Discussion:
La France, lanterne rouge de l'Union européenne pour les énergies renouvelables
(trop ancien pour répondre)
Eric B
2004-05-11 10:12:05 UTC
Permalink
Verrues du paysages, dispositifs bruyants, "hachoirs à oiseaux", les
arguments ne manquent pas pour s'opposer aux éoliennes...
Mais le plus grand obstacle ne reste-t-il pas l'attachement viscéral d'EDF
au nucléaire ?

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-***@2-3228,36-364251,0.html

EB
Ronano
2004-05-11 10:55:00 UTC
Permalink
Post by Eric B
Verrues du paysages, dispositifs bruyants, "hachoirs à oiseaux", les
arguments ne manquent pas pour s'opposer aux éoliennes...
Mais le plus grand obstacle ne reste-t-il pas l'attachement viscéral d'EDF
au nucléaire ?
EB
Avec 239 mégawatts installés à la fin de 2003, la France figurait en
dernière position dans l'Europe des Quinze, bien loin de l'Allemagne
(14 609 MW installés): 60 fois moins.

Le parc actuel nucléaire est de 58 réacteurs de 1.06 GWatts en moyenne.
Donc pour l'instant, le parc éolien n'atteint même pas le quart d'un
réacteur.

L'objectif fixé est de 10 000 MW en 2010, soit l'équivalent d'une
petite dizaine de réacteurs...C'est dans 6 ans...

L'éolien sert pour l'instant essentiellement la communication des
pouvoirs publics (vive les énergies renouvelables) et d'Areva, qui a
"investi" dedans (cf la pub passée matin et soir sur les écrans télés).

A terme, cela sera une source d'énergie électrique conséquente pour des
régions comme la Bretagne, qui n'est pas du tout nucléarisée (les
centrales les plus proches sont Chinon en région Centre et Flamanville
en Basse-Normandie). Pour l'instant, la seule centrale importante est
Cordemais, près de Nantes (centrale thermique) ainsi que l'usine
marémotrice de la Rance, près de Saint-Malo, mais qui assurent moins de
5% de l'ensemble des besoins bretons.

Autre extrait:

"Un arrêté de juin 2001 avait fixé un tarif attractif de rachat pour
l'électricité d'origine éolienne. Mais cette incitation a été assortie
de contraintes administratives aujourd'hui pénalisantes aux yeux de la
filière. Les dossiers d'implantation sont ainsi visés par 23 à 27
services de l'Etat avant approbation éventuelle du préfet."

23 à 27 services !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

A faire trembler un fonctionnaire soviétique. Sans minimiser les
précautions à prendre avant l'installation d'une éolienne, est-ce le
signe d'une France complêtement malade de son organisation
administrative, ou une volonté délibérée de mettre des bâtons dans les
roues des entrepreneurs de l'éolien autres qu'AREVA ?
--
Ronano
thierry
2004-05-11 11:38:19 UTC
Permalink
Post by Ronano
Le parc actuel nucléaire est de 58 réacteurs de 1.06 GWatts en moyenne.
Donc pour l'instant, le parc éolien n'atteint même pas le quart d'un
réacteur.
L'objectif fixé est de 10 000 MW en 2010, soit l'équivalent d'une petite
dizaine de réacteurs...C'est dans 6 ans...
Tu confonds puissance *installé* et puissance *produite*.
10 000 MW installés => dans les 20 MWh/ans => 2 réacteurs.

(voir mon autre post)

Cela dit, 20 MWh/ans, c'est toujour bon à prendre.
Post by Ronano
L'éolien sert pour l'instant essentiellement la communication des
pouvoirs publics (vive les énergies renouvelables) et d'Areva, qui a
"investi" dedans (cf la pub passée matin et soir sur les écrans télés).
C'est assez juste...
Post by Ronano
A terme, cela sera une source d'énergie électrique conséquente pour des
régions comme la Bretagne,
Tu predits 1, 2 ou 3 % de l'énergie primaire ?
Post by Ronano
"Un arrêté de juin 2001 avait fixé un tarif attractif de rachat pour
l'électricité d'origine éolienne. Mais cette incitation a été assortie
de contraintes administratives aujourd'hui pénalisantes aux yeux de la
filière. Les dossiers d'implantation sont ainsi visés par 23 à 27
services de l'Etat avant approbation éventuelle du préfet."
23 à 27 services !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
A faire trembler un fonctionnaire soviétique. Sans minimiser les
précautions à prendre avant l'installation d'une éolienne, est-ce le
signe d'une France complêtement malade de son organisation
administrative, ou une volonté délibérée de mettre des bâtons dans les
roues des entrepreneurs de l'éolien autres qu'AREVA ?
Il me semble, mais je me trompe peut être, que le frein principal à
l'installation d'éoliennes sont les riverains .
Ronano
2004-05-11 11:59:23 UTC
Permalink
Post by thierry
Post by Ronano
Le parc actuel nucléaire est de 58 réacteurs de 1.06 GWatts en moyenne.
Donc pour l'instant, le parc éolien n'atteint même pas le quart d'un
réacteur.
L'objectif fixé est de 10 000 MW en 2010, soit l'équivalent d'une petite
dizaine de réacteurs...C'est dans 6 ans...
Tu confonds puissance *installé* et puissance *produite*.
10 000 MW installés => dans les 20 MWh/ans => 2 réacteurs.
Heu oui, exact, bien vu. Cette histoire de "puissance nominale",
c'est-à-dire des puissances "en catalogue", indépendamment du contexte
réel d'installation des éoliennes, cette histoire m'échappe toujours.
Post by thierry
(voir mon autre post)
Cela dit, 20 MWh/ans, c'est toujour bon à prendre.
Post by Ronano
L'éolien sert pour l'instant essentiellement la communication des pouvoirs
publics (vive les énergies renouvelables) et d'Areva, qui a "investi"
dedans (cf la pub passée matin et soir sur les écrans télés).
C'est assez juste...
Post by Ronano
A terme, cela sera une source d'énergie électrique conséquente pour des
régions comme la Bretagne,
Tu predits 1, 2 ou 3 % de l'énergie primaire ?
Je n'ai pas vraiment regardé, la seule chose que j'ai en tête est le
potentiel éolien très fort en Bretagne de l'ouest (le premier en
France avec le languedoc). Par ailleurs, pourquoi parler en énergie
primaire alors que c'est la comparaison en énergie finale qui importe
vraiment (et qui réduit considérablement le poids du nucléaire, de
près des 2/3) ?
Post by thierry
Post by Ronano
"Un arrêté de juin 2001 avait fixé un tarif attractif de rachat pour
l'électricité d'origine éolienne. Mais cette incitation a été assortie de
contraintes administratives aujourd'hui pénalisantes aux yeux de la
filière. Les dossiers d'implantation sont ainsi visés par 23 à 27 services
de l'Etat avant approbation éventuelle du préfet."
23 à 27 services !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
A faire trembler un fonctionnaire soviétique. Sans minimiser les
précautions à prendre avant l'installation d'une éolienne, est-ce le signe
d'une France complêtement malade de son organisation administrative, ou une
volonté délibérée de mettre des bâtons dans les roues des entrepreneurs de
l'éolien autres qu'AREVA ?
Il me semble, mais je me trompe peut être, que le frein principal à
l'installation d'éoliennes sont les riverains .
Je comprends bien et ne minimiserai en aucun cas les nuisances subies,
à commencer par l'aspect visuel des côtes et des espaces naturels. Mais
pourquoi pas UN service de l'Etat chargé de ces installations, sur tous
les aspects de A à Z ? Cette organisation des servive sen Franec, où
il faut aller voir la commune, le canton, la communauté de communes, le
conseil général, le conseil régional, la DRIRE, la DDE, la CCI, EDF,
RTE et que sais-je encore est parfaitement affligeant, quand quelques
spécialistes rondement formés à tous les aspects de l'éolien pourraient
faire avancer les choses avec efficacité.
--
Ronano
thierry
2004-05-11 12:40:31 UTC
Permalink
Post by Ronano
Post by thierry
Post by Ronano
Le parc actuel nucléaire est de 58 réacteurs de 1.06 GWatts en
moyenne. Donc pour l'instant, le parc éolien n'atteint même pas le
quart d'un réacteur.
Tu confonds puissance *installé* et puissance *produite*.
10 000 MW installés => dans les 20 MWh/ans => 2 réacteurs.
Heu oui, exact, bien vu. Cette histoire de "puissance nominale",
c'est-à-dire des puissances "en catalogue", indépendamment du contexte
réel d'installation des éoliennes, cette histoire m'échappe toujours.
Ca n'échappe pas qu'à toi, hélas.
Ca échappe également à la pluspart des militants anti-nucleaires à la
limite, je comprend), et aussi à pas mal de journalistes.
Post by Ronano
Post by thierry
Post by Ronano
A terme, cela sera une source d'énergie électrique conséquente pour
des régions comme la Bretagne,
Tu predits 1, 2 ou 3 % de l'énergie primaire ?
Je n'ai pas vraiment regardé, la seule chose que j'ai en tête est le
potentiel éolien très fort en Bretagne de l'ouest (le premier en France
avec le languedoc). Par ailleurs, pourquoi parler en énergie primaire
alors que c'est la comparaison en énergie finale qui importe vraiment
(et qui réduit considérablement le poids du nucléaire, de près des 2/3) ?
Appelle ça energie finale, peut importe. Le fait est que, en Europe,
l'éolien ne pourra fournir que 1 à 2 % de l'énergie d'un pays.
Ronano
2004-05-11 13:28:47 UTC
Permalink
Post by thierry
Post by Ronano
Post by thierry
Post by Ronano
Le parc actuel nucléaire est de 58 réacteurs de 1.06 GWatts en moyenne.
Donc pour l'instant, le parc éolien n'atteint même pas le quart d'un
réacteur.
Tu confonds puissance *installé* et puissance *produite*.
10 000 MW installés => dans les 20 MWh/ans => 2 réacteurs.
Heu oui, exact, bien vu. Cette histoire de "puissance nominale",
c'est-à-dire des puissances "en catalogue", indépendamment du contexte réel
d'installation des éoliennes, cette histoire m'échappe toujours.
Ca n'échappe pas qu'à toi, hélas.
Ca échappe également à la pluspart des militants anti-nucleaires à la limite,
je comprend), et aussi à pas mal de journalistes.
Post by Ronano
Post by thierry
Post by Ronano
A terme, cela sera une source d'énergie électrique conséquente pour des
régions comme la Bretagne,
Tu predits 1, 2 ou 3 % de l'énergie primaire ?
Je n'ai pas vraiment regardé, la seule chose que j'ai en tête est le
potentiel éolien très fort en Bretagne de l'ouest (le premier en France
avec le languedoc). Par ailleurs, pourquoi parler en énergie primaire alors
que c'est la comparaison en énergie finale qui importe vraiment (et qui
réduit considérablement le poids du nucléaire, de près des 2/3) ?
Appelle ça energie finale, peut importe.
Ah non !

Le fait est que, en Europe, l'éolien
Post by thierry
ne pourra fournir que 1 à 2 % de l'énergie d'un pays.
Comme ce sujet est un marronier du forum, voilà ce que j'écrivais en
janvier:

Potentiel éolien réellement exploitable: 30 à 40 TWh / an à terme en
France (par comparaison: un réacteur nucléaire moyen = 7 TWh / an, et
il y en a 58); Potentiel hydrolien: 7 GW environ (1 réacteur moyen = 1
GW), expoitable toute l'année (plus de 8000 h / an) contrairement à
l'éolien (2000 h / an environ)

Donc
- potentiel éolien = 5 ou 6 réacteurs à terme, soit 10% en gros du
nucléaire actuel (excédentaire pour la France, d'ailleurs)
- potentiel hydrolien = quelques réacteurs supplémentaires

C'est loin d'être négligeable, ce n'est pas 1 ou 2 % !!

Avec une baisse de la conso (anti-tout électrique à la VIVRELEC), de la
cogénération, du gaz et du charbon "propre", on y arrivera... Relire
éole ou Pluton de...hem, de Greenpeace.
--
Ronano
Jos
2004-05-11 13:56:04 UTC
Permalink
Post by Ronano
Post by thierry
Post by Ronano
Post by thierry
Post by Ronano
Le parc actuel nucléaire est de 58 réacteurs de 1.06 GWatts en moyenne.
Donc pour l'instant, le parc éolien n'atteint même pas le quart d'un
réacteur.
Tu confonds puissance *installé* et puissance *produite*.
10 000 MW installés => dans les 20 MWh/ans => 2 réacteurs.
ET OUI IL CONFOND SOUVENT BCP DE CHOSES !
Post by Ronano
Post by thierry
Post by Ronano
Heu oui, exact, bien vu. Cette histoire de "puissance nominale",
c'est-à-dire des puissances "en catalogue", indépendamment du contexte réel
d'installation des éoliennes, cette histoire m'échappe toujours.
S'IL N'Y AVAIT QUE CELA !
Post by Ronano
Post by thierry
Ca n'échappe pas qu'à toi, hélas.
Ca échappe également à la pluspart des militants anti-nucleaires à la limite,
je comprend), et aussi à pas mal de journalistes.
Post by Ronano
Post by thierry
Post by Ronano
A terme, cela sera une source d'énergie électrique conséquente pour des
régions comme la Bretagne,
Tu predits 1, 2 ou 3 % de l'énergie primaire ?
Je n'ai pas vraiment regardé, la seule chose que j'ai en tête est le
potentiel éolien très fort en Bretagne de l'ouest (le premier en France
avec le languedoc). Par ailleurs, pourquoi parler en énergie primaire alors
que c'est la comparaison en énergie finale qui importe vraiment (et qui
réduit considérablement le poids du nucléaire, de près des 2/3) ?
Appelle ça energie finale, peut importe.
Ah non !
Le fait est que, en Europe, l'éolien
Post by thierry
ne pourra fournir que 1 à 2 % de l'énergie d'un pays.
SOYONS GENEREUX JUSQU'A 5% EN FORCANT
ON EST 25 maintenant !
Post by Ronano
Comme ce sujet est un marronier du forum, voilà ce que j'écrivais en
Potentiel éolien réellement exploitable: 30 à 40 TWh / an à terme en
France (par comparaison: un réacteur nucléaire moyen = 7 TWh / an, et
il y en a 58); Potentiel hydrolien: 7 GW environ (1 réacteur moyen = 1
GW), expoitable toute l'année (plus de 8000 h / an) contrairement à
l'éolien (2000 h / an environ)
Donc
- potentiel éolien = 5 ou 6 réacteurs à terme, soit 10% en gros du
nucléaire actuel (excédentaire pour la France, d'ailleurs)
- potentiel hydrolien = quelques réacteurs supplémentaires
C'est loin d'être négligeable, ce n'est pas 1 ou 2 % !!
EVIDEMMENT puisqu'il s'agit de ronanomontades !
On t'accorde au plus 5% dernier prix !
Post by Ronano
Avec une baisse de la conso (anti-tout électrique à la VIVRELEC), de la
cogénération, du gaz et du charbon "propre", on y arrivera...
Avec plein plein de CO2 en plus chouette !!!
Post by Ronano
Relire éole ou Pluton de...hem, de Greenpeace.
Encore les mêmes ronanomontades.
En techno on apprend qu'en dessous de 10% d'une valeur donnée cela
rentre en général dans le négligeable. Ce n'est pas rien
mais ce n'est pas l'essentiel. Pour que cela le devienne
faut faire disparaitre l'essentiel donc en gros diviser par
10 la consommation actuelle. Seul un GreenPeacien peut
soutenir de telles fadaises. Réalisme avant tout !
Renouvellement du parc nucléaire avec un peu plus de puissance
et nous voilà tranquille pour 1/2 siècle. Pour l'éolien, quand le vent
faiblira en Bretagne et en Languedoc on leur refilera un peu
de la bonne électricité nucléaire.

A ki kon dira merci. A la bonne Madame AREVA



Ah oui j'oubliais
Fessenheim va tjs bien.
Ronano
2004-05-11 13:59:28 UTC
Permalink
Post by Jos
S'IL N'Y AVAIT QUE CELA !
Ah oui j'oubliais
Fessenheim va tjs bien.
\|||/
(o o)
,----ooO--(_)-------.
| Please |
| don't feed the |
| TROLL's ! |
'--------------Ooo--'
|__|__|
|| ||
ooO Ooo
--
Ronano
Jos
2004-05-11 14:25:47 UTC
Permalink
Post by Ronano
Post by Jos
S'IL N'Y AVAIT QUE CELA !
Ah oui j'oubliais
Fessenheim va tjs bien.
\|||/
(o o)
,----ooO--(_)-------.
| Please |
| don't feed the |
| TROLL's ! |
'--------------Ooo--'
|__|__|
|| ||
ooO Ooo
--
Of course !
Very beautiful pattern !
thierry
2004-05-11 15:49:35 UTC
Permalink
Post by Ronano
Post by thierry
Post by Ronano
Post by thierry
Post by Ronano
Le parc actuel nucléaire est de 58 réacteurs de 1.06 GWatts en
moyenne. Donc pour l'instant, le parc éolien n'atteint même pas le
quart d'un réacteur.
Tu confonds puissance *installé* et puissance *produite*.
10 000 MW installés => dans les 20 MWh/ans => 2 réacteurs.
Heu oui, exact, bien vu. Cette histoire de "puissance nominale",
c'est-à-dire des puissances "en catalogue", indépendamment du
contexte réel d'installation des éoliennes, cette histoire m'échappe
toujours.
Ca n'échappe pas qu'à toi, hélas.
Ca échappe également à la pluspart des militants anti-nucleaires à la
limite, je comprend), et aussi à pas mal de journalistes.
Post by Ronano
Post by thierry
Post by Ronano
A terme, cela sera une source d'énergie électrique conséquente pour
des régions comme la Bretagne,
Tu predits 1, 2 ou 3 % de l'énergie primaire ?
Je n'ai pas vraiment regardé, la seule chose que j'ai en tête est le
potentiel éolien très fort en Bretagne de l'ouest (le premier en
France avec le languedoc). Par ailleurs, pourquoi parler en énergie
primaire alors que c'est la comparaison en énergie finale qui importe
vraiment (et qui réduit considérablement le poids du nucléaire, de
près des 2/3) ?
Appelle ça energie finale, peut importe.
Ah non !
Le fait est que, en Europe, l'éolien
Post by thierry
ne pourra fournir que 1 à 2 % de l'énergie d'un pays.
Comme ce sujet est un marronier du forum, voilà ce que j'écrivais en
Potentiel éolien réellement exploitable: 30 à 40 TWh / an à terme en
France (par comparaison: un réacteur nucléaire moyen = 7 TWh / an, et
il y en a 58);
J'imagine assez mal 30 000 éoliennes en France....
Post by Ronano
Potentiel hydrolien: 7 GW environ (1 réacteur moyen = 1
GW), expoitable toute l'année (plus de 8000 h / an) contrairement à
l'éolien (2000 h / an environ)
Donc
- potentiel éolien = 5 ou 6 réacteurs à terme, soit 10% en gros du
nucléaire actuel (excédentaire pour la France, d'ailleurs)
- potentiel hydrolien = quelques réacteurs supplémentaires
C'est loin d'être négligeable, ce n'est pas 1 ou 2 % !!
10 % du nucleaire, qui produit 20 % de l'energie primaire, ca fait 2 %,
non ?
Post by Ronano
Avec une baisse de la conso (anti-tout électrique à la VIVRELEC), de la
cogénération, du gaz et du charbon "propre", on y arrivera... Relire
éole ou Pluton de...hem, de Greenpeace.
Gaz et du charbon "propre" ? Encore de la science fiction.

Mais admetons. Tu as couvert la France de dizaines de miliers
d'éolienes, fait des centrales à charbon qui mettent le CO2 je ne sais
où , mis du PV sur les toits, mis des ampoules 'basses conso' partout,
.... Ouf, il n'y a plus de nucleaire en France.

Question : Quelles marges de manoeuvre de reste il pour parrer au pic de
production du petrole (et du gaz qq decenies + tard)
Ronano
2004-05-12 08:00:31 UTC
Permalink
Post by thierry
Post by Ronano
Potentiel éolien réellement exploitable: 30 à 40 TWh / an à terme en
France (par comparaison: un réacteur nucléaire moyen = 7 TWh / an, et
il y en a 58);
J'imagine assez mal 30 000 éoliennes en France....
Qui a parlé de çà ?
Post by thierry
Post by Ronano
Potentiel hydrolien: 7 GW environ (1 réacteur moyen = 1
GW), expoitable toute l'année (plus de 8000 h / an) contrairement à
l'éolien (2000 h / an environ)
Donc
- potentiel éolien = 5 ou 6 réacteurs à terme, soit 10% en gros du
nucléaire actuel (excédentaire pour la France, d'ailleurs)
- potentiel hydrolien = quelques réacteurs supplémentaires
C'est loin d'être négligeable, ce n'est pas 1 ou 2 % !!
10 % du nucleaire, qui produit 20 % de l'energie primaire, ca fait 2 %, non
?
Non, nucléaire = 16% ou 17% de l'énergie PRIMAIRE !

Tu peux lire les données toutes récentes (avril 2004) de ce très
synthétique document (8 pages):
http://www.industrie.gouv.fr/energie/statisti/pdf/depliant.pdf

Extrait: (données en millions de Tep, pour la France)

Consommation d'énergie PRIMAIRE: gaz: 40
électricité: 115
Total: 275

Consommation d'énergie FINALE: gaz: 33
électricité: 35
Total: 159

Tu vois donc que la nuance primaire-finale est très importante,
surtout pour l'électricité.

La production nette PRIMAIRE d'électricité nucléaire a été en 2003 de
420 TWh (nette = sans l'autoconsommation du secteur nucléaire):

http://www.industrie.gouv.fr/energie/statisti/se_elec.htm

Tu peux donc diviser par 3 pour avoir la production FINALE nucléaire:
140 TWh / an !

On est donc bien loin de tes 500 TWh/an d'entrée. Voilà une nunace qui
n'échappe pas qu'à toi, hélas.
Post by thierry
Post by Ronano
Avec une baisse de la conso (anti-tout électrique à la VIVRELEC), de la
cogénération, du gaz et du charbon "propre", on y arrivera... Relire éole
ou Pluton de...hem, de Greenpeace.
Gaz et du charbon "propre" ? Encore de la science fiction.
Je l'attendais, celle-là. :-) Le nucléaire propre en est une autre.
Post by thierry
Mais admetons. Tu as couvert la France de dizaines de miliers d'éolienes,
fait des centrales à charbon qui mettent le CO2 je ne sais où , mis du PV sur
les toits, mis des ampoules 'basses conso' partout, .... Ouf, il n'y a plus
de nucleaire en France.
Question : Quelles marges de manoeuvre de reste il pour parrer au pic de
production du petrole (et du gaz qq decenies + tard)
Les gaspillages dans les transports individuels (voir autres fils où
l'on en a parlé)

Le charbon a au moins le mérite, lui, d'avoir quelques années de
réserves énergétiques. Et contrairement à ce que l'on dit souvent, il
reste du charbon en France, simplement, il est trop coûteux en main
d'oeuvre française (on préfère donc le charbon sud-africain, polonais,
ect).

Bois: pourquoi en parle-t'on si rarement, alors que 68% de l'énergie
domestique en France est consacrée au chauffage ? Programmes de
reboisement en cours ?

et surtout, surtout, il faut baisser la consommation (et pas
qu'électrique) en valeur absolue !

Tout ton raisonnement sur l'énergie part du principe que la
consommation électrique ne peut être remise ne question: le chiffre
actuel est pour toi la donnée fondamentale et incontournable. C'est le
raisonnement consummériste hélas toujours au centre de la gestion des
pouvoirs publics: la consommation est la priorité et les soucis
environnementaux et énergétiques sont la contrainte. Il est grand temps
d'inverser quelque peu cette logique "tant qu'y en a, y en a, après on
verra bien, et puis après moi le déluge".


Les gaspillages sont tels que l'on peut facilement réduire de MOITIE la
consommation électrique française sans restreindre notre confort (et
sans substitution par une autre énergie) ! Certaines municipalités ont
lancé d?ambitieux programmes d?économies et réduisent leur consommation
énergétique de 40%, parfois plus ! Il faut également arrêter EDF et son
programme VIVRELEC qui court toujours. On doit généraliser cela à
l'ensemble du pays, et même à l'ensemble des pays développés.
--
Ronano
thierry
2004-05-12 09:28:58 UTC
Permalink
Post by Ronano
Post by thierry
10 % du nucleaire, qui produit 20 % de l'energie primaire, ca fait 2
%, non ?
Non, nucléaire = 16% ou 17% de l'énergie PRIMAIRE !
Tu peux lire les données toutes récentes (avril 2004) de ce très
http://www.industrie.gouv.fr/energie/statisti/pdf/depliant.pdf
Extrait: (données en millions de Tep, pour la France)
Consommation d'énergie PRIMAIRE: gaz: 40
électricité: 115
Total: 275
Consommation d'énergie FINALE: gaz: 33
électricité: 35
Total: 159
Tu vois donc que la nuance primaire-finale est très importante, surtout
pour l'électricité.
La production nette PRIMAIRE d'électricité nucléaire a été en 2003 de
http://www.industrie.gouv.fr/energie/statisti/se_elec.htm
140 TWh / an !
Je pense que, comme à t'on habitude, tu fait des regles de 3 un peu
rapidement.
Si tu remplace des centrales nucleaires par des centrales à gaz ou
à charbon, tu aura le même rapport primaire/final.

Lis ca, et donnes nous tes critiques :
http://www.manicore.com/documentation/equivalences.html
Post by Ronano
On est donc bien loin de tes 500 TWh/an d'entrée. Voilà une nunace qui
n'échappe pas qu'à toi, hélas.
J'ai parlé d'energie primaire.
Post by Ronano
Post by thierry
Post by Ronano
Avec une baisse de la conso (anti-tout électrique à la VIVRELEC), de
la cogénération, du gaz et du charbon "propre", on y arrivera...
Relire éole ou Pluton de...hem, de Greenpeace.
Gaz et du charbon "propre" ? Encore de la science fiction.
Je l'attendais, celle-là. :-) Le nucléaire propre en est une autre.
Du point de vue GES, le nucleaire est propre.
C'est quoi, donc, le qaz et du charbon "propre" ?
Post by Ronano
Post by thierry
Mais admetons. Tu as couvert la France de dizaines de miliers
d'éolienes, fait des centrales à charbon qui mettent le CO2 je ne sais
où , mis du PV sur les toits, mis des ampoules 'basses conso' partout,
.... Ouf, il n'y a plus de nucleaire en France.
Question : Quelles marges de manoeuvre de reste il pour parrer au pic
de production du petrole (et du gaz qq decenies + tard)
Les gaspillages dans les transports individuels (voir autres fils où
l'on en a parlé)
Le charbon a au moins le mérite, lui, d'avoir quelques années de
réserves énergétiques. Et contrairement à ce que l'on dit souvent, il
reste du charbon en France, simplement, il est trop coûte ux en main
d'oeuvre française (on préfère donc le charbon sud-africain, polonais,
ect).
Et les GES ?
Post by Ronano
Tout ton raisonnement sur l'énergie part du principe que la consommation
électrique ne peut être remise ne question: le chiffre actuel est pour
toi la donnée fondamentale et incontournable. C'est le raisonnement
consummériste hélas toujours au centre de la gestion des pouvoirs
publics: la consommation est la priorité et les soucis environnementaux
et énergétiques sont la contrainte. Il est grand temps d'inverser
quelque peu cette logique "tant qu'y en a, y en a, après on verra bien,
et puis après moi le déluge".
Non.
Je pense comme toi qu'il faut réduire la consommation et trouver des
modèles économiques ou la décroissance est possible.
*Mais*
je pense que la part de l'electricité doit augmenter pour réduire au
maximum la part du fossile et les GES.
Ronano
2004-05-12 11:12:11 UTC
Permalink
Post by thierry
Post by Ronano
Post by thierry
10 % du nucleaire, qui produit 20 % de l'energie primaire, ca fait 2 %,
non ?
Non, nucléaire = 16% ou 17% de l'énergie PRIMAIRE !
Tu peux lire les données toutes récentes (avril 2004) de ce très
http://www.industrie.gouv.fr/energie/statisti/pdf/depliant.pdf
Extrait: (données en millions de Tep, pour la France)
Consommation d'énergie PRIMAIRE: gaz: 40
électricité: 115
Total: 275
Consommation d'énergie FINALE: gaz: 33
électricité: 35
Total: 159
Tu vois donc que la nuance primaire-finale est très importante, surtout
pour l'électricité.
La production nette PRIMAIRE d'électricité nucléaire a été en 2003 de 420
http://www.industrie.gouv.fr/energie/statisti/se_elec.htm
Tu peux donc diviser par 3 pour avoir la production FINALE nucléaire: 140
TWh / an !
Je pense que, comme à t'on habitude, tu fait des regles de 3 un peu
rapidement.
Si tu remplace des centrales nucleaires par des centrales à gaz ou
à charbon, tu aura le même rapport primaire/final.
FAUX.
Post by thierry
http://www.manicore.com/documentation/equivalences.html
C'est remarquablement bien expliqué (comme souvent par Jancovici). Il
montre le changement en 2001 de convention par la France pour comparer
l'énergie électrique avec les autres formes d'énergie. La France
s'aligne donc sur les autres pays, ce qui permet de voir que le % de
nucléaire français était largement surévalué avant ce changement.
C'est quelque chose qui mériterait d'être connu car beaucoup de textes
et de sites web visibles datent d'avant 2001, et l'on ne comprend plus
très bien pourquoi les chiffres sont différnets. Et d'autre part, cela
permettrait de mieux casser ce vieux mythe d'"indépendance énergétique
de la France gràce au nucléaire" qui a la vie dure.

Pour en revenir à ton pb, voilà ce que Jancovici dit:

"si l'on change d'énergie pour faire de l'électricité, ce qui compte
est la quantité de nouvelle énergie qu'il faut brûler dans la centrale
pour avoir la même chose qu'avant. Si nous arrêtons le nucléaire pour
le remplacer par des centrales à gaz, sans changer la consommation
finale d'électricité, il peut être soutenu que c'est bien cette manière
de voir les choses qui est pertinente."

Il est dommage que, dans la suite de cette idée, Jancovici ne fasse pas
une simulation en remplaçant tout le nucléaire par du gaz, pour voir ce
que çà donnerait en % d'électricité française / énergie française
totale. Ce qui aurait permis de répondre à ta question.

Jancovici prend une différence de ratio entre nucléaire final et
primaire est de 2.5 (0.222 Tep / 0.086 Tep) et non 3 comme je l'ai
écrit plus haut. Donc 168 TWh/an au lieu de 140 TWh/an en 2003,
d'accord.

Simplement, ce ration serait bien plus faible pour le gaz ! C'est
pourquoi le rapport entre énergie Gaz primaire et Gaz finale produite
en 2003 (cf mes chiffres plus haut) est nettement plus réduit.

Quand au potentiel de l'éolien (puisque c'est le sujet de départ), il
faut donc le ramener à 168 TWh/an et non 420 (voire même 500 TWh/an
comme tu l'écrivais) d'énergie nucléaire, puisqu'il ne souffre pas, lui
de ces considération Energie primaire/finale.
--
Ronano
Ronano
2004-05-12 11:22:47 UTC
Permalink
Post by Ronano
Post by thierry
10 % du nucleaire, qui produit 20 % de l'energie primaire, ca fait 2 %,
non ?
Non, nucléaire = 16% ou 17% de l'énergie PRIMAIRE !
Tu peux lire les données toutes récentes (avril 2004) de ce très
http://www.industrie.gouv.fr/energie/statisti/pdf/depliant.pdf
Simplement, ce ration serait bien plus faible pour le gaz ! C'est pourquoi le
rapport entre énergie Gaz primaire et Gaz finale produite en 2003 (cf mes
chiffres plus haut) est nettement plus réduit.
Quand au potentiel de l'éolien (puisque c'est le sujet de départ), il faut
donc le ramener à 168 TWh/an et non 420 (voire même 500 TWh/an comme tu
l'écrivais) d'énergie nucléaire, puisqu'il ne souffre pas, lui de ces
considération Energie primaire/finale.
La page 1 du fichier PDF rappelle les conventions officielles:

1 MWh d'élec. nucléaire = 0.086/0.33 = 0.260 Tep et non 0.222 comme le
fait Jancovici. Mon rapport de 1 à 3 entre nucléaire final et primaire
est donc bien valable officiellement.

1 MWh d'élec. autres sources = 0.086 Tep

1 MWh de gaz = 0.077 Tep.


0.077 Tep pour le gaz, contre 0.260 Tep pour le nucléaire, pour le même
MWh. Donc tu ne peux en aucun cas affirmer que la conversion du
nucléaire vers le gaz "électrique" induirait la même baisse relative
entre production électrique primaire et production électrique finale.
:oÞ
--
Ronano
thierry
2004-05-12 13:57:44 UTC
Permalink
Post by Ronano
Post by thierry
http://www.manicore.com/documentation/equivalences.html
C'est remarquablement bien expliqué (comme souvent par Jancovici). Il
montre le changement en 2001 de convention par la France pour comparer
l'énergie électrique avec les autres formes d'énergie. La France
s'aligne donc sur les autres pays, ce qui permet de voir que le % de
nucléaire français était largement surévalué avant ce changement. C'est
quelque chose qui mériterait d'être connu car beaucoup de textes et de
sites web visibles datent d'avant 2001, et l'on ne comprend plus très
bien pourquoi les chiffres sont différnets. Et d'autre part, cela
permettrait de mieux casser ce vieux mythe d'"indépendance énergétique
de la France gràce au nucléaire" qui a la vie dure.
"si l'on change d'énergie pour faire de l'électricité, ce qui compte est
la quantité de nouvelle énergie qu'il faut brûler dans la centrale pour
avoir la même chose qu'avant. Si nous arrêtons le nucléaire pour le
remplacer par des centrales à gaz, sans changer la consommation finale
d'électricité, il peut être soutenu que c'est bien cette manière de voir
les choses qui est pertinente."
Il est dommage que, dans la suite de cette idée, Jancovici ne fasse pas
une simulation en remplaçant tout le nucléaire par du gaz, pour voir ce
que çà donnerait en % d'électricité française / énergie française
totale. Ce qui aurait permis de répondre à ta question.
Tu sort la phrase de son contexte. Le "cette manière de voir
les choses" se refére à l'ancienne méthode de calcul, ce qui donne le
tableau à 88 Mtep d'electricité.
Post by Ronano
Jancovici prend une différence de ratio entre nucléaire final et
primaire est de 2.5 (0.222 Tep / 0.086 Tep) et non 3 comme je l'ai
écrit plus haut. Donc 168 TWh/an au lieu de 140 TWh/an en 2003, d'accord.
Simplement, ce ration serait bien plus faible pour le gaz ! C'est
pourquoi le rapport entre énergie Gaz primaire et Gaz finale produite
en 2003 (cf mes chiffres plus haut) est nettement plus réduit.
Quand au potentiel de l'éolien (puisque c'est le sujet de départ), il
faut donc le ramener à 168 TWh/an et non 420 (voire même 500 TWh/an
comme tu l'écrivais) d'énergie nucléaire, puisqu'il ne souffre pas, lui
de ces considération Energie primaire/finale.
Non. Il faut que tu compares ce qui est comparable.
L'energie *produite* par le nuke est 500 TWh/ans (420 si tu veux, j'ai
pas verifié) , le potentiel éolien 25 . Point.

Inutile de compliquer en convertissant en MTep, puis en ramenant à des
TWH/ans. Ca t'amène à écrire que le nucleaire 'final' est à 168 TWh/an,
alors que la *consomation finale* en 2003 à été de 413 TWh ! Y'a un bug ;-)

http://www.industrie.gouv.fr/energie/statisti/se_cons73.htm

(Ce tableau est d'ailleurs très interessant...)
Ronano
2004-05-12 18:35:28 UTC
Permalink
Post by thierry
Post by thierry
http://www.manicore.com/documentation/equivalences.html
"si l'on change d'énergie pour faire de l'électricité, ce qui compte est la
quantité de nouvelle énergie qu'il faut brûler dans la centrale pour avoir
la même chose qu'avant. Si nous arrêtons le nucléaire pour le remplacer par
des centrales à gaz, sans changer la consommation finale d'électricité, il
peut être soutenu que c'est bien cette manière de voir les choses qui est
pertinente."
Il est dommage que, dans la suite de cette idée, Jancovici ne fasse pas une
simulation en remplaçant tout le nucléaire par du gaz, pour voir ce que çà
donnerait en % d'électricité française / énergie française totale. Ce qui
aurait permis de répondre à ta question.
Tu sort la phrase de son contexte. Le "cette manière de voir
les choses" se refére à l'ancienne méthode de calcul, ce qui donne le tableau
à 88 Mtep d'electricité.
Oui mais la consommation de gaz reste constante dans tous les
tableaux. Bien entendu, c'aurait été un pataquès total de le changer
dans cet exercice pédagogique très bien construit par ailleurs. Il
n'empêche que le scénario du remplacement nuke par gaz n'est pas fait.
Ce n'est sans doute pas très compliqué, mais ce serait intéressant.
Post by thierry
Jancovici prend une différence de ratio entre nucléaire final et primaire
est de 2.5 (0.222 Tep / 0.086 Tep) et non 3 comme je l'ai écrit plus
haut. Donc 168 TWh/an au lieu de 140 TWh/an en 2003, d'accord.
Simplement, ce ration serait bien plus faible pour le gaz ! C'est pourquoi
le rapport entre énergie Gaz primaire et Gaz finale produite en 2003 (cf
mes chiffres plus haut) est nettement plus réduit.
Quand au potentiel de l'éolien (puisque c'est le sujet de départ), il faut
donc le ramener à 168 TWh/an et non 420 (voire même 500 TWh/an comme tu
l'écrivais) d'énergie nucléaire, puisqu'il ne souffre pas, lui de ces
considération Energie primaire/finale.
Non. Il faut que tu compares ce qui est comparable.
L'energie *produite* par le nuke est 500 TWh/ans (420 si tu veux, j'ai pas
verifié) , le potentiel éolien 25 . Point.
Inutile de compliquer en convertissant en MTep, puis en ramenant à des
TWH/ans.
Ce n'est pas pour compliquer, c'est pour comparer les énergies entre
elles pour leur importance .
Post by thierry
Ca t'amène à écrire que le nucleaire 'final' est à 168 TWh/an, alors
que la *consomation finale* en 2003 à été de 413 TWh ! Y'a un bug ;-)
En effer: pourquoi alors peut-on lire:

"La consommation d?électricité primaire corrigée du climat progresse :
+0,9% avec 444,7 TWh"

(première ligne de ce document daté du 30/04/04:

http://www.industrie.gouv.fr/energie/statisti/se_elec.htm

???
Post by thierry
http://www.industrie.gouv.fr/energie/statisti/se_cons73.htm
(Ce tableau est d'ailleurs très interessant...)
On retrouve d'ailleurs ces données dans le PDF statistiques de
l'énergie 2003, qui est une mine d'infos.
--
Ronano
thierry
2004-05-12 21:54:38 UTC
Permalink
Post by Ronano
Post by thierry
Non. Il faut que tu compares ce qui est comparable.
L'energie *produite* par le nuke est 500 TWh/ans (420 si tu veux, j'ai
pas verifié) , le potentiel éolien 25 . Point.
Inutile de compliquer en convertissant en MTep, puis en ramenant à des
TWH/ans.
Ce n'est pas pour compliquer, c'est pour comparer les énergies entre
elles pour leur importance .
Quand on compare une production electrique (nucleaire) à une autre
production electrique (éolien) il ne sert à rien de passer par les MTep.
Post by Ronano
Post by thierry
Ca t'amène à écrire que le nucleaire 'final' est à 168 TWh/an, alors
que la *consomation finale* en 2003 à été de 413 TWh ! Y'a un bug ;-)
+0,9% avec 444,7 TWh"
http://www.industrie.gouv.fr/energie/statisti/se_elec.htm
???
Ou est le problème ?
Production electrique: 506 TWh
Conso primaire : 440 TWh
Conso finale : 413 TWh

Production potentielle éolien : entre 20 et 50 TWh
cyril
2004-05-12 22:20:11 UTC
Permalink
Profitant de la d'expression qui, pour quelques semaines encore,
Post by Ronano
Heu oui, exact, bien vu. Cette histoire de "puissance nominale",
c'est-à-dire des puissances "en catalogue", indépendamment du contexte
réel d'installation des éoliennes, cette histoire m'échappe toujours.
C'est juste la puissance maximale que peut donner l'alternateur.
Evidemment, si vous mettez l'éolienne à un endroit peu exposé, elle ne
sera presque jamais atteinte.

Il y a des éoliennes adaptées à des sites plus ou moins exposées. En
argrandissant les pales, on atteint la puissance catalogue à une
vitesse de vent moindre.


slts
--
"Cette vie est un hôpital où chaque malade est possédé du désir de changer de lit."
Baudelaire

Jos
2004-05-11 13:33:04 UTC
Permalink
Post by thierry
Post by Ronano
Le parc actuel nucléaire est de 58 réacteurs de 1.06 GWatts en moyenne.
Donc pour l'instant, le parc éolien n'atteint même pas le quart d'un
réacteur.
L'objectif fixé est de 10 000 MW en 2010, soit l'équivalent d'une petite
dizaine de réacteurs...C'est dans 6 ans...
Tu confonds puissance *installé* et puissance *produite*.
10 000 MW installés => dans les 20 MWh/ans => 2 réacteurs.
(voir mon autre post)
Ne serait-ce pas plutôt 20TWh ?
Jos
2004-05-11 14:30:10 UTC
Permalink
Post by thierry
Post by Ronano
Le parc actuel nucléaire est de 58 réacteurs de 1.06 GWatts en moyenne.
Donc pour l'instant, le parc éolien n'atteint même pas le quart d'un
réacteur.
L'objectif fixé est de 10 000 MW en 2010, soit l'équivalent d'une petite
dizaine de réacteurs...C'est dans 6 ans...
Tu confonds puissance *installé* et puissance *produite*.
10 000 MW installés => dans les 20 MWh/ans => 2 réacteurs.
(voir mon autre post)
Cela dit, 20 MWh/ans, c'est toujour bon à prendre.
Ne serait-ce pas plutôt 20TWh ?
thierry
2004-05-11 15:25:28 UTC
Permalink
Post by Jos
Post by thierry
Post by Ronano
Le parc actuel nucléaire est de 58 réacteurs de 1.06 GWatts en moyenne.
Donc pour l'instant, le parc éolien n'atteint même pas le quart d'un
réacteur.
L'objectif fixé est de 10 000 MW en 2010, soit l'équivalent d'une petite
dizaine de réacteurs...C'est dans 6 ans...
Tu confonds puissance *installé* et puissance *produite*.
10 000 MW installés => dans les 20 MWh/ans => 2 réacteurs.
(voir mon autre post)
Cela dit, 20 MWh/ans, c'est toujour bon à prendre.
Ne serait-ce pas plutôt 20TWh ?
Oui, bien sur.
thierry
2004-05-11 11:19:12 UTC
Permalink
Post by Eric B
Verrues du paysages, dispositifs bruyants, "hachoirs à oiseaux", les
arguments ne manquent pas pour s'opposer aux éoliennes...
Mais le plus grand obstacle ne reste-t-il pas l'attachement viscéral d'EDF
au nucléaire ?
On ne peut pas comparer.
1) Le potentiel éolien en France est entre 25 et 50 TWh/ans,
avec l'offshore. Et pour l'atteindre il faudrait *beaucoup* d'éoliennes.

Le nucleaire produit 500 TWh/ans.

(L'Allemagne, avec plus de 15 0000 eoliennes installées, produit dans
les 20 TWh/ans )


2) L'eolien ne peut être que complementaire à des sources d'enegies
produisant quand il n'y pas de vent.




Il faut certe augmenter la part de l'éolien en France, mais être
conscient des ordres de grandeurs. Les chiffres de puissance installée
sont trompeurs.
Ronano
2004-05-11 11:47:35 UTC
Permalink
Post by thierry
Post by Eric B
Verrues du paysages, dispositifs bruyants, "hachoirs à oiseaux", les
arguments ne manquent pas pour s'opposer aux éoliennes...
Mais le plus grand obstacle ne reste-t-il pas l'attachement viscéral d'EDF
au nucléaire ?
On ne peut pas comparer.
1) Le potentiel éolien en France est entre 25 et 50 TWh/ans,
avec l'offshore. Et pour l'atteindre il faudrait *beaucoup* d'éoliennes.
Le nucleaire produit 500 TWh/ans.
(L'Allemagne, avec plus de 15 0000 eoliennes installées, produit dans les 20
TWh/ans )
2) L'eolien ne peut être que complementaire à des sources d'enegies
produisant quand il n'y pas de vent.
Il faut certe augmenter la part de l'éolien en France, mais être conscient
des ordres de grandeurs. Les chiffres de puissance installée sont trompeurs.
C'est tout à fait exact, et d'ailleurs il est beaucoup plus rigoureux
de parler, pour les éoliennes en terme d'énergie produite anuuellement
qu'en terme de puissance (remarque qu'avait faite Richard Delorme il me
semble): les éolienne ne fonctionnent que rarement à leur puissance
nominale, laquelle a très peu de sens compte tenu de l'étendue de la
plage des vitesses de vents et de leur caractère aléatoire.

Les 5 à 10% d'éolien comparés au nucléaire actuel (un peu moins de 500
TWh) ne seront pas du tout négligeables si on raisonnne sur une région
comme la Bretagne (cf mon précédent post).

De plus, les éoliennes pourraient être associées à des hydroliennes ,
qui peuvent, elles, assurer une fourniture d'énergie constante, et
dont le potentiel est également de plusieurs réacteurs nucléaires.
C'est une alternative dont curieusement on ne parle pas beaucoup,
nettement moins que les éoliennes en tous cas.

http://www.transfert.net/a9174
--
Ronano
thierry
2004-05-11 13:24:31 UTC
Permalink
Post by Ronano
De plus, les éoliennes pourraient être associées à des hydroliennes ,
qui peuvent, elles, assurer une fourniture d'énergie constante, et dont
le potentiel est également de plusieurs réacteurs nucléaires. C'est une
alternative dont curieusement on ne parle pas beaucoup, nettement moins
que les éoliennes en tous cas.
http://www.transfert.net/a9174
Interesant.
Mais , encore une fois, on a le chiffre de la puissance installable (3 à
GW), mais pas la production prévue sur une année (le flux de la marée
n'est pas constant)
Ronano
2004-05-11 13:31:01 UTC
Permalink
Post by thierry
Post by Ronano
De plus, les éoliennes pourraient être associées à des hydroliennes ,
qui peuvent, elles, assurer une fourniture d'énergie constante, et dont le
potentiel est également de plusieurs réacteurs nucléaires. C'est une
alternative dont curieusement on ne parle pas beaucoup, nettement moins que
les éoliennes en tous cas.
http://www.transfert.net/a9174
Interesant.
Mais , encore une fois, on a le chiffre de la puissance installable (3 à GW),
mais pas la production prévue sur une année (le flux de la marée n'est pas
constant)
Attention, il ne s'agit pas de marées (comme pour le barrage de la
Rance près de Saint-Malo), mais de courants (réguliers).
--
Ronano
thierry
2004-05-11 13:36:21 UTC
Permalink
Post by thierry
Post by Ronano
De plus, les éoliennes pourraient être associées à des hydroliennes ,
qui peuvent, elles, assurer une fourniture d'énergie constante, et
dont le potentiel est également de plusieurs réacteurs nucléaires.
C'est une alternative dont curieusement on ne parle pas beaucoup,
nettement moins que les éoliennes en tous cas.
http://www.transfert.net/a9174
Interesant.
Mais , encore une fois, on a le chiffre de la puissance installable (3
à GW), mais pas la production prévue sur une année (le flux de la
marée n'est pas constant)
Attention, il ne s'agit pas de marées (comme pour le barrage de la Rance
près de Saint-Malo), mais de courants (réguliers).
Alors, pourquoi y a t'il ecrit :
"Les côtes françaises sont pourtant parcourues par des marées puissantes
et régulières. Le Service hydrographique et océanographique de la marine
(Shom) est capable d'en prédire les fluctuations cent ans à l'avance."
Ronano
2004-05-11 13:40:51 UTC
Permalink
Post by thierry
Post by Ronano
De plus, les éoliennes pourraient être associées à des hydroliennes ,
qui peuvent, elles, assurer une fourniture d'énergie constante, et dont
le potentiel est également de plusieurs réacteurs nucléaires. C'est une
alternative dont curieusement on ne parle pas beaucoup, nettement moins
que les éoliennes en tous cas.
http://www.transfert.net/a9174
Interesant.
Mais , encore une fois, on a le chiffre de la puissance installable (3 à
GW), mais pas la production prévue sur une année (le flux de la marée
n'est pas constant)
Attention, il ne s'agit pas de marées (comme pour le barrage de la Rance
près de Saint-Malo), mais de courants (réguliers).
"Les côtes françaises sont pourtant parcourues par des marées puissantes et
régulières. Le Service hydrographique et océanographique de la marine (Shom)
est capable d'en prédire les fluctuations cent ans à l'avance."
J'ai corrigé dans mon autre post. mdr

Les courants sont des phénomènes complexes (salinité et température des
eaux, phénomènes de Venturi ET marées, etc). Mais s'ils sont complexes,
ils sont parfaitement prédictibles longtemps à l'avance et inépuisables
en énergie.
--
Ronano
Ronano
2004-05-11 13:36:36 UTC
Permalink
Post by thierry
Post by Ronano
De plus, les éoliennes pourraient être associées à des hydroliennes ,
qui peuvent, elles, assurer une fourniture d'énergie constante, et dont
le potentiel est également de plusieurs réacteurs nucléaires. C'est une
alternative dont curieusement on ne parle pas beaucoup, nettement moins
que les éoliennes en tous cas.
http://www.transfert.net/a9174
Interesant.
Mais , encore une fois, on a le chiffre de la puissance installable (3 à
GW), mais pas la production prévue sur une année (le flux de la marée
n'est pas constant)
Attention, il ne s'agit pas de marées (comme pour le barrage de la Rance près
de Saint-Malo), mais de courants (réguliers).
Je rectifie, c'est une connerie: les courants ne sont pas réguliers car
partiellement soumis aux phénomènes de marée:

"les littoraux breton et normand sont capables de fournir une
puissance de 3 gigawatts (GW), soit grosso modo l'équivalent de trois
réacteurs nucléaires. Des pointes à 6 GW seraient possibles pendant les
périodes de vives-eaux."

Donc si je comprends bien, le minimum est de 3 gigawatts (il n'y a pas
de "panne" comme pour les éoliennes)

"La consommation instantanée d'électricité française se situe aux
alentours de 50 GW. D'après Majastre, les courants marins pourraient
donc fournir entre 6 et 12 % de l'électricité nécessaire à la France."

Là, c'est clair.
--
Ronano
Yvon
2004-05-11 14:41:04 UTC
Permalink
Post by Ronano
Post by Ronano
Post by thierry
Post by Ronano
De plus, les éoliennes pourraient être associées à des hydroliennes ,
qui peuvent, elles, assurer une fourniture d'énergie constante, et
dont le potentiel est également de plusieurs réacteurs nucléaires.
C'est une alternative dont curieusement on ne parle pas beaucoup,
nettement moins que les éoliennes en tous cas.
http://www.transfert.net/a9174
Interesant.
Mais , encore une fois, on a le chiffre de la puissance installable (3 à
GW), mais pas la production prévue sur une année (le flux de la
marée n'est pas constant)
Attention, il ne s'agit pas de marées (comme pour le barrage de la
Rance près de Saint-Malo), mais de courants (réguliers).
Je rectifie, c'est une connerie: les courants ne sont pas réguliers
"les littoraux breton et normand sont capables de fournir une
puissance de 3 gigawatts (GW), soit grosso modo l'équivalent de trois
réacteurs nucléaires. Des pointes à 6 GW seraient possibles pendant
les périodes de vives-eaux."
Donc si je comprends bien, le minimum est de 3 gigawatts (il n'y a
pas de "panne" comme pour les éoliennes)
"La consommation instantanée d'électricité française se situe aux
alentours de 50 GW. D'après Majastre, les courants marins pourraient
donc fournir entre 6 et 12 % de l'électricité nécessaire à la France."
Là, c'est clair.
Bonsoir.
Vous avez beau prendre le problème par tous les bouts, il faudra au
moins un peu de nucléaire "fission" pour faire la soudure avant que
l'on sache faire mieux.
Un peu ou beaucoup ça ne change rien aux problèmes de sécurité et de
résidus.
Je rejoins totalement Bjorn Lamborg sur ce point : Nous ferions mieux
d'utiliser notre argent et le peu de temps qui nous reste à faire des
choses plus utiles que de construire des éoliennes qui ne permettront
pas de résoudre nos problèmes d'énergie sans pétrole et sans émissions
de CO2.
--
Yvon Nedonchelle.

REPONSE PAR MAIL : RHABILLEZ MON ADRESSE !
Yvon
2004-05-11 14:27:14 UTC
Permalink
Post by Ronano
Post by thierry
Post by Ronano
De plus, les éoliennes pourraient être associées à des hydroliennes ,
qui peuvent, elles, assurer une fourniture d'énergie constante, et
dont le potentiel est également de plusieurs réacteurs nucléaires.
C'est une alternative dont curieusement on ne parle pas beaucoup,
nettement moins que les éoliennes en tous cas.
http://www.transfert.net/a9174
Interesant.
Mais , encore une fois, on a le chiffre de la puissance installable (3 à GW),
mais pas la production prévue sur une année (le flux de la marée
n'est pas constant)
Attention, il ne s'agit pas de marées (comme pour le barrage de la
Rance près de Saint-Malo), mais de courants (réguliers).
Les seuls courants utilisables, car assez rapides sont les courants de
marée, sinusoïdaux, et au rythme des marées de l'endroit considéré.
Ces courants sont parfaitement prévisibles en force et en direction.
Sur les côtes Françaises de la Manche et de l'Atlantique ils sont nuls
ou très faibles pendant environ 2 heures toutes les 6 heures.
--
Yvon Nedonchelle.

REPONSE PAR MAIL : RHABILLEZ MON ADRESSE !
trallala
2004-05-11 18:31:43 UTC
Permalink
des emplois dont on ne veut en France, on prefere
choyer les fonctionnaires d'EDF et indemniser
les 45 000 chomeurs induits
par cette politique
Post by Yvon
Post by Ronano
Post by thierry
Post by Ronano
De plus, les éoliennes pourraient être associées à des hydroliennes ,
qui peuvent, elles, assurer une fourniture d'énergie constante, et
dont le potentiel est également de plusieurs réacteurs nucléaires.
C'est une alternative dont curieusement on ne parle pas beaucoup,
nettement moins que les éoliennes en tous cas.
http://www.transfert.net/a9174
Interesant.
Mais , encore une fois, on a le chiffre de la puissance installable (3 à GW),
mais pas la production prévue sur une année (le flux de la marée
n'est pas constant)
Attention, il ne s'agit pas de marées (comme pour le barrage de la
Rance près de Saint-Malo), mais de courants (réguliers).
Les seuls courants utilisables, car assez rapides sont les courants de
marée, sinusoïdaux, et au rythme des marées de l'endroit considéré.
Ces courants sont parfaitement prévisibles en force et en direction.
Sur les côtes Françaises de la Manche et de l'Atlantique ils sont nuls
ou très faibles pendant environ 2 heures toutes les 6 heures.
--
Yvon Nedonchelle.
REPONSE PAR MAIL : RHABILLEZ MON ADRESSE !
Jos
2004-05-11 19:11:14 UTC
Permalink
Post by trallala
des emplois dont on ne veut en France, on prefere
choyer les fonctionnaires d'EDF et indemniser
les 45 000 chomeurs induits
par cette politique
On veut bien. Mais d'où tenez vous ces chiffres ?
Ou bien comment les estimez vous ?
trallala
2004-05-12 17:49:06 UTC
Permalink
les chiffres du gouv allemand
http://www.wind-energie.de/

en image
Loading Image...

previsions : en 2010, 103 000 emplois

et chez nous ?
merci EDF, Alstom, grands mangeurs de subventions
et destructeurs d'emplois
Post by Jos
Post by trallala
des emplois dont on ne veut en France, on prefere
choyer les fonctionnaires d'EDF et indemniser
les 45 000 chomeurs induits
par cette politique
On veut bien. Mais d'où tenez vous ces chiffres ?
Ou bien comment les estimez vous ?
cyril
2004-05-11 20:58:08 UTC
Permalink
Profitant de la d'expression qui, pour quelques semaines encore,
Post by Yvon
Les seuls courants utilisables, car assez rapides sont les courants de
marée, sinusoïdaux, et au rythme des marées de l'endroit considéré.
Ces courants sont parfaitement prévisibles en force et en direction.
Sur les côtes Françaises de la Manche et de l'Atlantique ils sont nuls
ou très faibles pendant environ 2 heures toutes les 6 heures.
Zoui. Notons que la Manche, avec sa forme, agit comme un énorme
concentrateur de la marrée et est l'un des meilleurs endroit du monde
pour excploiter cette énergie. Les Brits s'y intéressent beaucoup, ils
ont déjà un proto, et n'oublions pas qu'ils ont une énorme industrie
des travaux offshore qu'il doivent commencer à diversifier, le pétrole
de mer du nord étant entré en phase de déclin.

Un avantage sur l'éolien ; la production est parfaitement prévisible,
des mois à l'avance.

Il y a une sté française qui bosse là-dessus :
http://cci-entreprises.icomme.fr/public/stand.php?id_stand=418


slts
--
"Cette vie est un hôpital où chaque malade est possédé du désir de changer de lit."
Baudelaire
thierry
2004-05-12 07:43:24 UTC
Permalink
Post by cyril
Zoui. Notons que la Manche, avec sa forme, agit comme un énorme
concentrateur de la marrée et est l'un des meilleurs endroit du monde
pour excploiter cette énergie. Les Brits s'y intéressent beaucoup, ils
Pourtant, sur la carte de http://www.marineturbines.com/background.htm
il n'y a pas beaucoup de points rouge dans la manche.
Peut être est ce du à la profondeur ?
Post by cyril
Un avantage sur l'éolien ; la production est parfaitement prévisible,
des mois à l'avance.
Ronano
2004-05-12 08:18:44 UTC
Permalink
Post by cyril
Zoui. Notons que la Manche, avec sa forme, agit comme un énorme
concentrateur de la marrée et est l'un des meilleurs endroit du monde
pour excploiter cette énergie. Les Brits s'y intéressent beaucoup, ils
Pourtant, sur la carte de http://www.marineturbines.com/background.htm il n'y
a pas beaucoup de points rouge dans la manche.
Peut être est ce du à la profondeur ?
Le sites privilégiés sont la plupart du temps des caps, des finistères
comme par exemple le cap de la Hague, qui est l'un des premiers
courants de France, sinon le premier. Tandis que la baie du
Mont-Saint-Michel, dans laquelle on avait prévu à un moment une
gigantesque usine marémotrice ne semble pas concernée. C'est pourtant
l'une des région à marées les plus fortes du monde. Ce qui indique que
la composante due aux marées des courants recherchés par l'hydrolien
n'est sans doute pas si élevée que çà.
Post by cyril
Un avantage sur l'éolien ; la production est parfaitement prévisible,
des mois à l'avance.
--
Ronano
cyril
2004-05-11 20:58:32 UTC
Permalink
Profitant de la d'expression qui, pour quelques semaines encore,
Post by Ronano
Attention, il ne s'agit pas de marées (comme pour le barrage de la
Rance près de Saint-Malo), mais de courants (réguliers).
Ce sont des courants de marrées :-)


slts
--
"Cette vie est un hôpital où chaque malade est possédé du désir de changer de lit."
Baudelaire
Continuer la lecture sur narkive:
Résultats de recherche pour 'La France, lanterne rouge de l'Union européenne pour les énergies renouvelables' (Questions et réponses)
444
réponses
Quelles questions souhaitez-vous poser à Corinne Lepage ?
démarré 2007-01-19 08:30:13 UTC
Élections
Loading...