Discussion:
La sensibilité climatique en baisse gêne certains climatoloques
(trop ancien pour répondre)
Paul Aubrin
2018-02-03 17:41:22 UTC
Permalink
Depuis des années les estimations de la sensibilité climatique
(l'augmentation de température provoquée par un doublement des
concentrations de CO2) est en diminution constante dans les publications
scientifiques. Depuis des années, après chaque publication, un groupe de
climatologues proches du GIEC dénigre ces publications.

Si les valeurs faibles récentes étaient avérées, la quantité de carbone
que l'humanité pourrait brûler sans dépasser un accroissement de 1,5°C
serait trois fois plus élevée qu'avec les estimations standard. Cela
signifierait aussi que les modélisation du cycle du carbone par les
modèles du GIEC sont fausses.

Une publication de Kate Marvel, Gavin Schmidt et quelques autres essaie
de combattre cette tendance à la diminution de la sensibilité climatique
à l'équilibre (ECS).

Les estimations récentes de l'ECS sont basées sur l'équilibre énergétique
et l'évolution observée des températures. La publication de Kate Marvel
estime que ces publications sont bien trop simplistes. Son objection,
implicite, est que l'effet du CO2 serait bien celui prévu par les modèles
du GIEC, mais avec un temps de réponse de plusieurs centaines d'années.
Elle suppose implicitement aussi que les modèles du GIEC ne peuvent
qu'être justes, tout en impliquant que cette justesse ne pourra pas être
mise en évidence avant plusieurs centaines d'années par des observations.

En gros, l'argument de Kate Marvel est qu'elle détient la vérité contre
les objections de ses confrères climatologues parce que c'est comme ça,
voilà c'est tout.

Résumé libre d'un article de Clive Best paru dans clisep.
https://cliscep.com/2018/02/01/the-sensitivity-of-climate-scientists/
François Guillet
2018-02-03 20:07:50 UTC
Permalink
Post by Paul Aubrin
Depuis des années les estimations de la sensibilité climatique
(l'augmentation de température provoquée par un doublement des
concentrations de CO2) est en diminution constante dans les publications
scientifiques. Depuis des années, après chaque publication, un groupe de
climatologues proches du GIEC dénigre ces publications.
Si les valeurs faibles récentes étaient avérées, la quantité de carbone
que l'humanité pourrait brûler sans dépasser un accroissement de 1,5°C
serait trois fois plus élevée qu'avec les estimations standard. Cela
signifierait aussi que les modélisation du cycle du carbone par les
modèles du GIEC sont fausses.
Une publication de Kate Marvel, Gavin Schmidt et quelques autres essaie
de combattre cette tendance à la diminution de la sensibilité climatique
à l'équilibre (ECS).
Les estimations récentes de l'ECS sont basées sur l'équilibre énergétique
et l'évolution observée des températures. La publication de Kate Marvel
estime que ces publications sont bien trop simplistes. Son objection,
implicite, est que l'effet du CO2 serait bien celui prévu par les modèles
du GIEC, mais avec un temps de réponse de plusieurs centaines d'années.
Elle suppose implicitement aussi que les modèles du GIEC ne peuvent
qu'être justes, tout en impliquant que cette justesse ne pourra pas être
mise en évidence avant plusieurs centaines d'années par des observations.
En gros, l'argument de Kate Marvel est qu'elle détient la vérité contre
les objections de ses confrères climatologues parce que c'est comme ça,
voilà c'est tout.
Les réchauffistes sont entrés en religion depuis longtemps. La science
est pour eux un prétexte au service du dogme.
Dans le même genre que Kate Marvel, il y a Katharine Hayhoe, fille de
parents missionnaires, chrétienne évangélique, malheureusement aussi
climatologue spécialiste de l'atmosphère, et qui prêche régulièrement
la bonne parole, elle a même créé un lobby pour influencer les
politiques climatiques
(https://fr.wikipedia.org/wiki/Citizens_Climate_Lobby). Elle est
classée par "le Time" dans les 100 personnes les plus influentes. Comme
en religion, ces gens qui ont la foi non tempérée par la raison, sont
dangereux.
Post by Paul Aubrin
Résumé libre d'un article de Clive Best paru dans clisep.
https://cliscep.com/2018/02/01/the-sensitivity-of-climate-scientists/
Loading...