourraient apprendre beaucoup de Paris, Texas.

Bjorn Lomborg, président du Centre du Consensus de Copenhague.
siger
2017-05-28 09:14:45 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
A la suite des accords de Paris, Bjorn Lomborg avait publié cette
analyse de l'effet qu'ils auraient s'ils étaient strictement
respectés (en s'appuyant sur les outils fournis par l'ONU). Sa
conclusion: pour cent mille milliards d'euros on réussirait à
atteindre environ 1% de l'objectif des 2°C.
Les accords de Paris ne changeront pas le climat.
Traduit de Bjorn Lomborg.
On a beaucoup vanté la portée de l'accord de Paris sur le climat
signé par les leaders de 178 pays en 2016. Le ministre des
affaires étrangères Laurent Fabius, parlant au nom de nombreuses
personnes, l'a appelé "un point historique".
Le chef de l'agence pour l'environnement des USA, Gina McCarty,
s'est fait écho de cette remarque dans son témoignage devant le
comité pour la science, l'espace et la technologie de la chambre.
L'accord de Paris, a t- elle dit, a été un "succès incroyable".
Mais quand les membres du comité l'on pressée d'expliquer en quoi
le traité réduirait la température globale, elle n'a voulu, ou n'a
pu rien dire.
Cette combinaison de grandes déclarations et de vague dans les
précisions est une bonne stratégie pour les fans des accords de
Paris. Parce que l'accord coûtera une fortune mais fera peu pour
réduire le réchauffement global.
Examinez la signature de la politique climatique, le plan énergie
propre, de l'administration Obama. En utilisant le modèle de l'ONU
lui-même, j'ai découvert que le plan n'aboutira à presqu'aucun
résultat. Même si les réductions dans les émission de dioxyde de
carbone sont totallement mise en oeuvre -non pas juste pour les 14
ans de la durée des accords de Paris, mais jusqu'à la fin du
siècle, le plan énergie propre ne réduiraient la croissance de la
température que de 0.023°F [0,013°C] en 2100.
Le président a fait d'autres et de très grandes promesses, de
réduction de émission de carbone, mais ils ne les a que vaguement
définies. Au cas, très improbable, où ces réductions
supplémentaires viendraient à se réaliser, et que l'on s'y
tiendrait jusqu'à la fin du siècle, la réduction combinée de
toutes ces mesues serait de 0.057°F [0,32°C].
Pour présenter cela autrement, si les Etats Unis se confomait pour
l'ensemble du siècle à la réthorique ambitieuse du président
[Obama], il ne ferait que différer le réchauffement global de huit
mois à la fin du siècle.
Maintenant, ajoutons les promesses faites à Paris par le reste du
monde. Si nous supposons généreusement que les réduction des
émissions de carbone pour 2030 soit non seulement effective (ce
qui serait une première pour l'ONU), mais poursuivies jusqu'à la
fin du siècle, les températures en 2100 seraient réduites de 0.3°F
[0,17°C], l'équivalent de repousser le réchauffement de moins de
quatre ans. Et tout cela, selon le propre modèle utilisé par l'ONU
pour ses prédictions.
Mais il y a un plus grand problème: ces bénéfices minuscules ne
sont pas gratuits, bien au contraire.
Le coût du pacte de Paris sur le climat devrait probablement se
monter à 1 à 2 milliers de milliards d'euros chaque année, si l'on
se base sur les estimations du Forum de modélisation de l'énergie
de l'université de Stanford, et sur l'exercice de modélisation
asiatique.
En d'autres termes, nous dépenserons au bas mot cent mille
milliards d'euros pour réduire la température de 0,17°C à la fin
du siècle.
Certains partisans des accords de Paris se défendent en proclamant
qu'il aura un réel impact sur les températures qui sera plus grand
que celui prédit par les modèles de l'ONU. Mais cela suppose une
gymnastique mentale et des hypothèses héroïques.
Le plan de suivi des actions, largement publicisé par les adeptes
des accords de Paris, prédit une réduction de 1.6°F [0,9°C] à la
fin de ce siècle. Mais cette prédiction se base lourdement sur la
supposition que des politiques climatiques encore plus
contraignantes seront adoptées dans le futur. En fait, 98% des
réductions supposées se produiraient après 2030, la date que
couvre les accords de Paris. Et encore toutes ces suppositions
parfaitement hypothétiques n'arriveraient en rien à la hauteur des
2°C qui sont l'objectif, arbitraire mais communément adopté, qui
serait supposé éviter les pires effets du réchauffement global.
Les réductions d'émissions réellement promises selon les accords
de Paris sont litteralement à peine 1% du chemin à parcourir pour
atteindre la cible des 2°C. 99% du chemin serait à faire après
2030.
L'accord de Paris est une mauvaise solution à un vrai problème. La
vrai solution sera probablement trouvée par la recherche et le
développement dans les énergies vertes, comme ce que promeut Bill
Gates et la Breakthrough Coalition. M. Gates a annoncé que des
investiteurs privés affecteraient 7 milliards de dollars à la
recherche et développement des énergies propres.
Au lieu d'agiter de l'air et d'affecter des subventions tous les
jours plus grandes aux énergies vertes inefficaces d'aujourd'hui,
ceux qui souhaitent combattre le changement climatique devraient
se focaliser sur le développement accéléré de l'innovation dans
les énergies vertes.
Les Etats-Unis montrent le chemin. Avec la poursuite du fracking,
rendu plus efficace et sûr année après année, l'Amérique a
drastiquement réduit le coût du gaz naturel. Ce changement radical
du charbon à une ressource qui émet moins de CO2 a fait bien plus
pour réduire les émissions de dioxyde de carbone que n'importe
quelle politique climatique gouvernementale.
Il semble que les politiciens qui se sont réunis à Paris, France,
pourraient apprendre beaucoup de Paris, Texas.
Bjorn Lomborg, président du Centre du Consensus de Copenhague.
À mon avis, le réchauffement est un faux problème, et donc critiquer
les mesures en se basant sur le réchauffement n'est pas honnête car
c'est oublier que "sauver la planète", "le climat", etc. ne sont que
des effets de mode, des trucs de journalistes, et malheureusement des
écolos, honte à eux, participent à ça.

Je l'ai déjà dit ici, je pense que :
- Que ça se réchauffe
- ou pas
- si oui, que ce soit naturel
- ou pas
- que les mesures proposées soient efficace dans la lutte contre cet
éventuel réchauffement
- ou pas

ça ne change rien pour moi : les mesures sont forcément de bonnes
mesures, d'une manière générale.
--
siger
Pigeon Hurlant
2017-05-28 12:00:57 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by siger
Post by Paul Aubrin
Bjorn Lomborg, président du Centre du Consensus de Copenhague.
À mon avis, le réchauffement est un faux problème, et donc critiquer
les mesures en se basant sur le réchauffement n'est pas honnête car
c'est oublier que "sauver la planète", "le climat", etc. ne sont que
des effets de mode, des trucs de journalistes, et malheureusement des
écolos, honte à eux, participent à ça.
- Que ça se réchauffe
- ou pas
- si oui, que ce soit naturel
- ou pas
- que les mesures proposées soient efficace dans la lutte contre cet
éventuel réchauffement
- ou pas
ça ne change rien pour moi : les mesures sont forcément de bonnes
mesures, d'une manière générale.
Ce serait donc une sorte d'impératif catégorique : on doit absolument
saigner l'Occident de 200 milliards d'euros afin d'enrichir le lobby des
énergies vertes.

C'est pratique tout de même pour la finance que de trouver des pigeons
qui disent : "Oui, on se fait rouler dans la farine avec cette histoire
de RCA mais il faut quand même cracher au bassinet pour faire plaisir à
Bill Gates, George Soros, Goldman-Sachs..."

Merci pigeon, merci pigeon...


siger
2017-05-28 12:10:32 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Pigeon Hurlant
Ce serait donc une sorte d'impératif catégorique : on doit
absolument saigner l'Occident de 200 milliards d'euros afin
d'enrichir le lobby des énergies vertes.
Hahaha... "le lobby des énergies vertes"...
Peut-être qu'il existe, je ne sais pas, mais c'est drôle que ce n'est
que de lui dont on parle et pas de celui pour qui 200 milliards ce
n'est que de l'argent de poche.
Post by Pigeon Hurlant
C'est pratique tout de même pour la finance que de trouver des
pigeons qui disent : "Oui, on se fait rouler dans la farine avec
cette histoire de RCA mais il faut quand même cracher au bassinet
pour faire plaisir à Bill Gates, George Soros, Goldman-Sachs..."
C'est pratique d'inventer des phrases stupides, de faire croire que
certains les ont dites puis de les critiquer sur ces phrases.
--
siger
Pigeon Hurlant
2017-05-28 14:14:03 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by siger
Post by Pigeon Hurlant
Ce serait donc une sorte d'impératif catégorique : on doit
absolument saigner l'Occident de 200 milliards d'euros afin
d'enrichir le lobby des énergies vertes.
Hahaha... "le lobby des énergies vertes"...
Peut-être qu'il existe, je ne sais pas, mais c'est drôle que ce n'est
que de lui dont on parle et pas de celui pour qui 200 milliards ce
n'est que de l'argent de poche.
Au USA il est aussi puissant que la finance, le lobby de l'énergie et le
complexe militaro-industriel auxquels il est lié et il est plus puissant
que l'industrie automobile. Ce n'est pas moi qui le dit mais un éminent
économiste, Rémy Prud'homme, vers la fin de cette passionnante émission
de radio :

<https://www.podomatic.com/podcasts/climatechauffementdesesprits/episodes/2017-04-06T01_14_10-07_00>
Post by siger
Post by Pigeon Hurlant
C'est pratique tout de même pour la finance que de trouver des
pigeons qui disent : "Oui, on se fait rouler dans la farine avec
cette histoire de RCA mais il faut quand même cracher au bassinet
pour faire plaisir à Bill Gates, George Soros, Goldman-Sachs..."
C'est pratique d'inventer des phrases stupides, de faire croire que
certains les ont dites puis de les critiquer sur ces phrases.
C'est bête de nier la réalité avec des arguties minables : tu ne l'as
pas dit mais c'est logiquement équivalent à ce que tu dis.
siger
2017-05-28 16:01:54 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Pigeon Hurlant
Post by siger
Hahaha... "le lobby des énergies vertes"...
Peut-être qu'il existe, je ne sais pas, mais c'est drôle que ce
n'est que de lui dont on parle et pas de celui pour qui 200
milliards ce n'est que de l'argent de poche.
Au USA il est aussi puissant que la finance, le lobby de l'énergie
et le complexe militaro-industriel auxquels il est lié et il est
plus puissant que l'industrie automobile. Ce n'est pas moi qui le
dit mais un éminent économiste, Rémy Prud'homme, vers la fin de
<https://www.podomatic.com/podcasts/climatechauffementdesesprits/ep
isodes/2017-04-06T01_14_10-07_00>
Ah, on parle peut-être de sociétés qui ont flairé un filon, OK mais
pour moi c'est juste des capitalistes qui essayent de se remplir les
poches, que ce soit avec ça ou autre chose, je ne les range donc pas
dans la catégorie "énergie verte", mais si on les y met, effectivement,
ce sont des capitalistes, ils font du lobyying comme les autres, ils
peuvent donc être puissants comme les autres.

Si c'est le cas, c'est malhonnête de parler de lobbying vert sans
préciser de quoi on parle, car sans cette précision le lecteur distrait
pourra penser que les vrais écolos en font partie.
Post by Pigeon Hurlant
Post by siger
Post by Pigeon Hurlant
C'est pratique tout de même pour la finance que de trouver des
pigeons qui disent : "Oui, on se fait rouler dans la farine avec
cette histoire de RCA mais il faut quand même cracher au
bassinet pour faire plaisir à Bill Gates, George Soros,
Goldman-Sachs..."
C'est pratique d'inventer des phrases stupides, de faire croire
que certains les ont dites puis de les critiquer sur ces phrases.
C'est bête de nier la réalité avec des arguties minables : tu ne
l'as pas dit mais c'est logiquement équivalent à ce que tu dis.
Ton interprétation de ce que j'ai dit est loufoque, ç'aurait pu être
une simple erreur (de ma part ou de la tienne), mais comme tu
insistes malgré mon démenti, j'en conclue que c'est volontaire et donc
que ce que j'ai dit ci-dessus est pertinant.
--
siger
Pigeon Hurlant
2017-05-28 17:01:28 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by siger
Post by Pigeon Hurlant
Au USA il est aussi puissant que la finance, le lobby de l'énergie
et le complexe militaro-industriel auxquels il est lié et il est
plus puissant que l'industrie automobile. Ce n'est pas moi qui le
dit mais un éminent économiste, Rémy Prud'homme, vers la fin de
<https://www.podomatic.com/podcasts/climatechauffementdesesprits/ep
isodes/2017-04-06T01_14_10-07_00>
Ah, on parle peut-être de sociétés qui ont flairé un filon, OK mais
pour moi c'est juste des capitalistes qui essayent de se remplir les
poches, que ce soit avec ça ou autre chose, je ne les range donc pas
dans la catégorie "énergie verte", mais si on les y met, effectivement,
ce sont des capitalistes, ils font du lobyying comme les autres, ils
peuvent donc être puissants comme les autres.
Si c'est le cas, c'est malhonnête de parler de lobbying vert sans
préciser de quoi on parle, car sans cette précision le lecteur distrait
pourra penser que les vrais écolos en font partie.
Les investissements dans le secteur des énergies intermittentes (que les
bigots appellent vertes) sont plus élevés que ceux de l'industrie
automobile US, ce qui est énorme. Il y a la finance US, il y a le
complexe militaro-industriel US, il y a le secteur de l'énergie
aujourd'hui en berne et le secteur des énergies vertes. C'est le
troisième ou quatrième secteur économique aux USA. Son poids est
considérable et il est étroitement lié aux trois autres. Autrement dit
il fait la pluie ou le beau temps d'où sans doute son intérêt pour le
climat !
Post by siger
Post by Pigeon Hurlant
C'est bête de nier la réalité avec des arguties minables : tu ne
l'as pas dit mais c'est logiquement équivalent à ce que tu dis.
Ton interprétation de ce que j'ai dit est loufoque, ç'aurait pu être
une simple erreur (de ma part ou de la tienne), mais comme tu
insistes malgré mon démenti, j'en conclue que c'est volontaire et donc
que ce que j'ai dit ci-dessus est pertinant.
Nier la réalité est le fait des sots.
Paul Aubrin
2017-05-28 19:05:26 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Pigeon Hurlant
Post by siger
Ton interprétation de ce que j'ai dit est loufoque, ç'aurait pu être
une simple erreur (de ma part ou de la tienne), mais comme tu insistes
malgré mon démenti, j'en conclue que c'est volontaire et donc que ce
que j'ai dit ci-dessus est pertinant.
Nier la réalité est le fait des sots.
Siger repart dans ses arguties floues et incompréhensibles pour quiconque
sauf lui-même. Et, comme d'habitude, il se donne raison. Le diagnostic de
Lomborg est absolument imparable. Les accords de Paris produiront, au
mieux, un résultat minuscule pour des efforts gigantesques. Pour éviter
de supposés impacts dans cent ans, ils proposent un sabordage immédiat.
Paul Aubrin
2017-05-28 16:58:46 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Pigeon Hurlant
Post by siger
Post by Pigeon Hurlant
C'est pratique tout de même pour la finance que de trouver des pigeons
qui disent : "Oui, on se fait rouler dans la farine avec cette
histoire de RCA mais il faut quand même cracher au bassinet pour faire
plaisir à Bill Gates, George Soros, Goldman-Sachs..."
C'est pratique d'inventer des phrases stupides, de faire croire que
certains les ont dites puis de les critiquer sur ces phrases.
C'est bête de nier la réalité avec des arguties minables : tu ne l'as
pas dit mais c'est logiquement équivalent à ce que tu dis.
J'approuve Lomborg pour le constat.
Paul Aubrin
2017-05-28 12:33:11 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Pigeon Hurlant
Post by siger
Post by Paul Aubrin
Bjorn Lomborg, président du Centre du Consensus de Copenhague.
À mon avis, le réchauffement est un faux problème, et donc critiquer
les mesures en se basant sur le réchauffement n'est pas honnête car
c'est oublier que "sauver la planète", "le climat", etc. ne sont que
des effets de mode, des trucs de journalistes, et malheureusement des
écolos, honte à eux, participent à ça.
- Que ça se réchauffe - ou pas - si oui, que ce soit naturel - ou pas
- que les mesures proposées soient efficace dans la lutte contre cet
éventuel réchauffement
- ou pas
ça ne change rien pour moi : les mesures sont forcément de bonnes
mesures, d'une manière générale.
Ce serait donc une sorte d'impératif catégorique : on doit absolument
saigner l'Occident de 200 milliards d'euros afin d'enrichir le lobby des
énergies vertes.
200 milliards d'Euro? Il s'agit plutôt de 2000 milliards tous les ans. On
proposerait bien à Siger que seuls les croyants sont tenus de cotiser,
s'ils estiment cela indispensable pour être sauvés. Mais on sait qu'il
n'en a pas les moyens. C'est pour cela qu'il demande qu'il continue
pépère son petit train de vie pollueur et qu'il souhaite que les autres
se serrent la ceinture à sa place. Malheureusement pour lui, les
évaluation de Bjorn Lomborg montrent qu'on ne pourrait pas sauver Siger
au prix de toute l'humanité. Je lui propose donc de se montrer courageux
en faisant des choix cohérents.
Post by Pigeon Hurlant
C'est pratique tout de même pour la finance que de trouver des pigeons
qui disent : "Oui, on se fait rouler dans la farine avec cette histoire
de RCA mais il faut quand même cracher au bassinet pour faire plaisir à
Bill Gates, George Soros, Goldman-Sachs..."
Merci pigeon, merci pigeon...
http://youtu.be/BP3_dgTofKA
Pigeon Hurlant
2017-05-28 14:16:46 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
Post by Pigeon Hurlant
Ce serait donc une sorte d'impératif catégorique : on doit absolument
saigner l'Occident de 200 milliards d'euros afin d'enrichir le lobby des
énergies vertes.
200 milliards d'Euro? Il s'agit plutôt de 2000 milliards tous les ans. On
proposerait bien à Siger que seuls les croyants sont tenus de cotiser,
s'ils estiment cela indispensable pour être sauvés. Mais on sait qu'il
n'en a pas les moyens. C'est pour cela qu'il demande qu'il continue
pépère son petit train de vie pollueur et qu'il souhaite que les autres
se serrent la ceinture à sa place. Malheureusement pour lui, les
évaluation de Bjorn Lomborg montrent qu'on ne pourrait pas sauver Siger
au prix de toute l'humanité. Je lui propose donc de se montrer courageux
en faisant des choix cohérents.
Excellente idée, je vote pour que seuls les croyants de l'écologisme
cotisent à ce racket !
l***@wanadoo.fr
2017-05-29 07:23:38 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Pigeon Hurlant
Ce serait donc une sorte d'impératif catégorique : on doit absolument
saigner l'Occident de 200 milliards d'euros afin d'enrichir le lobby des
énergies vertes.
C'est pratique tout de même pour la finance que de trouver des pigeons
qui disent : "Oui, on se fait rouler dans la farine avec cette histoire
de RCA mais il faut quand même cracher au bassinet pour faire plaisir à
Bill Gates, George Soros, Goldman-Sachs..."
Merci pigeon, merci pigeon...
http://youtu.be/BP3_dgTofKA
Excellent résumé de la chose ....toutefois on peut ajouter que 200 milliards détournés de l'aide aux plus pauvres permet l'élimination de ces pauvres d'une façon bien plus rapide ( pas d'hôpitaux, pas d'aide alimentaire, pas d'éducation,....) et ce sont donc des économies de masse ... Un énarque ne raisonne pas autrement ( enfin ... hum ... quand il raisonne ...)
--
L.C.
Cardinal de Hère
2017-05-28 11:54:19 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
A la suite des accords de Paris, Bjorn Lomborg avait publié cette analyse
de l'effet qu'ils auraient s'ils étaient strictement respectés (en
s'appuyant sur les outils fournis par l'ONU). Sa conclusion: pour cent
mille milliards d'euros on réussirait à atteindre environ 1% de
l'objectif des 2°C.
Les accords de Paris ne changeront pas le climat.
Traduit de Bjorn Lomborg.
On a beaucoup vanté la portée de l'accord de Paris sur le climat signé
par les leaders de 178 pays en 2016. Le ministre des affaires étrangères
Laurent Fabius, parlant au nom de nombreuses personnes, l'a appelé "un
point historique".
Le chef de l'agence pour l'environnement des USA, Gina McCarty, s'est
fait écho de cette remarque dans son témoignage devant le comité pour la
science, l'espace et la technologie de la chambre. L'accord de Paris, a t-
elle dit, a été un "succès incroyable". Mais quand les membres du comité
l'on pressée d'expliquer en quoi le traité réduirait la température
globale, elle n'a voulu, ou n'a pu rien dire.
Cette combinaison de grandes déclarations et de vague dans les précisions
est une bonne stratégie pour les fans des accords de Paris. Parce que
l'accord coûtera une fortune mais fera peu pour réduire le réchauffement
global.
Examinez la signature de la politique climatique, le plan énergie propre,
de l'administration Obama. En utilisant le modèle de l'ONU lui-même, j'ai
découvert que le plan n'aboutira à presqu'aucun résultat. Même si les
réductions dans les émission de dioxyde de carbone sont totallement mise
en oeuvre -non pas juste pour les 14 ans de la durée des accords de
Paris, mais jusqu'à la fin du siècle, le plan énergie propre ne
réduiraient la croissance de la température que de 0.023°F [0,013°C] en
2100.
Le président a fait d'autres et de très grandes promesses, de réduction
de émission de carbone, mais ils ne les a que vaguement définies. Au cas,
très improbable, où ces réductions supplémentaires viendraient à se
réaliser, et que l'on s'y tiendrait jusqu'à la fin du siècle, la
réduction combinée de toutes ces mesues serait de 0.057°F [0,32°C].
Pour présenter cela autrement, si les Etats Unis se confomait pour
l'ensemble du siècle à la réthorique ambitieuse du président [Obama], il
ne ferait que différer le réchauffement global de huit mois à la fin du
siècle.
Maintenant, ajoutons les promesses faites à Paris par le reste du monde.
Si nous supposons généreusement que les réduction des émissions de
carbone pour 2030 soit non seulement effective (ce qui serait une
première pour l'ONU), mais poursuivies jusqu'à la fin du siècle, les
températures en 2100 seraient réduites de 0.3°F [0,17°C], l'équivalent
de repousser le réchauffement de moins de quatre ans. Et tout cela, selon
le propre modèle utilisé par l'ONU pour ses prédictions.
Mais il y a un plus grand problème: ces bénéfices minuscules ne sont pas
gratuits, bien au contraire.
Le coût du pacte de Paris sur le climat devrait probablement se monter à
1 à 2 milliers de milliards d'euros chaque année, si l'on se base sur les
estimations du Forum de modélisation de l'énergie de l'université de
Stanford, et sur l'exercice de modélisation asiatique.
En d'autres termes, nous dépenserons au bas mot cent mille milliards
d'euros pour réduire la température de 0,17°C à la fin du siècle.
Certains partisans des accords de Paris se défendent en proclamant qu'il
aura un réel impact sur les températures qui sera plus grand que celui
prédit par les modèles de l'ONU. Mais cela suppose une gymnastique
mentale et des hypothèses héroïques.
Le plan de suivi des actions, largement publicisé par les adeptes des
accords de Paris, prédit une réduction de 1.6°F [0,9°C] à la fin de ce
siècle. Mais cette prédiction se base lourdement sur la supposition que
des politiques climatiques encore plus contraignantes seront adoptées
dans le futur. En fait, 98% des réductions supposées se produiraient
après 2030, la date que couvre les accords de Paris. Et encore toutes ces
suppositions parfaitement hypothétiques n'arriveraient en rien à la
hauteur des 2°C qui sont l'objectif, arbitraire mais communément adopté,
qui serait supposé éviter les pires effets du réchauffement global. Les
réductions d'émissions réellement promises selon les accords de Paris
sont litteralement à peine 1% du chemin à parcourir pour atteindre la
cible des 2°C. 99% du chemin serait à faire après 2030.
L'accord de Paris est une mauvaise solution à un vrai problème. La vrai
solution sera probablement trouvée par la recherche et le développement
dans les énergies vertes, comme ce que promeut Bill Gates et la
Breakthrough Coalition. M. Gates a annoncé que des investiteurs privés
affecteraient 7 milliards de dollars à la recherche et développement des
énergies propres.
Au lieu d'agiter de l'air et d'affecter des subventions tous les jours
plus grandes aux énergies vertes inefficaces d'aujourd'hui, ceux qui
souhaitent combattre le changement climatique devraient se focaliser sur
le développement accéléré de l'innovation dans les énergies vertes.
Les Etats-Unis montrent le chemin. Avec la poursuite du fracking, rendu
plus efficace et sûr année après année, l'Amérique a drastiquement réduit
le coût du gaz naturel. Ce changement radical du charbon à une ressource
qui émet moins de CO2 a fait bien plus pour réduire les émissions de
dioxyde de carbone que n'importe quelle politique climatique
gouvernementale.
Il semble que les politiciens qui se sont réunis à Paris, France,
pourraient apprendre beaucoup de Paris, Texas.
Bjorn Lomborg, président du Centre du Consensus de Copenhague.
Ce qu'écrit Bjorn Lomborg doit être vu comme une sorte de raisonnement
par l'absurde que je schématise ici :

"Si les modèles qui prédisent le réchauffement climatique sur un siècle
ne se trompent pas et les accords de Paris étaient appliqués par tous
jusqu'à la fin du siècle alors ces mesures auraient pour effet de
diminuer la température globale de 0,17°C. Les accords de Paris ne
servent quasiment à rien."

Bien entendu on ne peut accorder aucun crédit à des modèles qui sont
déjà en désaccord avec les observations après seulement 20 ans.
Paul Aubrin
2017-05-28 12:05:04 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Cardinal de Hère
Ce qu'écrit Bjorn Lomborg doit être vu comme une sorte de raisonnement
"Si les modèles qui prédisent le réchauffement climatique sur un siècle
ne se trompent pas et les accords de Paris étaient appliqués par tous
jusqu'à la fin du siècle alors ces mesures auraient pour effet de
diminuer la température globale de 0,17°C. Les accords de Paris ne
servent quasiment à rien."
Bien entendu on ne peut accorder aucun crédit à des modèles qui sont
déjà en désaccord avec les observations après seulement 20 ans.
Tout à fait. Même si les modèles climatiques ne prédisaient pas un
réchauffement au moins deux ou trois fois trop important, dépenser des
centaines de milliers de milliards d'euros ne servirait à peu près à
rien. Mais on sait déjà que les tendances prédites par ces modèles ont
été invalidées par les faits ce qui au mieux ramènerait à 0,05°C (au lieu
de 0,17°C). Et encore, cela suppose que tous les pays du monde se
suicident économiquement et persistent pendant presque un siècle dans
cette attitude suicidaire.
L'accord de Paris sur le climat est absurde.
Ascadix
2017-05-28 14:15:41 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
[...]
bla bla bla ...
[...]
Post by Paul Aubrin
L'accord de Paris sur le climat est absurde.
"Absurde" ?

Faudrais p'tet voir à ne pas confondre des enfoirés et des deumerés.

"Accord de Paris", TAFTA, etc ... en gros, on retrouve toujours les
mêmes intérets, instigateurs et "signataires" derière ça.

Ce n'est pas "absurde", c'est calculé.
--
@+
Ascadix
adresse @mail valide, mais ajoutez "sesame" dans l'objet pour que ça
arrive.
Paul Aubrin
2017-05-28 19:00:07 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Ascadix
"Accord de Paris", TAFTA, etc ... en gros, on retrouve toujours les
mêmes intérets, instigateurs et "signataires" derière ça.
Je ne crois pas que ce soient les mêmes intérêts. A qui pensez-vous?
Ascadix
2017-05-28 22:00:34 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
Post by Ascadix
"Accord de Paris", TAFTA, etc ... en gros, on retrouve toujours les
mêmes intérets, instigateurs et "signataires" derière ça.
Je ne crois pas que ce soient les mêmes intérêts. A qui pensez-vous?
Qq gros vorace du CAC40 et kifkif coté US qui on déjà vendu
père/mère/enfants pour qq valises de billets, mais en tout cas personne
qui ne se préoccupe un tant soi peu de laisser une planéte habitable à
ses descendants.

Certe, comme tu semble diriger ta formule, il peux y avoir plusieurs
troupeaux de voraces, mais si ils divergent quand à la méthode, ils
sont d'accord sur le point principal, à savoir exploiter de façon
demesuré et déraisonable les ressources, y compris "humaines".
--
@+
Ascadix
adresse @mail valide, mais ajoutez "sesame" dans l'objet pour que ça
arrive.
Paul Aubrin
2017-05-29 04:30:42 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Ascadix
Post by Paul Aubrin
Post by Ascadix
"Accord de Paris", TAFTA, etc ... en gros, on retrouve toujours les
mêmes intérets, instigateurs et "signataires" derière ça.
Je ne crois pas que ce soient les mêmes intérêts. A qui pensez-vous?
Qq gros vorace du CAC40 et kifkif coté US qui on déjà vendu
père/mère/enfants pour qq valises de billets, mais en tout cas personne
qui ne se préoccupe un tant soi peu de laisser une planéte habitable à
ses descendants.
Certe, comme tu semble diriger ta formule, il peux y avoir plusieurs
troupeaux de voraces, mais si ils divergent quand à la méthode, ils sont
d'accord sur le point principal, à savoir exploiter de façon demesuré et
déraisonable les ressources, y compris "humaines".
C'est vrai que les idéologues décroissantistes ne sont plus que très
minoritaires maintenant que l'hystérie climatique est devenu un secteur
économique très important.
Zulu
2017-05-29 20:35:41 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
A la suite des accords de Paris, Bjorn Lomborg avait publié cette analyse
de l'effet qu'ils auraient s'ils étaient strictement respectés (en
s'appuyant sur les outils fournis par l'ONU). Sa conclusion: pour cent
mille milliards d'euros on réussirait à atteindre environ 1% de
l'objectif des 2°C.
Conclusion: ce n'est pas l'effet qui compte mais le pognon engrangé.

E la nave va tant qu'il y aura des gogos pour gober.
Nicolas Krebs
2017-06-02 19:35:23 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
Bjorn Lomborg
Excellent !
Paul Aubrin
2017-06-02 19:52:20 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Nicolas Krebs
Post by Paul Aubrin
Bjorn Lomborg
Excellent !
C'est vrai, remarquable.
Deux canards sur trois
2017-06-02 21:05:13 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Nicolas Krebs
Post by Paul Aubrin
Bjorn Lomborg
Excellent !
Et Wilander est du même avis.
--

siger
2017-06-03 11:16:34 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Nicolas Krebs
Post by Paul Aubrin
Bjorn Lomborg
Excellent !
https://fr.wikipedia.org/wiki/Bj%C3%B8rn_Lomborg
"En 2004, Bjorn Lomborg fonde, avec l'aide de The Economist et du
gouvernement danois, un think tank nommé « Consensus de Copenhague »
dont une partie des financements proviendrait des milieux républicains
conservateurs aux États-Unis"

Avec un tel CV, tout ce qu'il dira contre "la planète" et pour "le CO2"
sera fortement entaché de suspicions, qu'il ait raison ou pas.
--
siger
anyone.
2017-06-03 19:56:59 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by siger
une partie des financements proviendrait des milieux républicains
conservateurs aux États-Unis
en faite vous n'en savez rien, mais vous condamnez tout de même.
siger
2017-06-03 20:13:26 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by anyone.
Post by siger
une partie des financements proviendrait des milieux républicains
conservateurs aux États-Unis
en faite vous n'en savez rien, mais vous condamnez tout de même.
C'est drôle ce plaisir que vous semblez prendre à mentir. Ou alors une
nécessité vitale due à l'ADN de roquet qui coule dans votre sang ?



Et ce suivi à la sauvette ? n'est-ce pas ridicule ?
--
siger
anyone.
2017-06-03 20:50:22 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by siger
Post by anyone.
Post by siger
une partie des financements proviendrait des milieux républicains
conservateurs aux États-Unis
en faite vous n'en savez rien, mais vous condamnez tout de même.
C'est drôle ce plaisir que vous semblez prendre à mentir. Ou alors une
nécessité vitale due à l'ADN de roquet qui coule dans votre sang ?
vous avez écrit:
"En 2004, Bjorn Lomborg fonde, avec l'aide de The Economist et du
gouvernement danois, un think tank nommé « Consensus de Copenhague »
dont une partie des financements proviendrait des milieux républicains
conservateurs aux États-Unis"


Je retiens :"une partie des financements proviendrai"

Un partie: combien? Une partie substantielle ou une partie négligeable?
vous le savez ou pas? Non? alors taisez vous.

"proviendrai" non seulement vous ne dites pas combien, mais en plus ce
n'est même pas sur!!! Et fait vous n'avez rien à dire et n'apportez
aucune information certaine. Vous colportez un ragot, c'est tout.

Pour un gars rigoureux comme vous prétendez l’être, ça la fou mal des
allégations comme celle là.

Appelez ce genre de méthode comme vous le voulez, mais moi, j’appelle ça
de la médisance...
siger
2017-06-03 21:07:07 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by siger
Post by siger
Post by anyone.
Post by siger
une partie des financements proviendrait des milieux
républicains conservateurs aux États-Unis
en faite vous n'en savez rien, mais vous condamnez tout de même.
C'est drôle ce plaisir que vous semblez prendre à mentir. Ou
alors une nécessité vitale due à l'ADN de roquet qui coule dans
votre sang ?
"En 2004, Bjorn Lomborg fonde, avec l'aide de The Economist et du
gouvernement danois, un think tank nommé « Consensus de Copenhague
» dont une partie des financements proviendrait des milieux
républicains conservateurs aux États-Unis"
Je retiens :"une partie des financements proviendrai"
Un partie: combien? Une partie substantielle ou une partie
négligeable? vous le savez ou pas? Non? alors taisez vous.
"proviendrai" non seulement vous ne dites pas combien, mais en
plus ce n'est même pas sur!!! Et fait vous n'avez rien à dire et
n'apportez aucune information certaine. Vous colportez un ragot,
c'est tout.
Pour un gars rigoureux comme vous prétendez l'être, ça la fou mal
des allégations comme celle là.
Appelez ce genre de méthode comme vous le voulez, mais moi,
j'appelle ça de la médisance...
De quelle méthode parlez vous ? Si c'est de celle dont vous parlez et
que vous imaginé de toutes pièces, merci de ne pas me mêlez à ça, je
n'ai rien dit qui ressemble à ce que vous dites.
Je dirais même plutôt : au contraire.

Ce n'est pas la première fois que je constate que vos préjugés à mon
encontre vous embrouillent le cerveau au point que vous comprenez le
contraire (ou autre chose) de ce que j'écris.
--
siger
anyone.
2017-06-03 21:31:38 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by siger
Post by siger
Post by siger
Post by anyone.
Post by siger
une partie des financements proviendrait des milieux
républicains conservateurs aux États-Unis
en faite vous n'en savez rien, mais vous condamnez tout de même.
C'est drôle ce plaisir que vous semblez prendre à mentir. Ou
alors une nécessité vitale due à l'ADN de roquet qui coule dans
votre sang ?
"En 2004, Bjorn Lomborg fonde, avec l'aide de The Economist et du
gouvernement danois, un think tank nommé « Consensus de Copenhague
» dont une partie des financements proviendrait des milieux
républicains conservateurs aux États-Unis"
Je retiens :"une partie des financements proviendrai"
Un partie: combien? Une partie substantielle ou une partie
négligeable? vous le savez ou pas? Non? alors taisez vous.
"proviendrai" non seulement vous ne dites pas combien, mais en
plus ce n'est même pas sur!!! Et fait vous n'avez rien à dire et
n'apportez aucune information certaine. Vous colportez un ragot,
c'est tout.
Pour un gars rigoureux comme vous prétendez l'être, ça la fou mal
des allégations comme celle là.
Appelez ce genre de méthode comme vous le voulez, mais moi,
j'appelle ça de la médisance...
De quelle méthode parlez vous ? Si c'est de celle dont vous parlez et
que vous imaginé de toutes pièces, merci de ne pas me mêlez à ça, je
n'ai rien dit qui ressemble à ce que vous dites.
Je dirais même plutôt : au contraire.
Ce n'est pas la première fois que je constate que vos préjugés à mon
encontre vous embrouillent le cerveau au point que vous comprenez le
contraire (ou autre chose) de ce que j'écris.
j'ai bien compris que vous insinuiez que "une partie des financements
proviendrai"... C'est de la médisance envers quelqu'un qui a des idées
qui ne vous conviennent pas (tout comme moi, avec mon ADN de roquet,
dont chacun sait que c'est faux).
Pas brillant tout cela, méprisable même...
siger
2017-06-05 10:37:58 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
j'ai bien compris que vous insinuiez (...)
Voilà une belle illustration du problème dont je parle dans mon
précédent programme.
--
siger
anyone.
2017-06-06 11:37:31 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by siger
j'ai bien compris que vous insinuiez (...)
Voilà une belle illustration du problème dont je parle dans mon
précédent programme.
le problème est qu'a defaut de contre argument pour imposer votre point
de vue, vous utilisez les moyens les plus bas pour discréditer un
scientifique dont les conclusions ne vont pas dans le sens de vos opinions.
siger
2017-06-06 13:01:10 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by anyone.
Post by siger
j'ai bien compris que vous insinuiez (...)
Voilà une belle illustration du problème dont je parle dans mon
précédent programme.
le problème est qu'a defaut de contre argument pour imposer votre
point de vue, vous utilisez les moyens les plus bas pour
discréditer un scientifique dont les conclusions ne vont pas dans
le sens de vos opinions.
Comme déjà dit, j'ai plutôt fait le contraire, mais bon, quand on est
con, on est con.
--
siger
anyone.
2017-06-06 14:44:10 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by siger
Post by anyone.
Post by siger
j'ai bien compris que vous insinuiez (...)
Voilà une belle illustration du problème dont je parle dans mon
précédent programme.
le problème est qu'a defaut de contre argument pour imposer votre
point de vue, vous utilisez les moyens les plus bas pour
discréditer un scientifique dont les conclusions ne vont pas dans
le sens de vos opinions.
Comme déjà dit, j'ai plutôt fait le contraire, mais bon, quand on est
con, on est con.
pas du tout...

Rappel de ce que vous avez écrit:
"En 2004, Bjorn Lomborg fonde, avec l'aide de The Economist et du
gouvernement danois, un think tank nommé « Consensus de Copenhague »
dont une partie des financements proviendrait des milieux républicains
conservateurs aux États-Unis"

Et pour ceux qui n'auraient pas compris votre insinuation, vous
expliquez l'attitude à adopter:

"Avec un tel CV, tout ce qu'il dira contre "la planète" et pour "le CO2"
sera fortement entaché de suspicions, qu'il ait raison ou pas."
siger
2017-06-07 11:40:28 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by anyone.
Post by siger
Comme déjà dit, j'ai plutôt fait le contraire, mais bon, quand on
est con, on est con.
pas du tout...
Vous interprétez comme vous voulez, si vous tenez à chercher la
bagarre.
Mais s'il y en a un qui sait ce qu'il a voulu dire, c'est bien moi,
quelle que soit la maladresse éventuelle de ce que j'ai écrit.
C'est complètement con de maintenir votre interprétation malgré mon
démenti. Mais quand on est con, on est con.
--
siger
jc_lavau
2017-06-03 20:52:48 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by siger
Post by Nicolas Krebs
Post by Paul Aubrin
Bjorn Lomborg
Excellent !
https://fr.wikipedia.org/wiki/Bj%C3%B8rn_Lomborg
"En 2004, Bjorn Lomborg fonde, avec l'aide de The Economist et du
gouvernement danois, un think tank nommé « Consensus de Copenhague »
dont une partie des financements proviendrait des milieux républicains
conservateurs aux États-Unis"
Avec un tel CV, tout ce qu'il dira contre "la planète" et pour "le CO2"
sera fortement entaché de suspicions, qu'il ait raison ou pas.
Et qui dirige wikipedia ?
Sous l'honorable couverture "Je fais une encyclopédie", wikipedia est un
organisme de propagande privé, doté d'une police secrète privée, dont la
vocation centrale est de servir le sionisme et le Grand Israël. Ses
autres militantismes forcenés, dont le militantisme carbocentriste sont
surtout pour avoir l'air d'incarner le progrès et la modernité.
--
http://jacques.lavau.deonto-ethique.eu/Physique/Microphysique_contee.pdf
http://jacques.lavau.deonto-ethique.eu/Physique/4e_couverture.pdf
http://deontologic.org/quantic
Nicolas Krebs
2017-06-04 11:27:15 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by jc_lavau
Et qui dirige wikipedia ?
Sous l'honorable couverture "Je fais une encyclopédie", wikipedia est un
organisme de propagande privé, doté d'une police secrète privée, dont la
vocation centrale est de servir le sionisme et le Grand Israël.
Sources ?
--
« Puis les choses ont terriblement mal tourné. On a appris que le
terroriste présumé de Norvège n'était pas musulman. Il détestait les
musulmans. Et il admirait Pamela Geller. »
Paul Aubrin
2017-06-05 06:43:05 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
A la suite des accords de Paris, Bjorn Lomborg avait publié cette
analyse de l'effet qu'ils auraient s'ils étaient strictement respectés
(en s'appuyant sur les outils fournis par l'ONU). Sa conclusion: pour
cent mille milliards d'euros on réussirait à atteindre environ 1% de
l'objectif des 2°C.
Les conclusions de Bjorn Lomborg (excellentes) résumaient sa publication
dans la revue "Global Policy" intitulé "Impact of Current Climate
Proposals", DOI: 10.1111/1758-5899.12295.

http://sci-hub.bz/10.1111/1758-5899.12295
"Abstract
This article investigates the temperature reduction impact of major
climate policy proposals implemented by 2030, using the
standard MAGICC climate model. Even optimistically assuming that promised
emission cuts are maintained throughout the century, the impacts are
generally small. The impact of the US Clean Power Plan (USCPP) is a
reduction in temperature rise by 0.013°C by 2100. The full US promise for
the COP21 climate conference in Paris, its so-called Intended Nationally
Determined Contribution (INDC) will reduce temperature rise by 0.031°C.
The EU 20-20 policy has an impact of 0.026°C, the EU INDC 0.053°C, and
China INDC 0.048°C. All climate policies by the US, China, the EU and the
rest of the world, implemented from the early 2000s to 2030 and sustained
through the century will likely reduce global temperature rise about 0.17°
C in 2100.
These impact estimates are robust to different calibrations of climate
sensitivity, carbon cycling and different climate scenarios. Current
climate policy promises will do little to stabilize the climate and their
impact will be undetectable for many decades."

Comme j'ai la flemme, je vous colle ici la traduction automatique:
"
Résumé
Cet article étudie l'impact de la réduction de la température des
principales propositions de politique climatique mises en œuvre pour
2030, d'après le modèle de climat Magicc standard. Même avec optimisme en
supposant que les réductions d'émissions promises sont maintenues tout au
long du siècle, les impacts sont généralement faibles. L'impact du US
Clean Power plan (USCPP) est une réduction de la hausse de la température
de 2100. La pleine promesse américaine pour la conférence climatique
COP21 à Paris, sa soi-disant contribution déterminée à l'échelle
nationale (INDC) réduira la hausse de la température de 0,031°C. La
politique de l'UE 20-20 a un impact de 0,026°C, de l'UE INDC 0,053°C et
de la Chine INDC 0,048°C. Toutes les politiques climatiques des États-
Unis, de la Chine, de l'UE et du reste du monde, mises en œuvre du début
des années 2000 à 2030 et maintenues au cours du siècle, réduiront
vraisemblablement la hausse de la température mondiale à environ 0,17°C
en 2100.
Ces estimations d'impact sont robustes aux différents étalonnages de la
sensibilité du climat, du cycle du carbone et des différents scénarios
climatiques. Les promesses actuelles de la politique climatique ne
permettront guère de stabiliser le climat et leur impact sera
indétectable pendant de nombreuses décennies."
Loading...